Diplomatie

Diplomatie (128)

©AfreePress-(Lomé, le 27 août 2018)-Le chef de l'Etat Faure E. Gnassingbé prendra part au prochain Sommet Chine-Afrique portant sur la coopération sino-africaine. A quelques jours de l’ouverture de cette rencontre, le Président togolais a  accordé une interview à la chaîne CGTN. Interview dans laquelle il revient sur la qualité de la coopération qui lie la Chine à son pays, le Togo et exprime son appréciation de l’état des relations sino-togolaises au cours des quatre dernières décennies et assure que le sommet sino-africain va insuffler une nouvelle dynamique au partenariat entre le Togo et la Chine.

Lire l’entretien…

CGNT : Excellence Monsieur le Président, je vous remercie d’avoir accepté notre interview. L’aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé a été mis en service depuis deux ans, quels sont les impacts de cette infrastructure sur la vie de la population togolaise ? En outre, a-t-elle donné une impulsion aux échanges commerciaux entre le Togo et la Chine ?

SEM F.E.G: Je vous remercie d’avoir bien voulu nous interviewer et de commencer par un sujet qui fait un peu la fierté des Togolais, puisque les Togolais sont fiers de cet aéroport. Je voudrais avant tout, saluer la qualité de la construction de cet aéroport. Je crois que c’est un bel aéroport, c’est un aéroport qui est efficace, qui est sûr et qui garantit toutes les formes de sécurité qui sont importantes aujourd’hui.

C’est un aéroport qui a aussi une vocation régionale, si vous regardez autour de nous, c’est probablement un des plus modernes aujourd’hui dans la sous-région et qui a un impact direct sur la vie des Togolais. Je peux dire que ceux qui en bénéficient le plus, ce sont essentiellement les voyageurs et ceux qui y travaillent. Est-ce que ça a donné une impulsion aux échanges entre la Chine et notre pays ? Je peux dire que c’est quelque chose qui évolue beaucoup.

Les échanges commerciaux entre la Chine et le Togo n’ont pas cessé de progresser et ils continueront. Mais si vous me demandez de savoir quand est ce qu’il y aura une ligne entre Lomé et la Chine, je peux vous dire que dans quelques années,  ce sera une réalité.

CGNT : La Chine et le Togo ont établi des relations diplomatiques depuis plus de quatre décennies. Quel regard portez-vous sur le développement des relations entre nos deux pays au cours de ces dernières années et sur la coopération entre nos deux pays dans le futur ?

SEM F.E.G : Les relations entre la Chine et le Togo, vous l’avez dit, datent de 4 décennies. Il y a des choses et des constantes qui ne changent pas. C’est la fidélité dans l’amitié, c’est la confiance réciproque et c’est une entente sur les grandes questions qui concernent ce monde. Ça n’a pas  changé.

Ce qui a changé, je peux dire que c’est pour le meilleur, notamment dans le domaine économique. Elle a beaucoup changé en quantité, c’est-à-dire que c’est une relation qui est plus vigoureuse.

Les montants en jeu sont beaucoup plus importants et donc se sont adaptés aussi à la nature de nos besoins. Au fur et à mesure que la Chine a eu des moyens plus importants, elle a  accru également l’aide qu’elle apporte à la coopération qui existe entre elle et les pays d’Afrique en général, et le Togo en particulier.

Et puis récemment, ce qui me plaît dans l’évolution de nos relations, je vois qu’elle est de plus en plus axée sur les échanges entre les jeunes. Beaucoup de jeunes Togolais ont la possibilité d’aller en Chine soit pour se former, soit pour observer ou apprendre un peu des expériences qu’il y a dans votre pays.

CGNT : Quels types d’entreprises chinoises voulez-vous encore introduire au Togo ? Les investissements des entreprises chinoises ont-ils aidé le Togo dans son développement durable ?

SEM F.E.G : Les  investissements ont  aidé le Togo dans sa croissance et dans son développement. Mais vous savez que le développement, c’est un chemin qui ne s’arrête pas. Le progrès n’a pas de limite, pour l’instant. Il y a eu des progrès certes, mais on peut faire mieux. Nous savons qu’il y a des dizaines de millions d’emplois en Chine qui sont prêts à être délocalisés. Donc toutes les entreprises en Chine qui sont prêtes à être délocalisées sont toujours les bienvenues.

