Diplomatie

Diplomatie (74)

©Afreepress-(Lomé, le 30 novembre 2017)- Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé qui séjourne à Abidjan dans le cadre du sommet UA-UE, s’est entretenu mercredi avec le Premier ministre belge, Charles Michel. Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur le partenariat Europe-Afrique, l’interaction des ensembles sous régionaux, les questions de développement et de coopération bilatérale, annonce la Direction de la Communication et de l’Information de la présidence togolaise dans un communiqué,

« La Belgique qui abrite le siège de l’Union Européenne est un partenaire privilégié pour le Togo, dans notre politique visant à accompagner efficacement et durablement la jeunesse », a déclaré au sortir de son audience, M. Michel.

Roch-Marc Christian Kaboré, le président du Faso a été également reçu par le président en exercice de la CEDEAO. Les deux personnalités ont abordé des  questions d’intégration sous-régionale et de coopération bilatérale.

« Le Président de la République, président en exercice de la CEDEAO s’est également entretenu avec le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres. La situation sécuritaire dans la sous-région ouest africaine était au cœur de la rencontre », poursuit le communiqué.

Les sujets abordés ont porté sur la crise politique au Togo, la situation politique et économique dans les pays de la Cédéao, les problèmes sécuritaires et la lutte contre le terrorisme dans la région Guterres a encouragé la tenue d’un dialogue rapide et plaidé pour des discussions directes afin de trouver une issue aux problèmes qui divisent la classe politique togolaise.

Raphaël A.

 

©Afreepress-(Lomé, le 21 novembre 2017)- Le président Faure Gnassingbé, président du conseil des chefs d’Etat de la CEDEAO a effectué lundi 20 novembre 2017, une visite de travail et d’amitié à Abidjan en Côte d’Ivoire où il a rencontré son homologue Alassane Ouattara. Les deux personnalités à la fin de leur entretien, ont confié à la presse avoir discuté des questions liées à la sécurité dans le Sahel, la situation politique en Guinée Bissau, au Togo et en Côte d’Ivoire.

« Ma présence en terre ivoirienne s'inscrit dans le cadre d'une visite de travail et d'amitié au cours de laquelle nous discuterons des questions liées à la coopération entre nos deux pays ainsi que des défis sous-régionaux », a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

Le président togolais a confié avoir également échangé avec son homologue ivoirien des préparatifs du sommet de la CEDEAO prévu à Lomé le 16 décembre prochain. Les principaux sujets ont porté sur la demande de certains pays, dont le Maroc (Afrique du Nord) d’intégrer l’organisation régionale qu’est la CEDEAO. Faure Gnassingbé a surtout confirmé sa présence au prochain sommet Afrique-Union Européenne qu’abrite Abidjan du 29 au 30 novembre 2017.

Au terme de l’entretien, le président togolais  a annoncé qu’il sera en visite ce mardi au siège de la CEDEAO au Nigeria pour discuter avec le président Muhammadu Buhari de la vie de l’organisation.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 13 Nov. 2017)- Le comité d’organisation du Club diplomatique de Lomé (CDL) a annoncé le nom du prochain invité de cette rencontre de haut niveau. Il s’agit de Mohamed Karim Sherif, l’Ambassadeur d’Egypte au Togo. Il développera le 8 décembre prochain devant les invités de marque du Club diplomatique de Lomé, un sujet portant sur  la communauté de destin entre la nouvelle Egypte et l’Afrique, a appris l’Agence de presse Afreepress.

L’Egypte compte prendre sa place au cœur de la diplomatie africaine et Mohamed Karim Shérif démontre suffisamment cette envie de l’Egypte au Togo en étant très présent sur plusieurs sujets au Togo.  

La volonté du président Abdel Fattah Al Sisi est de faire de l’Afrique son objectif N°1 pendant son mandat, se plait-il à dire à ses interlocuteurs pour expliquer les efforts consentis par l’Egypte sur le continent africain.

Moulikatou S.

©Afreepress-(Lomé, le 07 Nov. 2017)- La Délégation de l’Union Européenne au Togo, la Coordination du système des Nations-Unies au Togo et les ambassades des Etats-Unis, de France et d’Allemagne recommandent une fois de plus, la voie du dialogue aux différentes parties prenantes de la crise sociopolitique au Togo.

