Developed in conjunction with Ext-Joom.com

Diplomatie

Diplomatie (153)

©AfreePress-( Pékin, le 23 septembre 2019)- Un Séminaire sur le service public et la réduction de la pauvreté, organisé par l’Etat chinois au profit de 25 cadres des ministères et institutions du Togo, a officiellement démarré lundi 23 septembre 2019 au département d’Économie de l’Université de Renmain à Pékin (Chine), a constaté sur place un reporter de l’Agence de Presse AfreePress.

Après une brève cérémonie de lancement présidée par le président de l’Université Renmin, Liou Shouying, expert en économie de développement, les travaux ont effectivement démarré avec une présentation générale de la Chine et de son histoire, faite par M. Shouying.

Celui-ci s’est attelé à présenter aux participants, les grandes réalisations de la Chine qui ont profondément impacté le niveau de vie des populations et conduit à la réduction de la pauvreté dans son pays. L’expérience de la Chine en matière de services publics a été largement mise en avant par l’orateur. Le premier service public ayant eu un effet bénéfique sur le niveau de vie de la population chinoise, a-t-il laissé entendre, a été d’abord et avant tout, l’éducation rendue gratuite et obligatoire pour tous les citoyens chinois, surtout les plus pauvres. A partir de cet instant, le constat réalisé est que de génération en génération, le niveau de vie des populations a augmenté faisant de la troisième génération des familles chinoises les plus pauvres, des personnes épanouies et autosuffisantes aujourd'hui.

Le deuxième secret de la réduction de la pauvreté en Chine, a poursuivi l’orateur, est la garantie des services sociaux de base aux populations par l’Etat, a-t-il souligné en faisant savoir que cela a amené les populations à être à l’abri de la pauvreté. L’autre outil utilisé par l’Etat chinois pour sortir sa population du besoin, a été l’accès de tous à des soins médicaux de base. Il faut assurer des soins médicaux de base aux populations afin d’éviter que celles-ci aillent contracter des prêts pour se faire soigner et tomber dans la dette qui conduit tout droit à la pauvreté, a indiqué le président de l’Université de Renmin qui a confié que son pays, la Chine fait en sorte que les fonctionnaires et cadres des pays d’Afrique qui ont un niveau de vie relativement modeste, avec une importante part de population rurale, viennent apprendre des expériences de la Chine dans le domaine de la lutte contre la pauvreté et soient capables de reproduire ces expériences dans leur pays, une fois de retour.

De son côté, M. Ali Tagba, chef de la délégation togolaise en Chine, a exprimé les remerciements du Togo et de son Président, Faure Gnassingbé, à la Chine et à ses premiers responsables. Pour lutter contre la pauvreté, a-t-il indiqué, le Togo vient d’installer 117 communes dont les conseillers communaux iront à l'école de la gestion des services publics pour le développement de leurs collectivités respectives. « Il y a bien longtemps, au 19ème siècle, des prophéties ont révélé que « Lorsque la Chine s’éveillera, le Monde Tremblera ». Le constat est là, la Chine s’est éveillée et s’impose effectivement au Monde Entier. Nous sommes venus apprendre de vous, savoir comment vous avez fait pour sortir chaque année, plus de 13 millions de Chinois de la pauvreté. Le Togo vient de lancer son PND dont le but est justement, de sortir tous les Togolais de la pauvreté. D’ici à 2022  nous  Togolais, sommes engagés pour une croissance du PIB de 7,6 % (au lieu de 4,9 % en 2018), générant au moins 500 000 emplois directs, permettant de réduire l’incidence de la pauvreté monétaire à 44,6% de la population et de faire progresser l’indice de développement humain de plus de 14%. », a dit M. Tagba à l’ouverture des travaux. Celui-ci a pour finir, souhaité que le séminaire de Pékin qui offre l’opportunité à la délégation togolaise d'échanger sur des questions relatives au service public et à la réduction de la pauvreté, puisse permettre à la fin, de renforcer les capacités des participants et consolider leurs acquis pour l’accomplissement de leurs missions professionnelles.

La délégation togolaise en Chine est composée de 25 personnes, cadres et hauts fonctionnaires venus de divers départements ministériels et de la société civile. Durant 23 jours, ces personnes vont suivre des cours à l’Université de Renmin de Pékin et apprendre de l’expérience de la Chine en matière de lutte contre les disparités et la pauvreté. L’objectif au final, est de les outiller afin qu’elles puissent mettre leurs connaissances au profit des populations une fois de retour au pays afin de faire reculer la pauvreté au Togo.