Si vous demandez les secteurs dans lesquels nous avons besoin des investissements, je vous dirai naturellement le secteur agricole parce que c’est le plus important de notre économie. Notre agriculture a besoin d’être modernisée et industrialisée, c’est ce qu’on appelle l’agro-industrie. Je dirai que dans ce secteur-là, nous avons besoin des entreprises chinoises.  

Comme vous le savez, le Togo, à l’instar d’autres pays africains, est un pays où il y a beaucoup de jeunes et aujourd’hui la jeunesse, sa première priorité, c’est l’emploi. Nous ferons tout pour attirer ces emplois-là.

CGNT : En septembre prochain, le sommet du forum sur la coopération sino-africaine se tiendra à Beijing. Vous allez y participer et y rencontrer le président chinois Xi Jinping.  Qu’attendez-vous de cette rencontre et quel impact pensez-vous que ce sommet aura sur les relations sino-africaines ?

SEM F.E.G : Je pense que ça va être un sommet important. Parce que quand nous regardons le monde aujourd’hui, il a évolué. Lorsque nous regardons le comportement de certaines puissances, ce comportement a changé. Le monde est devenu beaucoup plus imprévisible aujourd’hui.

Je pense que pour de vieux partenaires, alliés et amis comme l’Afrique et la Chine, nous avons besoin de maintenir la stabilité. Nous avons également besoin de confronter un peu nos points de vue sur les développements politiques et diplomatiques que nous voyons dans le monde.

Il y a une tentation de la part de certaines puissances de faire des choses seules. Alors que nous, ce qui est la base de la relation entre l’Afrique et la Chine, c’est la concertation, et le souci d’avoir une coopération comme on dit, gagnant-gagnant. La Chine y trouve son intérêt et les Africains également.

Donc face à ce que l’on voit dans le monde, le terrorisme, les changements climatiques, je voudrais que nous puissions en parler avec le Président Xi Jinping, parce que je sais que son souci, comme le nôtre, est de préserver la paix, partout où elle est possible ; la rétablir là où elle est menacée et surtout promouvoir le multilatéralisme. Ça c’est sur les plans politique et diplomatique.

Sur le plan économique, nous pensons que nous allons pouvoir parler du grand projet chinois que je salue, la « Une ceinture, une route », et voir quelle place l’Afrique peut occuper dans ce grand projet, qui est ambitieux, généreux, et à mon avis, révolutionnaire. Parce que c’est rare de voir un pays, même si la Chine est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale, entreprendre un projet d’une telle ampleur qui embrasse pratiquement tous les continents.

CGNT : Le prochain sommet porte sur l’initiative « ceinture et route » et s’engage à renforcer la communauté de destin entre la Chine et l’Afrique. Quelles opportunités l’initiative « ceinture et route » peut-elle apporter à la coopération sino-africaine et comment constatez-vous la communauté du destin commun pour l’humanité, l’idée proposée par le président chinois Xi Jinping ?

SEM F.E.G : D’abord je salue cette idée et je fais le lien entre les deux. Parce que quand vous observez la mondialisation aujourd’hui, le vrai problème est l’accroissement des inégalités. Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres sont de plus en plus pauvres. Et quand il y a de telles inégalités, de telles différences, comment peut-on parler de communauté de destin ? C’est pour ça que je salue « une ceinture, une route ».

Il s’agit de créer les conditions pour que ceux qui sont les plus défavorisés puissent aussi avoir accès à une forme de prospérité et puissent sortir de l’état de pauvreté qui est le leur. J’ai aussi récemment lu le livre du président Xi Jinping sur la manière de combattre la pauvreté. Donc je vois que c’est un souci que nous partageons ensemble.

Si le monde tel qu’il fonctionne aujourd’hui doit continuer ainsi, on ne pourra pas parler de communauté de destin.

Mais la communauté de destin ne peut pas être seulement un slogan. C’est d’abord l’action. Et je crois que cette action, c’est le projet « une ceinture, une route ». Donc moi je fais le lien entre l’idée d’une communauté de destin et le projet « une ceinture, une route ». Maintenant, mon souhait, comme je l’ai dit tantôt, est que l’Afrique, qui est un continent d’avenir, puisse profiter et mériter la part qu’on lui attribuera dans ce grand projet.

Notre première ambition, c’est de faire taire les armes sur le continent africain. Donc c’est la paix. Et s’il y a la paix, le reste est permis.

©AfreePress-(Lomé, le 20 août 2018)- Le Président de la République, Faure Gnassingbé est annoncé pour une visite de travail et d'amitié en République populaire de Chine du 02 au 10 septembre prochain, a appris l’Agence de presse AfreePress.

