Diplomatie

Diplomatie (151)

©AfreePress-(Lomé, le 8 août 2019)-Le Ministère des Affaires Étrangères, de l’Intégration Africaine et des Togolaise de l’Extérieur, annonce la prorogation des dates retenues pour le processus de mise en place du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE).

Cette décision, selon le ministère Robert Dussey vise à associer tous les Togolais de l’extérieur au processus électoral. « Les dates limites des inscriptions initialement prévues respectivement le 10 août pour les candidats et au 15 août 2019 pour les électeurs sont prorogées au 20 août 2019 à minuit GMT », informe le ministère dans un communiqué rendu public mercredi 7 août.

Selon le ministre en charge des Affaires étrangères, cette disposition permet de répondre aux demandes des compatriotes de la diaspora confrontés à des problèmes techniques liés au réseau internet qui « les auraient empêchés » de procéder convenablement à leur enregistrement sur le site www.diasporatg.org.

Ainsi le calendrier actualisé se présente comme suit : L’appel à inscription des votants ainsi que l’appel à candidatures pour être Délégué pays ou de circonscription électorale qui ont démarrés le 15 juillet prennent fin le 20 août 2019.

La validation des électeurs inscrits, apurement et nettoyage du fichier électoral sont prévus du 20 au 23 août 2019.

La validation des candidats aura lieu du 21 au 23 août et la publication de la liste des candidats par pays et circonscription le 23 août.

La compagne électorale en vue de l’élection des délégués quant à elle, démarre le 23 août et prendra fin le 30 août. Le vote électronique est prévu du 1er au 10 septembre 2019.

La fin des dépouillements et la publication des résultats sont prévues pour le 11 septembre 2019.

Il faut rappeler que le HCTE sera l’organe représentatif des Togolais vivant à l’étranger. Au total, 77 délégués pays seront élus sur les cinq continents pour diriger cet organe.

Raphaël A.

 

©AfreePress (Lomé, le 24 juillet 2019)- Le Chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey a conféré mercredi 24 juillet 2019 à Paris avec son homologue Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères de la France, a appris l'Agence de presse AfreePress.   

Les deux personnalités ont abordé au cours de cette rencontre, la question des négociations du nouvel accord ACP-UE dont le ministre Dussey est le négociateur en chef du groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. D'autres sujets ayant trait à la coopération entre la France et le Togo et à la sécurité sous régionale, ont également retenu l'attention des deux ministres.

Jean-Yves le Drian a confirmé le soutien que la France apporte au Togo dans les secteurs de l'éducation et de la formation professionnelle, de la santé et de l'aménagement urbain. 

De son coté, le ministre togolais a exprimé les "vifs" remerciements du gouvernement à l'endroit de la France pour les soutiens multiformes que ce pays lui apporte dans ses efforts de développement, à travers notamment les actions de l'Agence française de développement (AFD) et du Service d'Action Culturelle, particulièrement dans les domaines de l'eau, de l'assainissement, de l'éducation, de la recherche, de l'énergie et de la culture.

Les deux ministres ont par ailleurs, fait part de leurs inquiétudes face à la recrudescence des actes de terrorisme, de radicalisation, d'extrémisme violent et de piraterie maritime sur le continent noir et particulièrement en Afrique de l'Ouest.  

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 4 juillet 2019)-Le Togo est de nouveau porté à la tête du Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine (CPS-UA), l’organe décisionnel permanent de l’institution chargé de la prévention, la gestion et le règlement des conflits sur le continent. Après avoir assumé cette fonction il y a une année seulement, le Togo arrache un nouveau mandat et dirigera le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine.

La situation au Mali et plus généralement au Sahel, ainsi qu’en Gambie, la mise en œuvre des décisions du Sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritime d’octobre 2016, la question des flux d'armes illicites en Afrique, la protection des civils contre l’utilisation d’armes explosives en zone peuplée ou encore la préparation du mois de l’amnistie africaine dans le cadre de la Feuille de route principale de l'UA pour faire taire les armes à feu d'ici 2020, sont entre autres les dossiers phares inscrits à l’agenda de ce mandant.

Il est a rappelé que le précédent passage du pays de Faure Gnassingbé à la présidence du CPS-UA avait été marqué par la gestion de la crise en RDC, au Sahel et en Guinée Bissau.

Raphaël A.