Dans une déclaration rendue publique ce mardi, le « Groupe des 5 » appelle l’opposition et les manifestants à « témoigner de leurs convictions par des moyens pacifiques » et encouragent toutes les parties prenantes concernées à reprendre le dialogue pour sortir de la crise actuelle.

Ces représentations diplomatiques disent avoir accueilli « positivement » les mesures d’apaisement annoncées par le gouvernement et appellent toutes les parties à saisir cette occasion de travailler ensemble pour le développement du pays.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 02 nov. 2017)- Cristina MARTINS BARREIRA, Ambassadeur et cheffe de la Délégation de l'Union européenne au Togo a effectué ce lundi 02 octobre 2017, une visite de courtoisie aux élèves de l’École Nationale de Police de Davié, a appris l’Agence de presse Afreepress. Ce déplacement de Mme MARTINS BARREIRA s’est fait à l'invitation du Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Colonel Damehame YARK, précise la Délégation de l’Union Européenne au Togo.

L’UE apporte un important appui au Togo dans le cadre de la formation des forces de sécurité et de maintien de l’ordre au Togo. En témoigne le soutien apporté par la délégation de l’UE pour la construction et le fonctionnement de l’École Nationale de Police de Davié. Une contribution financière évaluée à € 2.85 millions (environ 1.800.000.000 FCFA).

L'objectif poursuivi par l’UE et le Togo en renforçant leur collaboration dans le domaine de la sécurité, est de former une force de police togolaise qui soit « professionnelle, républicaine, proche des citoyens et respectueuse des droits de l'Homme ». « C'est un effort qui va porter ses fruits à moyen terme. J'y suis très confiante après avoir visité ce beau projet », a laissé entendre la cheffe de Délégation de l’UE au Togo à l’issue de sa visite.

Il faut rappeler que l'Ecole Nationale de Police de Davié a débuté la formation des officiers de police à partir du mois de mai 2017.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 26 oct. 2017)- Une délégation de parlementaires de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été reçue ce mercredi par le chef de l’Etat. La délégation a fait avec son hôte, le tour d’horizon de la situation sociopolitique au Togo et émis le vœu que les députés togolais de tous les courants politiques, travaillent efficacement à la réussite du processus de réformes politiques en cours dans le pays. Cette délégation conduite par son président, Moustapha Cissé a promis l’accompagnement de son institution pour un aboutissement heureux du processus, dans un climat de paix et de cohésion sociale. C’est ce qu’annonce un communiqué rendu public le 25 octobre 2017 par la Direction de l’Information et de la Communication de la présidence.

Les parlementaires de la CEDEAO sont principalement allés rendre compte au Président de la République des conclusions de la réunion délocalisée que la Commission mixte de leur parlement a eue à Cotonou au Bénin et qui a abordé des sujets portant sur les modalités de mise en œuvre du programme d’intégration régionale à travers la création des conditions favorables au développement du transport et du transit routier.

 Le Président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ses visiteurs ont également abordé la question du fonctionnement du parlement de la CEDEAO, notamment les prérogatives du Contrôleur financier. 

« La délégation s’est félicitée des efforts du chef de l’Etat togolais en faveur de l’intégration sous régionale », indique le communiqué.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 24 octobre 2017)- La Gambie n’a jamais demandé la démission du président togolais Faure Gnassingbé. Et pourtant lundi 23 octobre 2017, l’agence d’information Reuters indiquait que dans un entretien qu’il lui a accordé, le ministre des Affaires étrangères de la Gambie a demandé au président togolais d’abandonner « immédiatement » le pouvoir afin de donner une chance à la paix dans son pays.

Dans un communiqué rendu public ce mardi, le ministère des Affaires Etrangères de la Gambie exprime sa « consternation » après la publication de l’article de l’agence de presse Reuters dans lequel il est mentionné que le ministre Ousainou Darboe, aurait appelé à la démission du président togolais, Faure Gnassingbé.

« Il n’y a aucune raison pour le gouvernement de la République de Gambie de prendre position, car le peuple togolais continue de faire des efforts pour trouver une solution à cette crise », note le communiqué du ministère des Affaires Etrangères gambien qui rappelle les réels propos du ministre lors de son entretien avec Reuters.