Selon les chiffres disponibles, la Chine fait sortir chaque année de la pauvreté, plus de 13 millions de sa population. Entre 2003 et 2015, près de 80 millions de Chinois ont quitté les rangs de la pauvreté pour être autosuffisants et indépendants sur le plan financier.

Olivier A. (Envoyé spécial pour AfreePress à Pékin en Chine)

 

©AfreePress-(Lomé, le 28 août 2019)- Dans le cadre de la mise en place du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE), la diaspora togolaise s'apprête à élire du 1er au 10 septembre 2019, ses délégués-pays. Au total, 77 délégués seront élus et répartis dans quatre zones mondiales à savoir les zones Afrique, Europe, Amérique et Asie-Océanie.

Parmi les candidatures enregistrées, figure celle de M. Kpatcha Bawubadi, chef d’entreprise basé aux États-Unis et très régulier au Togo où il dispose également de structures de production.

Le candidat, qui est depuis quelques jours en campagne, exprime son engagement à relever le défi et œuvrer en faveur des programmes et projets de développement en cours au Togo. Il veut vendre comme nulle autre personne, le PND à l'extérieur et attirer grâce à son esprit d'ouverture et à son sens des affaires, ce programme aux investisseurs américains et des nombreux autres pays où il se rend dans le cadre de ses affaires.

M. Kpatcha Bawubadi s'engage également à porter et à défendre les intérêts de ses compatriotes vivant aux Etats-Unis et met l’accent sur le renforcement des relations entre le Togo et son pays d’accueil. Il veut travailler à offrir à la diaspora togolaise aux Etats-Unis, une place de choix dans l’économie du pays.

« Le Togo fait partie des pays qui ont l’opportunité de pouvoir bénéficier du programme d’AGOA. Ce qui participera à un développement soutenu de notre pays. Malheureusement, au jour d’aujourd’hui cette opportunité n’est pas exploitée à sa juste mesure. Avoir des délégués de la diaspora togolaise comme mon humble personne qui ont le sens des affaires en même temps aux États-Unis et au Togo, s’avère plus que nécessaire pour aider nos compatriotes américains et le Togo à réaliser les objectifs de l’AGOA », précise-t-il dans son plan d’action.

Déterminé, M. Bawubadi compte sur son cursus professionnel, ses qualités de manager et sa disponibilité pour répondre aux attentes de ses électeurs ainsi que de l’ensemble de la diaspora une fois élu délégué-pays.

Une fois élu, il promet de beaucoup travailler pour l’investissement de la diaspora dans les entreprises et services, les industries de transformation, l’agriculture et la formation, et lance un appel à ses compatriotes vivants aux États-Unis à porter leurs voix sur sa personne.

Comptable de formation et avec une expérience professionnelle de plus de 30 ans dans le monde des affaires et des relations humaines, Kpatcha Bawubadi est actuellement manager de société d’intégration de solution IP, de sécurité incendie au Togo, de logistique de transport aux Etats-Unis et dans l’industrie de préfabrication au Togo. Il emploie plus de 160 personnes au Togo et 5 aux USA.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 8 août 2019)-Le Ministère des Affaires Étrangères, de l’Intégration Africaine et des Togolaise de l’Extérieur, annonce la prorogation des dates retenues pour le processus de mise en place du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE).

Cette décision, selon le ministère Robert Dussey vise à associer tous les Togolais de l’extérieur au processus électoral. « Les dates limites des inscriptions initialement prévues respectivement le 10 août pour les candidats et au 15 août 2019 pour les électeurs sont prorogées au 20 août 2019 à minuit GMT », informe le ministère dans un communiqué rendu public mercredi 7 août.

Selon le ministre en charge des Affaires étrangères, cette disposition permet de répondre aux demandes des compatriotes de la diaspora confrontés à des problèmes techniques liés au réseau internet qui « les auraient empêchés » de procéder convenablement à leur enregistrement sur le site www.diasporatg.org.

Ainsi le calendrier actualisé se présente comme suit : L’appel à inscription des votants ainsi que l’appel à candidatures pour être Délégué pays ou de circonscription électorale qui ont démarrés le 15 juillet prennent fin le 20 août 2019.

La validation des électeurs inscrits, apurement et nettoyage du fichier électoral sont prévus du 20 au 23 août 2019.

