lundi, 04 septembre 2017 16:11

Burundi: l'ONU exige de la CPI des enquêtes urgentes sur les crimes contre l’impunité

©Afreepress-(Lomé, le 4 sept. 2017)- La Cour Pénale Internationale doit ouvrir de toute urgence, une  enquête sur  les crimes contre l'humanité et autres atrocités commis par les autorités  Burundaises. La  demande  a été faite par des enquêteurs de l'Organisation des Nations Unies (ONU) lundi, 04 septembre 2017 a appris l’Agence de presse Afreepress.

La commission onusienne vise des responsables au plus haut niveau de l'Etat, des membres du service national de renseignement, de la police et de l'armée ainsi que des Imbonerakure (milice pro-gouvernementale). Dans son premier rapport elle indique avoir des motifs raisonnables de croire que plusieurs de ces violations, commises en majorité par des personnalités de l’Etat  constituent des crimes contre l'humanité.

Dans son rapport, la Commission, créée en septembre 2016 par le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU, cite des « violations souvent d'une cruauté extrême, en particulier des exécutions extrajudiciaires, des arrestations et détentions arbitraires, des disparitions forcées et des actes de torture ». Les victimes sont en majorité des jeunes hommes qui ont comme point commun d'être des opposants au gouvernement.

Il est à noter que la Commission a établi une liste confidentielle d'auteurs présumés de crimes contre l'humanité, accompagnée d'informations sur certains actes qu'ils auraient commis ou commandités. Cette liste pourra être partagée par l'ONU avec tout organe ou juridiction compétente qui « mènera des enquêtes crédibles ».

Il est à rappeler que la CPI a jusqu'au 27 octobre pour ouvrir une enquête de son propre chef.  Passé cette date, seul le Conseil de sécurité de l'ONU pourra faire appel à l'institution internationale.  Le Burundi avait notifié sa décision de se retirer de la CPI le 27 octobre 2016.

Le Burundi n'ayant pas autorisé les enquêteurs à se rendre sur place, les conclusions présentées par les trois commissaires sont le fruit de plusieurs mois d'investigation auprès de plus de 500 témoins, dont de nombreux Burundais réfugiés à l'étranger.

Christelle Agnindom

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…