La décision du président Faure de rester au pouvoir ou non est une décision qui revient exclusivement et souverainement au peuple du Togo. C’est ce qu’Ousainou Darboe soutient avoir littéralement confié aux reporters de Reuters.

La Gambie et le Togo, poursuit le communiqué restent liés par des liens solides d’amitié et de fraternité. Des liens que les deux chefs d’État entendent renforcer au cours des années à venir.

Il faut rappeler que le Togo, par la voix de son chef de la diplomatie avait plus tôt dans la soirée de lundi, qualifié les déclarations attribuées à M. Ousainou d’«inacceptables et d’irresponsables ».

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 24 Oct. 2017)-Le ministre gambien des Affaires étrangères et ancien opposant au régime de Yahya Jammeh, a fait une irruption très remarquée dans la crise togolaise à travers un entretien accordé à l’agence de presse Reuters. Dans cet entretien, le chef de la diplomatie gambienne a demandé au président de la République du Togo, Faure Gnassingbé de démissionner du pouvoir et ce, « immédiatement ».

Une sortie médiatique qui n’est pas du tout du goût des autorités togolaises qui viennent de réagir par la voix de Robert Dussey, le ministre des Affaires Etrangères du Togo. « Je condamne la demande de démission du président Faure Gnassingbé par mon homologue de la Gambie. Elle est  inacceptable et irresponsable », a indiqué M. Dussey sur son compte Twitter.

Dans une note officielle rendue publique quelques heures après la déclaration d’Ousainou Darboe, le ministère des Affaires Etrangères togolais dit avoir appris avec « indignation » l’entretien de son homologue gambien appelant à la démission du Président Faure GNASSINGBE. « Le Président de la République togolaise, Faure Essozimna GNASSINGBE est régulièrement élu, dans le respect des dispositions de la Constitution togolaise au cours d’élections reconnues transparentes, équitables et acceptables par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’ensemble de la communauté internationale », souligne M. Dussey.

Pour une sortie de crise rapide, insiste le patron de la diplomatie togolaise, le gouvernement privilégie le dialogue et la concertation. « Le Togo réitère sa volonté de toujours œuvrer pour la paix et la stabilité à l’intérieur de ses frontières nationales, et dans la sous-région ouest-africaine », conclut le communiqué.

Le Togo traverse depuis deux mois une crise politique sans précédent qui met aux prises les partisans du pouvoir de Lomé et ses opposants sur fond de proposition de réformes constitutionnelles et de demande démission immédiate du président en exercice de la CEDEAO.

A.Y.

Le Secrétaire général du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) est en ©Afreepress-(Lomé, le 17 octobre 2017)- visite au Togo dans le cadre des discussions avec les autorités togolaises sur les nouvelles négociations qui débutent entre les pays ACP et l’Union Européenne. M. Patrick Gomes a été reçu lundi par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé avec qui il a discuté du nouveau partenariat avant la fin de l’Accord de Cotonou qui prendra fin en 2020.

« Les nouvelles négociations prennent en compte l’entrepreneuriat des jeunes, l’autonomisation des femmes et les défis climatiques », a indiqué Patrick Gomes au sortir de son entretien avec le Président de la République.

Le nouveau partenariat fait une place de choix aux sujets relatifs au changement climatique, à la sécurité alimentaire, à la lutte contre le SIDA, au renforcement de la sécurité dans les régions fragiles, à la lutte contre la pauvreté, au dialogue politique et à l'aide au développement.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 05 oct. 2017)- Les experts de la culture des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest  Africaine (UEMOA) séjournent à Lomé les 4 et 5 octobre 2017 pour donner une dimension spéciale aux valeurs culturelles de la zone. Cette rencontre est une réunion préparatoire des travaux du Conseil des ministres de la culture de l’espace qui se réunit vendredi 6 octobre à Lomé,  a appris l’agence de presse Afreepress.

Elle fait suite à une série d’ateliers organisée depuis 2014 sur cette thématique et  qui s’inscrit  dans le cadre de la dissémination du programme régional de développement  culturel de l’espace économique. 

De nouvelles stratégies ont été annoncées depuis 2013 par les dirigeants de l’UEMOA pour donner au secteur culturel de la sous-région, sa place de choix dans le développement économique de l’espace.

Moulikatou S.

Page 1 sur 6

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…