En Chine, la délégation togolaise avec à sa tête le Chef de l’Etat aura un emploi du temps bien chargé selon les informations rapportées par le site d’information « Togofirst » ce lundi.

Le marathon présidentiel commencera à Pékin, la capitale chinoise, où le Président de la République togolaise assistera au dialogue du Forum sur la coopération Sino-Africaine (FOCAC)  qui aura lieu le 02 septembre 2018 en présence de plusieurs autres chefs d'État africains et asiatiques.  Cette rencontre de haut niveau sera suivie, les 03 et 04 septembre d’une table ronde axée sur le renforcement de la coopération avec le géant asiatique dans plusieurs secteurs à l’instar de l’économie.

La journée du 05 septembre sera quant à elle, consacrée à des rencontres avec des institutions financières et étatiques chinoises au rang desquels se trouve le conglomérat China Merchant Group, très actif dans les secteurs maritime, financier et immobilier. 

M. Faure Gnassingbé rencontrera au cours de son voyage, les responsables de l’Eximbank de Chine, la Banque d’import-export, ceux de la China Development Bank ainsi que le Directeur Général de la Banque des BRICS, informe togofist.

Outre ces rencontres, un entretien bilatéral entre Faure Gnassingbé et son homologue chinois, Xi Jinping est inscrit au projet de ce voyage.

Le Président de la République, Faure Gnassingbé devra ensuite se rendre dans la Province du Zhiejan, l’un des symboles du miracle économique chinois, où le Chef de l’Etat prendra  ses quartiers. Dans cette province, il sera question de la signature d’un partenariat stratégique avec des représentants locaux. 

Cet accord avec la 4e province chinoise en termes d’activités économiques, ouvrira la voie à des investisseurs chinois importants pour la mise en œuvre du Plan national de développement (PND).

Le Président de la République bouclera sa tournée dans la province du Zhiejan par une visite des installations du géant en ligne Alibaba, du Hangzou Economic & Technological Development Area ainsi que d’autres entreprises.

La délégation présidentielle mettra enfin le cap sur la province du Guangdong, 8e province économique du pays en vue de nouer des partenariats dans le secteur textile.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 18 août 2018)- Le Président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani a reçu vendredi 17 août 2018 au siège de l’Assemblée nationale à Lomé, la visite d’une délégation du parlement britannique conduite par le député Andrew Rosenberg. Les échanges entre la délégation britannique et le président de l’Assemblée nationale du Togo ont porté sur le renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les deux parlements, a appris l’Agence de presse AfreePress.

« Nous sommes ravis d’être ici au Togo et de visiter votre splendide Assemblée nationale et d’avoir une rencontre fructueuse avec le président, Dama Dramani dans le cadre des relations entre les parlements britannique et togolais dans une perspective de partenariat fructueux dans le futur », a laissé entendre Andrew Rosenberg.

« Nous avons remarqué que le partenariat n’était pas aussi fort et donc, nous sommes venus dans ce cadre pour le renforcer et à cet effet, il a été décidé qu’un groupe d’amitié sera formé au niveau de l’Assemblée de la Grande-Bretagne ce qui est déjà fait ici au Togo. Ces deux groupes d’amitié parlementaires vont s’entretenir, travailler ensemble dans le cadre du renforcement de leur partenariat », a-t-il ajouté.

Moulikatou S.

©AfreePress-(Lomé, le 17 août 2018)- La mort de l’ancien Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Kofi Annan a été annoncée dans la matinée du samedi 18 août 2018 par sa famille et sa fondation. « C’est avec une immense tristesse que la famille Annan et la Fondation Kofi Annan annoncent que Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies et lauréat du Prix Nobel de la paix, est décédé samedi 18 août après une courte maladie. Sa femme Nane et leurs enfants Ama, Kodjo et Nina étaient à ses côtés durant ses derniers jours », indiquent la fondation Kofi Annan et la famille dans un communiqué.

Kofi Annan, poursuit le communiqué publié sur le compte Twitter de l’ancien diplomate de l’ONU, était un homme d’État mondialement connu et un internationaliste profondément engagé dans la lutte tout au long de sa vie pour un monde plus juste et pacifique. « Au cours de sa brillante carrière et de son passage à la tête des Nations Unies, il fut un ardent défenseur de la paix, du développement durable, des droits de l’Homme et de l’Etat de droit. Après avoir quitté les Nations Unies, il a continué à œuvrer sans relâche pour la cause de la paix en prenant la tête de la Fondation Kofi Annan et en présidant le Conseil des anciens, un groupe mis en place par Nelson Mandela. Kofi Annan était une source d'inspiration pour aussi bien les jeunes du monde que les moins jeunes », relate le communiqué.