 

©AfreePress-(Lomé, le 24 juin 2019)- Un dîner d'adieu a été offert dimanche 23 juin 2019 à Lomé par le gouvernement togolais à Dr Aboubakar Sylver MINKO MI-NSEME, ambassadeur de la République gabonaise au Togo, a appris l'Agence de Presse AfreePress. Un dîner pour marquer la fin de la mission au Togo  de celui qui est devenu depuis quelques années, le doyen du corps diplomatique au Togo. 

La rencontre a été présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l'intégration africaine, Prof Robert Dussey. Au nom de l'ensemble du peuple togolais et des amis du corps diplomatique accrédité au Togo, il a salué le travail de M. Sylver MINKO MI-NSEME en poste depuis sept (7) ans au Togo. 

« Les diplomates du niveau de responsabilité de l'Ambassadeur Aboubakar Sylver MINKO MI-NSEME ont la lourde responsabilité de porter à l'international les ambitions de leurs Etats et c'est bien ce qu'il a fait durant l'exercice de sa fonction de diplomate en terre togolaise. Il savait parler du Gabon, des priorités et ambitions de son pays, et ceci avec du talent. Il a du talent pour la diplomatie, domaine par  excellence de gestion des relations humaines. Je puis affirmer ici et maintenant qu'il a pleinement accompli sa mission avec succès, à la grande satisfaction du gouvernement togolais  », a déclaré Robert Dussey. 

Le Chef de la diplomatie togolaise a aussi profité de la rencontre pour faire mention des grandes actions accomplies par Aboubakar Sylver MINKO en matière de renforcement de la coopération entre le Togo et le Gabon. Il s'agit entre autres de différentes visites d'amitié et de travail entre le président de la République, Faure Gnassingbé et son homologue, Ali Bongo du Gabon.

Les travaux de la première session du Sommet Conjoint CEDEAO-CEEAC sur « la Paix, la Sécurité, la Stabilité et la lutte contre le Terrorisme et l'Extrémisme violent », organisé ici à Lomé, le 30 juillet 2018 par le Togo et le Gabon est aussi selon Robert Dussey, l'un des projets qui ont été réussis par le diplomate  Sylver MINKO.

Il faut noter que Docteur Aboubakar Sylver MINKO MI-NSEME est appelé à poursuivre sa mission au Maroc au service de sa terre-patrie, le Gabon après avoir passé 7 ans de séjours au Togo.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 24 juin 2019)- Le lynchage de cinq (5) personnes de nationalité nigériane le 17 juin dernier au quartier Hédzranawoé (Lomé) continue de faire grand bruit. L'incident est parvenu jusqu'aux oreilles du gouvernement nigérian qui tient à voir clair dans cette affaire.

Selon les informations relayées par le site l-frii.com, l'Ambassadeur du Togo au Nigeria a été convoqué par les autorités de ce pays afin de s'expliquer sur cet incident survenu à Lomé, et qui a failli coûter la vie à ces cinq ressortissants nigérians n'eût été l'intervention rapide de la police.

Les autorités du Nigeria ont invité le gouvernement togolais à prendre des dispositions idoines pour éviter ces genres d’incidents à l'avenir.

« La vie des Nigérians doit être protégée où qu’ils soient parce que nous prenons soin des autres ici et nous méritons d'être également protégés à l’étranger. Si un Nigérian commet un crime, qu’il comparaisse devant les tribunaux pour répondre de ses actes et non subir une vindicte populaire », a déclaré la présidente de la Commission de la diaspora nigérienne, Abike Dabiri-Erewa.

Il faut rappeler que selon les responsables du quartier Hedzranawoé, il s’agit d’une ''accusation fallacieuse'' qui a induit la foule en erreur. La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) de son côté a condamné cet acte et rappelé le droit de tous à un procès juste et équitable en cas d'accusation.

Le phénomène de vindicte populaire est devenu monnaie courante à Lomé encouragé par l'inertie des autorités à poursuivre et punir les auteurs et commanditaires de ces crimes en public.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 12 juin 2019)- L’Ambassadeur d’Allemagne au Togo, Christoph Sander en poste au Togo depuis le 12 août 2015, est arrivé en fin de mission. Et pour lui rendre un hommage mérité et lui exprimer la reconnaissance du Togo, un dîner officiel lui a été offert mardi 11 juin 2019, par le ministère des Affaires étrangères et de l’intégration et des Togolais de l’extérieur.

