Diplomatie

Diplomatie (140)

©Afreepress-(Lomé, le 05 mars 2018)- Les Chefs d’Etat togolais, Faure Gnassingbé, Président en exercice de la CEDEAO et son homologue nigérien, Mamadou Issoufou, étaient ce lundi 05 mars 2018 à Ouagadougou au Burkina Faso où ils ont présenté les condoléances des populations de la CEDEAO aux familles des victimes du double attentat terroriste du 2 mars dernier. 

A leur arrivée à Ouagadougou, les deux présidents ont été reçus par le président burkinabé, Rock-Marc Christian Kaboré et conduits comme annoncé par l'Agence de presse Afreepress, sur les sites des deux attaques.

Au cours de cette visite, le président en exercice de la CEDEAO, a réaffirmé le soutien sans faille de l'institution sous régionale au peuple burkinabé et à dit la fermeté  de l'organisation à combattre le terrorisme sous toutes ses formes dans l'espace.  

« La protection de nos populations et de leurs biens nous préoccupe au plus haut niveau. Face à cette insécurité, la coopération entre nos pays demeure une ressource inestimable », a laissé entendre le Président Faure Gnassingbé sur son compte twitter.

Le président togolais a, en outre appelé les pays de la sous-région à s’engager pour l’opérationnalisation de la force G5 soutenue par la Communauté internationale. « Nous devons tout faire pour que la paix et la sécurité règnent dans notre espace CEDEAO. Une solution définitive passe par une rapide opérationnalisation du G5 Sahel », a-t-il insisté. 

La démarche  de la CEDEAO à été saluée  par le président burkinabè, qui a exprimé sa gratitude à ses pairs pour leur soutien. « Je remercie le Président en exercice de la CEDEAO, mon homologue Faure Gnassingbé pour sa visite ce lundi à Ouagadougou. J'exprime notre reconnaissance à tous les Etats membres de la CEDEAO pour leur soutien », a déclaré le Président Rock-Marc Christian Kaboré.

En rappel, la double attaque du 2 mars dernier contre le quartier général des forces armées du Burkina Faso et l’Ambassade de France dans ce pays a occasionné la mort de huit policiers et militaires et fait 80 blessés. Huit terroristes ont été abattus.

Raphaël A.

©Afreepress-(Lomé, le 05 mars 2018)- Quelques jours après les attentats de Ouagadougou, deux chefs d’Etat de la CEDEAO se rendent en visite au Burkina Faso. Il s’agit de Faure Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO et Mamadou Issifou, président de la République du Niger.

Selon RFI (Radio France Internationale), les deux chefs d’Etat vont visiter les lieux des attaques en compagnie de leur hôte, le président Rock-Marc Christian Kaboré et Sabo Sidikou, Secrétaire permanent de la force G5. Une force militaire anti-djihadistes regroupant les armées du Niger, de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Mali et du Tchad.

L’attaque du 02 mars dernier a été revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), dirigé par le Touareg malien, Iyad Ag Ghali.

Le Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans (GSIM) affirme avoir agi « en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l’armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines ».

Il faut rappeler que la CEDEAO avec à sa tête, le président togolais est très impliquée dans la lutte contre le djihadisme en Afrique.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 20 février 2018)- Les pays membres de la CEDEAO pensent de plus en plus à la création d’une monnaie unique. Une rencontre consacrée à l’accélération du processus de création de cette monnaie unique réunira mercredi 21 février 2018 à Accra au Ghana, quatre (4) chefs d’Etat de l’espace, a appris l’Agence de presse Afreepress.

Il s’agit d’une rencontre qui va réunir les présidents Nana Akufo-Addo (Ghana), Muhammadu Buhari (Nigeria), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) et Mahamadou Issoufou (Niger). Ces quatre chefs d’Etat ont pour mission de soumettre à l’organisation, une nouvelle feuille de route destinée à la mise en œuvre du programme de la monnaie unique.

Plusieurs pays membres de l’organisation ont leur propre monnaie. Une situation que compte changer la CEDEAO qui réfléchit à corriger cette situation d’ici à l’horizon 2020.

Ce rendez-vous fait suite à une autre tenue les 17, 18 et 19 janvier 2018 à Abuja au Nigeria et qui a réuni plusieurs experts en la matière dont le travail sera soumis mercredi aux quatre chefs d’Etat de la région.

Anne KLIDJE

©Afreepress-(Lomé, le 10 février 2018)- Le Premier Ministre, Komi Selom Klassou a reçu vendredi 09 février 2018, une délégation japonaise conduite par Yoshifumi OKAMURA, Représentant du gouvernement du Japon pour la paix et la stabilité internationale. La délégation envoyée par le gouvernement japonais a rencontré le Chef du gouvernement dans le but de « solliciter » le soutien du Togo pour la candidature du Japon à l’organisation de l’Exposition Universelle de 2025 dont le pays hôte sera désigné en novembre 2018, a appris l’Agence de presse Afreepress, à travers un communiqué de la Primature.