Kofi Annan était un fils du Ghana et portait sur lui, une responsabilité particulière envers l'Afrique. Il était particulièrement épris du développement de l'Afrique et engagé dans de nombreuses initiatives, notamment le succès du programme « Africa Progress Panel » et de l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), indique sa famille qui salue son engagement dans la lutte contre la pauvreté partout où il passait. « Il manquera énormément à tout le monde, ainsi qu’à ses collaborateurs à la fondation Kofi Annan et à ses nombreux anciens collègues des Nations-Unis », conclut le communiqué.

Le monde salue un homme de paix et une valeur sûre de l’Afrique

Les messages de compassion et de condoléances se multiplient sur Twitter et les réseaux sociaux à la suite de ce décès annoncé.

Le Togo perd un ami et l’une des voix à l’avoir inspiré à sortir de sa crise en 2005…

C’est par la voix du Président de la République, Faure Gnassingbé que le Togo a exprimé ses condoléances à la famille de l’illustre disparu et à la nation ghanéenne toute entière.

« Le décès de l'ancien Secrétaire Général des Nations Unies Kofi Annan nous plonge tous dans la tristesse. Ce digne fils d'Afrique fut un vaillant représentant de notre continent », laisse entendre le Président Faure Gnassingbé qui présente au nom de la nation togolaise et en son nom propre, ses « émouvantes condoléances à sa famille et à l’ensemble du peuple ghanéen ».

Le ministre Gilbert Bawara s’est dit « profondément triste et affligé par la disparition de Kofi Annan ». « Il a été une vraie étoile africaine sur la scène internationale, et pour beaucoup d’entre nous un mentor, une vraie autorité morale, la pondération et la voie de la sagesse », écrit le ministre sur son compte Twitter.

En lui, poursuit-il, le TOGO perd un « vrai ami ». « En 2005, il fut l’une des voix à nous inspirer, hors des caméras et des micros, l’audace et des initiatives majeures en matière des droits de l’Homme. Nous lui disons notre gratitude et reconnaissance infinies. Qu’il repose en Paix », souhaite M. Bawara.

Sur le plan mondial, plusieurs personnalités manifestent leur compassion à la famille Annan à l’instar de Rock-Marc Christian Kabore, Emmanuel Macron, Manuel Valls qui apportent adressent leurs condoléances au peuple ghanéen et au Président Nana Dankwa Afufo-Addo qui de son côté, a exprimé plus tôt dans la matinée de ce samedi, sa tristesse à l’annonce du décès de son compatriote.

« J'ai appris avec tristesse le décès survenu ce matin de l'ancien Secrétaire Général de l'ONU et Prix Nobel de la paix 2001, Kofi Annan. A sa famille, ses proches, au Peuple Ghanéen et à mon homologue @NAkufoAddo, je présente mes sincères condoléances et exprime ma compassion », écrit sur son compte Twitter, le Président Rock-Marc Christian Kabore.

Le gouvernement et le peuple ghanéens, la première dame Rebecca et moi-même, écrit le Président Nana Dankwa Afufo-Addo, « sommes profondément attristés par l’annonce du décès, à Berne, en Suisse, de l’un de nos plus grands compatriotes, M. Kofi Annan ».

« Au nom de toute la nation ghanéenne, je présente nos sincères condoléances à sa veuve bien-aimée, Nane Maria, et à ses enfants dévoués, Ama, Kojo et Nina, pour cette grande perte. Je suis toutefois rassurée par l’information, après avoir parlé à Nane Maria, qu’il est mort paisiblement dans son sommeil. Grand diplomate international et ancien Secrétaire général des Nations Unies, le très respecté Kofi Annan a été le premier citoyen d'Afrique subsaharienne à occuper cet important poste. Il a apporté une renommée considérable à notre pays par sa conduite et son comportement sur la scène mondiale. Il était un ardent défenseur de la capacité du Ghana à résoudre ses problèmes par lui-même et à travers ses propres moyens afin de se mettre sur la voie du progrès et de la prospérité », indique le Président ghanéen qui annonce qu’il a ordonné que, en son honneur, le drapeau national soit mis en berne pendant une semaine dans tout le pays et dans toutes les missions diplomatiques du Ghana à travers le monde et ce, à partir du lundi 20 août 2018.