Le ministre des Affaires étrangères, tenait à travers ce dîner, à témoigner sa gratitude à M. Christoph Sander pour avoir fait « preuve de responsabilité » lors de sa mission au Togo et contribué au renforcement de la coopération entre l’Allemagne et le Togo.  

« Vous avez toujours engagé l’Allemagne sur un chemin de partenariat très fort avec le Togo. Vous avez engagé l’Allemagne dans toutes les discussions intergouvernementales que nous avions eues deux fois sous votre égide ici au Togo. Vous avez engagé votre pays à signer avec le Togo des accords de partenariat importants. Et nous pensons que c’est ce qui signifie l’éthique et la responsabilité et nous vous félicitons », a laissé entendre Prof Robert Dussey à l'occasion de ce dîner.

« Pendant quatre ans, nous avions passé ensemble de bons moments et avions aussi passé des moments difficiles dont vous avez été témoin. (…) Nous continuerons avec conviction à chérir et à nourrir notre précieuse coopération avec l’Allemagne pour nous permettre de franchir ensemble de nouveaux pas dans l’enracinement de la démocratie et les droits de l’Homme dans notre pays… », a ajouté le ministre.

M. Sander n'a pas fait mystère de sa joie. La joie d'avoir servi au Togo pendant toutes ces années mais aussi de sa tristesse au moment de quitter le pays. Cependant, il dit avoir un motif de soulagement au moment de laisser ses charges à un nouveau diplomate. La satisfaction d'avoir contribué à  l’organisation des élections locales en vue d’asseoir un processus de décentralisation plus fort pour le développement du pays.

« Les questions relatives aux élections locales ont été très importantes pour l’Allemagne dans nos contacts avec le Togo dans le cadre de notre coopération. Donc je suis heureux finalement qu’on ait pu arriver à ce moment important que nous croyons. Et moi je crois qu’il est vraiment important de prendre des décisions de développement plus proches des citoyens dans les communes », s'est-il satisfait.   

Il est à rappeler que l’Allemagne à travers la GIZ, apporte des appuis techniques et financiers à l’État togolais dans plusieurs domaines tels que l’agriculture, l’éducation, la santé, l’électrification rurale par les énergies renouvelables et la décentralisation.  

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 mai 2019)- Le Vice-Premier ministre Serbe, chargé des affaires étrangères, Ivica Dacic a séjourné samedi 18 mai 2019 à Lomé dans le cadre d'une mission de travail avec les autorités togolaises, a appris l'Agence de presse AfreePress.

Le diplomate a profité de son séjour au Togo pour remettre une invitation au Chef de l'État, Faure Gnassingbé pour une visite officielle à Belgrade en Serbie. 

Le Chef de l'État et  M. Dacic ont longuement échangé sur le Plan national de développement (PND), précisent des sources proches de la présidence de la République. « Nous avons eu des discussions très importantes portant sur l'état des relations entre nos deux pays. Nous souhaitons revitaliser ces relations dans les secteurs de l'économie, de l'agriculture, de l'énergie et de l'éducation », a  indiqué Ivica Dacic à l'issue de son entretien avec le Président de la République.  

Après le Chef de l'État, le diplomate Serbe a eu des discussions avec son homologue togolais, Robert Dussey. 

Les deux (02) diplomates ont abordé des sujets relatifs à la coopération entre leur pays dans divers domaines, toujours dans la droite ligne du PND. 

A la fin des travaux, les deux (02) personnalités ont procédé à la signature d'un mémorandum d'entente. Le document prévoit entre autres, des consultations politiques et diplomatiques entre les deux pays.

La délégation serbe est attendue au sommet Togo-UE du mois de juin prochain à Lomé.  

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 16 avril 2019)- En décembre 2017, le Togo votait contre une résolution de l'ONU condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale de l'État hébreu. Une position du Togo qualifiée de « courageuse » par les observateur. Mais est-ce que le pays de Faure Gnassingbé pourrait pousser encore plus loin ce soutien à l'État juif jusqu'à installer son propre ambassade à Jérusalem ? 

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de l'Intégration africaine du Togo, Robert Dussey répond à cette question dans un entretien accordé au site www.sputniknews.com.