« L’objectif principal de notre visite au Premier Ministre est de solliciter le soutient du Togo pour notre candidature à l’Exposition Universelle de 2025 », a déclaré Yoshifumi OKAMURA à sa sortie d’audience. 

Trois pays sont en liste pour l’organisation de cet évènement selon le Bureau International des Expositions (BIE). Il s’agit de la Russie, la République d’Azerbaïdjan et le Japon. Les 170 Etats Membres du BIE dont le Togo procéderont à l’élection du pays hôte, lors de la 164ème  Assemblée Générale de l’Organisation en novembre 2018.

Une Expo est un événement international qui est lieu tous les cinq (5) ans dont les objectifs sont entre autres, l'éducation du public, la promotion du progrès et la coopération internationale. Il est la « plus grande » rencontre au monde, rassemblant les pays, le secteur privé, la société civile autour des expositions interactives, de spectacles, d'ateliers et de conférences. La prochaine Exposition Universelle aura lieu à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021.

Raphaël A.

©Afreepress-(Lomé, le 29 janvier 2017)- Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, Président en exercice de la CEDEAO et le nouveau Président de l’Union Africaine, Paul Kagamé ont procédé lundi 29 janvier 2018 à Addis-Abeba en Ethiopie au lancement officiel de l’initiative de l’UA dénommé : « Marché unique du transport aérien africain (SAATM/Single African Air Transport Market) ».

Il s’agit d’un « premier » projet phare de l'Agenda 2063 de l'UA qui vise à créer un marché unique et unifié du transport aérien sur le continent et libéraliser l'aviation civile dans le but de faire avancer le programme d'intégration économique de l'Afrique, informent les premiers responsables de ces deux institutions.

La cérémonie de lancement est intervenue en marge des activités du 30ème Sommet de l’Union Africaine dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, a appris l’Agence de presse Afreepress. « Avec le nouveau Président en exercice de l'Union africaine, nous avons dévoilé ce jour la plaque marquant le lancement du marché unique du transport aérien africain (SAATM/Single African Air Transport Market) », a mentionné le Président Faure Gnassingbé sur son compte twitter.

Selon les statistiques, les compagnies aériennes africaines transportent moins de 3% du trafic aérien mondial. « Le SAATM contribuera à améliorer substantiellement cette performance », a- annoncé le président togolais.

En rappel, le SAATM fait suite à la Déclaration de Yamoussoukro adoptée 1999 et qui vise à promouvoir entre autres, une libéralisation complète de l'accès au marché entre les Etats africains, le libre exercice des droits de trafic, l'élimination des restrictions à la propriété et la libéralisation complète des fréquences, des tarifs et capacités.

Il s'agit de la « plus importante » initiative de réformes « jamais » lancée par les gouvernements africains dans le domaine du transport aérien. Sa mise en œuvre a néanmoins connu des difficultés. 23 pays africains sur 55 ont d’ores et déjà souscrit au marché unique du transport aérien Africain tandis que 44 autres sont signataires de la Déclaration de Yamoussoukro.

Raphaël A.

©Afreepress-(Lomé, le 28 janvier 2018)- Le Président de la République, Faure Gnassingbé séjourne depuis samedi 27 janvier à Addis-Abeba en Ethiopie où il prend part au 30ème sommet du l'Union africaine dans ce pays. A Addis Abeba, le Président de la République et président en exercice de la CEDEAO a présidé samedi, une session extraordinaire de l'organisation. Les chefs d'États de la CEDEAO se sont penchés sur les dossiers de « demandes d'adhésion à la CEDEAO et les défis sécuritaires ». 

Ils ont également abordé les questions liées aux réformes institutionnelles ainsi qu'aux crises sociopolitiques que connaissent certains pays de cet espace, a appris l'Agence de presse Afreepress.

Le Président togolais, Président en exercice de la CEDEAO a également eu au cours de son séjour à Addis-Abeba, des entretiens avec les Présidents ivoirien Alassane Ouattara, Bissau guinéen, Mario José Vaz et l’ancien Premier Ministre du Togo et actuel Président du Fonds International de Développement Agricole (FIDA), Gilbert Fossoun Houngbo. 

« J’ai eu de fructueux échanges avec mon homologue de la Côte d’Ivoire », a écrit le Président Faure Gnassingbé sur son compte twitter. « Avec le Président bissau-guinéen Mario José Vaz, nous avons abordé la question de la crise dans son pays et la volonté des Chefs d’Etat de la CEDEAO à trouver une solution durable » à cette crise, a-t-il fait savoir.

En marge des activités de la session extraordinaire de la CEDEAO,  le Président togolais a également participé dimanche 28 janvier 2018, aux travaux du 30ème Sommet de l'Union Africaine (UA). La lutte contre la corruption, la question des migrations et la réforme de l'institution ont été au cœur de ce sommet qui prend fin ce lundi 29 janvier.

Raphaël A.