La validation des candidats aura lieu du 21 au 23 août et la publication de la liste des candidats par pays et circonscription le 23 août.

La compagne électorale en vue de l’élection des délégués quant à elle, démarre le 23 août et prendra fin le 30 août. Le vote électronique est prévu du 1er au 10 septembre 2019.

La fin des dépouillements et la publication des résultats sont prévues pour le 11 septembre 2019.

Il faut rappeler que le HCTE sera l’organe représentatif des Togolais vivant à l’étranger. Au total, 77 délégués pays seront élus sur les cinq continents pour diriger cet organe.

Raphaël A.

 

©AfreePress (Lomé, le 24 juillet 2019)- Le Chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey a conféré mercredi 24 juillet 2019 à Paris avec son homologue Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères de la France, a appris l'Agence de presse AfreePress.   

Les deux personnalités ont abordé au cours de cette rencontre, la question des négociations du nouvel accord ACP-UE dont le ministre Dussey est le négociateur en chef du groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. D'autres sujets ayant trait à la coopération entre la France et le Togo et à la sécurité sous régionale, ont également retenu l'attention des deux ministres.

Jean-Yves le Drian a confirmé le soutien que la France apporte au Togo dans les secteurs de l'éducation et de la formation professionnelle, de la santé et de l'aménagement urbain. 

De son coté, le ministre togolais a exprimé les "vifs" remerciements du gouvernement à l'endroit de la France pour les soutiens multiformes que ce pays lui apporte dans ses efforts de développement, à travers notamment les actions de l'Agence française de développement (AFD) et du Service d'Action Culturelle, particulièrement dans les domaines de l'eau, de l'assainissement, de l'éducation, de la recherche, de l'énergie et de la culture.

Les deux ministres ont par ailleurs, fait part de leurs inquiétudes face à la recrudescence des actes de terrorisme, de radicalisation, d'extrémisme violent et de piraterie maritime sur le continent noir et particulièrement en Afrique de l'Ouest.  

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 4 juillet 2019)-Le Togo est de nouveau porté à la tête du Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine (CPS-UA), l’organe décisionnel permanent de l’institution chargé de la prévention, la gestion et le règlement des conflits sur le continent. Après avoir assumé cette fonction il y a une année seulement, le Togo arrache un nouveau mandat et dirigera le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine.

La situation au Mali et plus généralement au Sahel, ainsi qu’en Gambie, la mise en œuvre des décisions du Sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritime d’octobre 2016, la question des flux d'armes illicites en Afrique, la protection des civils contre l’utilisation d’armes explosives en zone peuplée ou encore la préparation du mois de l’amnistie africaine dans le cadre de la Feuille de route principale de l'UA pour faire taire les armes à feu d'ici 2020, sont entre autres les dossiers phares inscrits à l’agenda de ce mandant.

Il est a rappelé que le précédent passage du pays de Faure Gnassingbé à la présidence du CPS-UA avait été marqué par la gestion de la crise en RDC, au Sahel et en Guinée Bissau.

Raphaël A.

 

©AfreePress-(Lomé, le 24 juin 2019)- Un dîner d'adieu a été offert dimanche 23 juin 2019 à Lomé par le gouvernement togolais à Dr Aboubakar Sylver MINKO MI-NSEME, ambassadeur de la République gabonaise au Togo, a appris l'Agence de Presse AfreePress. Un dîner pour marquer la fin de la mission au Togo  de celui qui est devenu depuis quelques années, le doyen du corps diplomatique au Togo. 

La rencontre a été présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l'intégration africaine, Prof Robert Dussey. Au nom de l'ensemble du peuple togolais et des amis du corps diplomatique accrédité au Togo, il a salué le travail de M. Sylver MINKO MI-NSEME en poste depuis sept (7) ans au Togo. 

« Les diplomates du niveau de responsabilité de l'Ambassadeur Aboubakar Sylver MINKO MI-NSEME ont la lourde responsabilité de porter à l'international les ambitions de leurs Etats et c'est bien ce qu'il a fait durant l'exercice de sa fonction de diplomate en terre togolaise. Il savait parler du Gabon, des priorités et ambitions de son pays, et ceci avec du talent. Il a du talent pour la diplomatie, domaine par  excellence de gestion des relations humaines. Je puis affirmer ici et maintenant qu'il a pleinement accompli sa mission avec succès, à la grande satisfaction du gouvernement togolais  », a déclaré Robert Dussey. 