Pour Robert Dussey, rien n'est encore décidé. Cela pourrait advenir ou pas. Ça dépendra de la décision du gouvernement de son pays. « Le Togo ne dispose pas à ce jour d'ambassade à Tel-Aviv. Même si le Togo a voté contre la résolution onusienne condamnant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, le gouvernement avisera et décidera en toute indépendance du lieu d'implantation de son ambassade au cas où elle viendrait à être rouverte », a-t-il déclaré laissant planer le suspense.

Le Togo et l'État d'Israël entretiennent de bonnes relations. L'organisation du 1er sommet Afrique-Israël que devait accueillir Lomé en décembre 2017, avant d'être reporté sine die, suite à des pressions africaines et arabes, en est un illustration, fait remarquer le site sputniknews. 

Selon M. Dussey, cette bonne entente entre Lomé et Tel-Aviv ne devrait en principe pas nuire aux relations entre les pays arabes et le Togo.

« Le Togo et l'État d'Israël, à l'instar de certains pays épris des questions de paix et de sécurité, s'accordent mutuellement soutien sur toutes les questions d'intérêt commun, y compris celles relatives à la souveraineté de leur État respectif et à leur intégrité territoriale », fait-il savoir. Selon lui, les positions adoptées par le Togo permettent de « lever le voile sur le flou qui persiste sur la ville de Jérusalem ».

Cette position fait-il savoir, n'empêche cependant pas, Jérusalem d'être reconnue comme berceau des trois religions fondamentales, notamment le judaïsme, le christianisme et l'islam. 

« Cette position ne devrait pas en réalité affecter nos relations avec les pays arabes, qui sont également épris des questions de paix et de sécurité », conclut-il.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 11 avril 2019)- Le nouvel Ambassadeur des États-Unis d’Amérique au Togo, Eric William Stromeyer a présenté jeudi 11 avril 2019 ses lettres de créance au Président de la République, Faure Gnassingbé. 

L'Américain Eric William Stromeyer, remplaçant de l'ambassadeur David Gilmour attend œuvrer dans la continuité du travail abattu par son prédécesseur pour le renforcement de la coopération entre les États-Unis et le Togo. 

« Je suis très honoré de pouvoir continuer le partenariat de longue durée entre nos deux pays. Les Américains et les Togolais sont ensemble depuis très longtemps. Je viens d’arriver et j’apprends à travers mes collègues les réalités togolaises et je compte pouvoir voyager dans le pays pour rencontrer les populations. Nous allons continuer les actions pour le bien-être de ces populations », a déclaré le diplomate américain au sortir de l'audience. 

Avant le Togo, Eric William Stromeyer a été sous-Secrétaire adjoint par intérim chargé de l’Afrique de l’Est et le Soudan du Sud au Bureau des Affaires du département d’Etat américain.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 2 avril 2019)- Le Président de la République du Sénégal, Macky Sall a pris officiellement fonction ce mardi 2 avril 2019 à l’issue d’une cérémonie d’investiture organisée à Dakar et qui a vu la participation d’une vingtaine de Chefs d’État dont le Président togolais, Faure Gnassingbé.

La cérémonie de prestation de serment s’est déroulée au Centre des Expositions de Diamniadio (Dakar Expo Center) devant une foule de plus de 4000 personnes, a appris l'Agence de presse AfreePress.

Parmi les Chefs d’État ayant fait le déplacement de Dakar pour assister à cette cérémonie, figurent  Mahamadou Issoufou du Niger, José Mário Vaz de la Guinée Bissau, Ibrahima Boubacar Keïta du Mali, Adama Barrow de la Gambie, Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, Alpha Condé de la Guinée, Georges Weah du Libéria, Sahle-Work Zewde de l’Éthiopie, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Félix Tshisekedi de la République Démocratique du Congo (RDC), Denis Sassou Nguesso du Congo, Paul Kagamé du Rwanda et Faure Gnassingbé du Togo.

L’ancien président français Nicolas Sarkozy et l’ex-Premier ministre de Grande Bretagne, Tony Blair ainsi que le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo ont également pris part à cette cérémonie.

Réélu avec 58,26% des voix à l’issue de la présidentielle du 24 février 2019, Macky Sall a prêté serment ce mardi pour un second mandat à la tête du Sénégal. 

Il faut noter que le Chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé séjourne depuis lundi 1er avril 2019 au Sénégal, où il a eu des tête-à-tête avec plusieurs de ses homologue dont le Président sénégalais.

Raphaël A.

Page 1 sur 11

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…