Helen Clark, l’administratrice du Programme des Nations Unies pour le Développement indique pour sa part, que le monde a perdu un grand homme d’Etat des temps modernes qui assurément, manquera énormément à tous.

La France, par la voix d’Emmanuel Macron, lui rend un vibrant hommage. « Nous n’oublierons jamais son regard calme et résolu, ni la force de ses combats, écrit le Président français.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 17 août 2018)- Le Président de la République Faure Gnassingbé a reçu ce vendredi 17 août 2018, les lettres de créances du nouvel ambassadeur de Chine auprès du Togo, Chao Weidong, a appris l'Agence de presse AfreePress.

Le diplomate chinois et successeur de Liu Yuxi a, au cours de son premier entretien avec le chef de l’Etat, salué l'état des relations sino-togolaises fondées sur le respect mutuel, l’égalité et les bénéfices réciproques. 

Il a également réaffirmé son engagement à redonner du dynamisme à la coopération multiforme et diversifiée à travers de nouvelles stratégies issues des recommandations du prochain Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) qui aura lieu le 2 septembre 2018 à Pékin.

« Je vais œuvrer au raffermissement des liens d’amitié et à l’approfondissement de la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et le Togo. Le Forum sur la coopération sino-africaine sera une nouvelle opportunité pour approfondir davantage les relations entre les deux pays », a indiqué M. Chao Weidong.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 16 août 2018)- Le Président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani a reçu ce jeudi 16 août 2018 au siège de l’Assemblée Nationale à Lomé, la visite de son homologue le Président du parlement de la  Guinée Bissau, Cipriano Cassama. 

Présent à Lomé dans le cadre de la 42ème session ordinaire du Comité Inter-Parlementaire de l’UEMOA, Cipriano Cassama a tenu à rencontrer son homologue à qui il a présenté les remerciements du peuple guinéen pour le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé pour son implication dans la résolution de la crise en  Guinée Bissau.

« Nous sommes venus dire au président Dama Dramani de transmettre nos salutations à Son Excellence le Président Faure Gnassingbé pour son travail personnel pendant le temps de la résolution définitive de notre crise. Les crises ne finissent jamais mais nous sommes convaincus que le Président Faure Gnassingbé a vraiment fait un grand travail et nous devons le remercier pour les efforts louables abattus pour que la Guinée Bissau voit ses fils et filles sur le chemin de la réconciliation », a-t-il indiqué à la sortie de l’audience.

« La Guinée Bissau a eu une grave crise pendant 3 ans. C’est grâce au Togo qu’aujourd’hui notre pays est sur la voix de la stabilité, pour des élections législatives qui auront lieu le 18 novembre », a-t-il ajouté.

Il a pour l’occasion invité  Dama Dramani à prendre part à une session ordinaire « importante » qui va réunir tous les présidents des parlements au  Nigeria.

Christelle A.

©AfreePress-(Lomé, le 1er août 2018)-Le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a reçu en audience mercredi 1er août 2018, le Président de la Gambie, Adama Barrow. Les deux Chefs d’Etat ont au cours de cette audience, fait le tour d’horizon des relations de coopération entre les deux pays et la perspective de renforcement de ces relations, a appris l’Agence de presse AfreePress.

Les deux personnalités ont également passé en revue les fléaux qui minent la sous-région. Ces fléaux qui ont pour nom, l’insécurité et le terrorisme.

Le Président gambien a pris part aux côtés de ses pairs africains, aux travaux du sommet conjoint CEDEAO-CEEAC sur « la paix, la sécurité, la stabilité et le terrorisme violent » et à la 53ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO.

En rappel, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé a œuvré pour le retour à la stabilité en Gambie au cours de son mandat à la tête de la CEDEAO.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 1er août 2018)- La passation de charges entre les Présidents Faure Gnassingbé du Togo et Muhammadu Buhari du Nigeria à la tête de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO, a eu lieu mardi 31 juillet 2018, à l’occasion de la cérémonie de clôture du sommet de la CEDEAO à Lomé.

A l’issue de cette cérémonie, le président togolais a adressé ses vifs remerciements à l'ensemble des Etats ayant pris part aux sommets tenus à Lomé. « L'esprit de fraternité qui a prévalu au cours de ces 3 rendez-vous régionaux conforte notre espérance en une intégration plus soutenue », a-t-il indiqué dans la soirée du 31 juillet 2018.