Le Chef de la diplomatie togolaise a aussi profité de la rencontre pour faire mention des grandes actions accomplies par Aboubakar Sylver MINKO en matière de renforcement de la coopération entre le Togo et le Gabon. Il s'agit entre autres de différentes visites d'amitié et de travail entre le président de la République, Faure Gnassingbé et son homologue, Ali Bongo du Gabon.

Les travaux de la première session du Sommet Conjoint CEDEAO-CEEAC sur « la Paix, la Sécurité, la Stabilité et la lutte contre le Terrorisme et l'Extrémisme violent », organisé ici à Lomé, le 30 juillet 2018 par le Togo et le Gabon est aussi selon Robert Dussey, l'un des projets qui ont été réussis par le diplomate  Sylver MINKO.

Il faut noter que Docteur Aboubakar Sylver MINKO MI-NSEME est appelé à poursuivre sa mission au Maroc au service de sa terre-patrie, le Gabon après avoir passé 7 ans de séjours au Togo.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 24 juin 2019)- Le lynchage de cinq (5) personnes de nationalité nigériane le 17 juin dernier au quartier Hédzranawoé (Lomé) continue de faire grand bruit. L'incident est parvenu jusqu'aux oreilles du gouvernement nigérian qui tient à voir clair dans cette affaire.

Selon les informations relayées par le site l-frii.com, l'Ambassadeur du Togo au Nigeria a été convoqué par les autorités de ce pays afin de s'expliquer sur cet incident survenu à Lomé, et qui a failli coûter la vie à ces cinq ressortissants nigérians n'eût été l'intervention rapide de la police.

Les autorités du Nigeria ont invité le gouvernement togolais à prendre des dispositions idoines pour éviter ces genres d’incidents à l'avenir.

« La vie des Nigérians doit être protégée où qu’ils soient parce que nous prenons soin des autres ici et nous méritons d'être également protégés à l’étranger. Si un Nigérian commet un crime, qu’il comparaisse devant les tribunaux pour répondre de ses actes et non subir une vindicte populaire », a déclaré la présidente de la Commission de la diaspora nigérienne, Abike Dabiri-Erewa.

Il faut rappeler que selon les responsables du quartier Hedzranawoé, il s’agit d’une ''accusation fallacieuse'' qui a induit la foule en erreur. La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) de son côté a condamné cet acte et rappelé le droit de tous à un procès juste et équitable en cas d'accusation.

Le phénomène de vindicte populaire est devenu monnaie courante à Lomé encouragé par l'inertie des autorités à poursuivre et punir les auteurs et commanditaires de ces crimes en public.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 12 juin 2019)- L’Ambassadeur d’Allemagne au Togo, Christoph Sander en poste au Togo depuis le 12 août 2015, est arrivé en fin de mission. Et pour lui rendre un hommage mérité et lui exprimer la reconnaissance du Togo, un dîner officiel lui a été offert mardi 11 juin 2019, par le ministère des Affaires étrangères et de l’intégration et des Togolais de l’extérieur.

Le ministre des Affaires étrangères, tenait à travers ce dîner, à témoigner sa gratitude à M. Christoph Sander pour avoir fait « preuve de responsabilité » lors de sa mission au Togo et contribué au renforcement de la coopération entre l’Allemagne et le Togo.  

« Vous avez toujours engagé l’Allemagne sur un chemin de partenariat très fort avec le Togo. Vous avez engagé l’Allemagne dans toutes les discussions intergouvernementales que nous avions eues deux fois sous votre égide ici au Togo. Vous avez engagé votre pays à signer avec le Togo des accords de partenariat importants. Et nous pensons que c’est ce qui signifie l’éthique et la responsabilité et nous vous félicitons », a laissé entendre Prof Robert Dussey à l'occasion de ce dîner.

« Pendant quatre ans, nous avions passé ensemble de bons moments et avions aussi passé des moments difficiles dont vous avez été témoin. (…) Nous continuerons avec conviction à chérir et à nourrir notre précieuse coopération avec l’Allemagne pour nous permettre de franchir ensemble de nouveaux pas dans l’enracinement de la démocratie et les droits de l’Homme dans notre pays… », a ajouté le ministre.

M. Sander n'a pas fait mystère de sa joie. La joie d'avoir servi au Togo pendant toutes ces années mais aussi de sa tristesse au moment de quitter le pays. Cependant, il dit avoir un motif de soulagement au moment de laisser ses charges à un nouveau diplomate. La satisfaction d'avoir contribué à  l’organisation des élections locales en vue d’asseoir un processus de décentralisation plus fort pour le développement du pays.