©Afreepress-(Lomé, le 27 janvier 2017)- Le Président de la République Faure Esssozimna Gnassingbé a échangé vendredi 26 janvier avec le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, Antenio Guterres. Selon un communiqué de la Direction de la présidence togolaise, les discussions entre les deux personnalités ont porté sur la situation des pays de la région ouest-africaine étant entendu que le chef de l'État togolais préside actuellement la CEDEAO. Les échanges ont certainement porté également sur la crise sociopolitique que le vit le Togo depuis plusieurs mois et sa résolution.

M. Gutteres a été accueilli au salon d'honneur de l’aéroport Général Gnassingbé Eyadema de Lomé Tokoin

En route pour Addis-Abeba pour le 30e sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union Africaine, le Secrétaire Général de l’ONU a tenu à effectuer un arrêt à Lomé. 

Les échanges ont eu lieu en présence de la Coordonnatrice du Système des Nations Unies au Togo, Mme Khardiata Lo Ndiaye, a appris l’Agence de presse Afreepress.

Raphaël AZIAMADJI

 

©Afreepress-(Lomé, le 20 janvier 2018)- La 17ème session extraordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO a démarré samedi 20 janvier 2018 à Lomé. Cette session va permettre aux participants de parachever les réformes enclenchées depuis décembre 2017 à Abuja au Nigeria, a constaté sur place l’Agence de presse Afreepress.

La rencontre est présidée par le ministre des Affaires Étrangères de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey. Elle permettra, a-t-il dit, de procéder à la réforme des postes des commissaires qui passent de 15 à 9 et sera l'occasion pour l'institution de formuler des recommandations et résolutions concrètes et évolutives dans le but de moderniser la CEDEAO. 

« La réforme si elle aboutit, aura le mérite de pallier les handicaps actuels de capacité de la CEDEAO ce qui permettra de renforcer en conséquence ses capacités de fonctionnement », a-t-il ajouté.

La rencontre a pour but d’achever les efforts consentis depuis une décennie dans le but de répondre aux exigences et d’adapter l’institution aux règles modernes de gouvernance ainsi qu’à l’impératif d’un usage  à la fois rationnel et raisonnable des ressources de la CEDEAO.

Théophile Kponhinto

©Afreepress-(Lomé, le 22 décembre 2017)- Le Président de la République, Faure Gnassingbé a reçu en audience jeudi, Jacques Marion, 1er Vice-président de la Fédération pour la paix universelle (FPU), ceci en prélude au sommet africain sur la paix, la sécurité et le développement durable. Il s’est agi pour le 1er Vice-président de l’FPU d’inviter le chef de l’Etat togolais, à prendre part à ce sommet qui se tiendra à Dakar au Sénégal en 2018.

C’est un sommet qui regroupera dans la capitale sénégalaise au début de l’année 2018, les chefs d’Etats, les parlementaires et les associations autour d’une thématique devant déboucher sur  une résolution liée à l’interdépendance.

Le sommet de Dakar aura pour thème : « l’interdépendance, la coprospérité, les valeurs universelles » et verra la participation d’un grand nombre de responsables Africains.

Théophile K.

©Afreepress-(Lomé, le 19 décembre 2017)- Le Président de République, Faure Gnassingbé a reçu en audience lundi 18 décembre 2017, le Ministre des Affaires Etrangères du Sénégal, Sidiki KABA. Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur la redynamisation des relations entre le Togo et le Sénégal. Une réalité qui va se matérialiser par l’ouverture très prochainement d’une ambassade du Togo au Sénégal.

« Je suis venu transmettre un message du président Macky Sall à son amis et frère président Faure Gnassingbé et nous nous réjouissons de la qualité de l’accueil qui a été réservé à la délégation que je conduis auprès de lui. Mais ce que nous félicitions très particulièrement, c’est la bonne nouvelle que le Chef de l’Etat togolais m’a demandé de transmettre à son amis Macky Sall qu’il aura l’ouverture d’une ambassade au niveau du Sénégal et que la commission mixe entre le Togo et le Sénégal va se réunir », a déclaré au sortir de l’audience, Sidiki KABA.

La commission mixe dont il est question ne s’est plus réunie il y a plus de 32 ans. « Il s’agit des signes du réchauffement des relations entre les  deux pays et je pense que c’est une excellente nouvelle », a-t-il ajouté.

Il faut rappeler qu’au cours de cette même journée de lundi, le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé a reçu également en audience, Abdallah Boureima, Président de la Commission de l’Union Monétaire Economique Ouest Africaines (UEMOA) avec qui, il a passé en revue, les reformes politiques, les projets et programmes communautaires engagés par l’UEMOA.

La rencontre s’inscrit dans le cadre de l’exécution des décisions prises par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA le 10 avril 2017. Les deux personnalités ont profité de l’occasion pour étudier la feuille de route de l’année 2018 de l’UEMOA.

Raphaël A.

 

 

Page 5 sur 10

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…