« Je salue et félicite SEM. M. Buhari pour son élection à la tête de la CEDEAO. Au nom du peuple togolais et en mon nom propre, je lui souhaite plein succès à la tête de notre communauté », a-t-il poursuivi.

Des messages de félicitation qui n’ont pas laissé indifférent le nouveau Président de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO qui a tenu à rendre la pareille à l’hôte togolais des sommets. 

« Truly humbled by my election today as the new Chairman of the Authority of Heads of State and Government of ECOWAS… ». « Je suis vraiment touché par mon élection aujourd'hui (31 juillet 2018) en tant que nouveau Président de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernements de la CEDEAO. Je m'engage à servir et à travailler avec mes collègues Chefs d'État pour assurer la paix, la sécurité, la bonne gouvernance et le développement socio-économique de la région », a-t-il publié sur son compte Twitter.

« Je remercie mes collègues pour l'honneur. Je voudrais tout particulièrement remercier mon prédécesseur, le président du Togo, Faure Gnassingbé, pour son excellente gestion de la CEDEAO. Et j'ai hâte d'accueillir la prochaine réunion à Abuja en décembre », a-t-il poursuivi.

Il faut rappeler que le sommet CEDEAO/CEEAC de Lomé a été consacré à la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent et la promotion de la paix et la sécurité dans les deux espaces.

Les participants ont discuté des moyens de mise en place de réponses décisives et durables aux différentes menaces à la sécurité des deux régions.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 31 juillet 2018)- Le Président de la République du Nigeria, Muhammadu Buhari présidera pour les douze (12) prochains mois, la CEDEAO en succession du chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé.

L’ex-Général des Forces armées du Nigeria a été porté mardi 31 juillet 2018, à la tête de l’institution sous régionale en qualité de nouveau président en exercice de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernements de la  CEDEAO par ses pairs à l’issue du 53ème sommet de l’organisation qui a pris fin à Lomé.

 Le président togolais a officiellement transféré ses pouvoirs au Nigérian au cours de la cérémonie de clôture de cette conférence en remettant à Muhammadu Buhari, le fanion de l’institution.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 31 juillet 2018)- La 53ème session des chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO a pris fin dans la soirée du mardi 31 juillet à Lomé. Plusieurs recommandations ont été faites à l’issue de ce sommet qui a enregistré la participation de plusieurs délégations.

Sur le cas togolais, les chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO ont appelé les parties en crise à faire preuve de retenue et à privilégier la paix et la stabilité du pays. L’organisation encourage la poursuite du dialogue en vue des réformes consensuelles et institutionnelles, l’amélioration du cadre électoral dans l’optique de tenir les élections législatives au plus tard le 20 décembre prochain, la recomposition de la Cour Constitutionnelle et la limitation du mandat de ses membres, la limitation du mandat présidentiel et l’instauration des deux tours de scrutin à toutes les élections.

Elle demande également à la classe politique togolaise de privilégier la voie parlementaire pour l’adoption des réformes et au cas échéant, de faire appel au suffrage populaire (référendum) pour trancher la question et encourage le vote de la diaspora togolaise.

Le gouvernement du Togo est appelé à poursuivre la mise en œuvre des mesures d’apaisement en continuant le processus ayant permis la remise en liberté des personnes arrêtées et détenues dans le cadre des manifestations publiques de l’opposition.

La CEDEAO condamne également tous les actes de violence par usage d’armes à feu. Des armes, qui selon elle, sont essentiellement réservées aux forces de l’ordre et de sécurité.

Elle exhorte les personnes détenant ces armes subtilisées au cours des manifestations à les restituer aux forces de l’ordre et à l’endroit de ces dernières, elle recommande plus de professionnalisme dans l’exercice de leur travail de maintien de l’ordre et exhorte le gouvernement à procéder à la révision intégrale du fichier électoral en vue de l’organisation le 20 décembre 2018, des élections législatives.

L’organisation sous régionale s’est également penchée sur des crises en cours dans d’autres pays de la région comme le Mali et la Guinée Bissau.

Il faut rappeler que c’est le 30 juillet dernier que le ballet de sommets internationaux ont démarré sur le sol togolais par le 1er sommet conjoint CEDEAO-CEEAC consacré à la lutte contre le terrorisme et à l’extrémisme violent en Afrique et le sommet de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

A.Y.

Page 2 sur 10

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…