« Les questions relatives aux élections locales ont été très importantes pour l’Allemagne dans nos contacts avec le Togo dans le cadre de notre coopération. Donc je suis heureux finalement qu’on ait pu arriver à ce moment important que nous croyons. Et moi je crois qu’il est vraiment important de prendre des décisions de développement plus proches des citoyens dans les communes », s'est-il satisfait.   

Il est à rappeler que l’Allemagne à travers la GIZ, apporte des appuis techniques et financiers à l’État togolais dans plusieurs domaines tels que l’agriculture, l’éducation, la santé, l’électrification rurale par les énergies renouvelables et la décentralisation.  

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 mai 2019)- Le Vice-Premier ministre Serbe, chargé des affaires étrangères, Ivica Dacic a séjourné samedi 18 mai 2019 à Lomé dans le cadre d'une mission de travail avec les autorités togolaises, a appris l'Agence de presse AfreePress.

Le diplomate a profité de son séjour au Togo pour remettre une invitation au Chef de l'État, Faure Gnassingbé pour une visite officielle à Belgrade en Serbie. 

Le Chef de l'État et  M. Dacic ont longuement échangé sur le Plan national de développement (PND), précisent des sources proches de la présidence de la République. « Nous avons eu des discussions très importantes portant sur l'état des relations entre nos deux pays. Nous souhaitons revitaliser ces relations dans les secteurs de l'économie, de l'agriculture, de l'énergie et de l'éducation », a  indiqué Ivica Dacic à l'issue de son entretien avec le Président de la République.  

Après le Chef de l'État, le diplomate Serbe a eu des discussions avec son homologue togolais, Robert Dussey. 

Les deux (02) diplomates ont abordé des sujets relatifs à la coopération entre leur pays dans divers domaines, toujours dans la droite ligne du PND. 

A la fin des travaux, les deux (02) personnalités ont procédé à la signature d'un mémorandum d'entente. Le document prévoit entre autres, des consultations politiques et diplomatiques entre les deux pays.

La délégation serbe est attendue au sommet Togo-UE du mois de juin prochain à Lomé.  

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 16 avril 2019)- En décembre 2017, le Togo votait contre une résolution de l'ONU condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale de l'État hébreu. Une position du Togo qualifiée de « courageuse » par les observateur. Mais est-ce que le pays de Faure Gnassingbé pourrait pousser encore plus loin ce soutien à l'État juif jusqu'à installer son propre ambassade à Jérusalem ? 

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de l'Intégration africaine du Togo, Robert Dussey répond à cette question dans un entretien accordé au site www.sputniknews.com.

Pour Robert Dussey, rien n'est encore décidé. Cela pourrait advenir ou pas. Ça dépendra de la décision du gouvernement de son pays. « Le Togo ne dispose pas à ce jour d'ambassade à Tel-Aviv. Même si le Togo a voté contre la résolution onusienne condamnant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, le gouvernement avisera et décidera en toute indépendance du lieu d'implantation de son ambassade au cas où elle viendrait à être rouverte », a-t-il déclaré laissant planer le suspense.

Le Togo et l'État d'Israël entretiennent de bonnes relations. L'organisation du 1er sommet Afrique-Israël que devait accueillir Lomé en décembre 2017, avant d'être reporté sine die, suite à des pressions africaines et arabes, en est un illustration, fait remarquer le site sputniknews. 

Selon M. Dussey, cette bonne entente entre Lomé et Tel-Aviv ne devrait en principe pas nuire aux relations entre les pays arabes et le Togo.

« Le Togo et l'État d'Israël, à l'instar de certains pays épris des questions de paix et de sécurité, s'accordent mutuellement soutien sur toutes les questions d'intérêt commun, y compris celles relatives à la souveraineté de leur État respectif et à leur intégrité territoriale », fait-il savoir. Selon lui, les positions adoptées par le Togo permettent de « lever le voile sur le flou qui persiste sur la ville de Jérusalem ».

Cette position fait-il savoir, n'empêche cependant pas, Jérusalem d'être reconnue comme berceau des trois religions fondamentales, notamment le judaïsme, le christianisme et l'islam. 

« Cette position ne devrait pas en réalité affecter nos relations avec les pays arabes, qui sont également épris des questions de paix et de sécurité », conclut-il.

A.Y.

Page 1 sur 11

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…