Diplomatie

Diplomatie (108)

©Afreepress-(Lomé, le 31 mars 2017)- Une distinction honorifique a été décernée vendredi à Andrea Riccardi, le fondateur de la Communauté de Sant ‘Egidio, qui effectue depuis jeudi, une visite de 48 heures au Togo. La cérémonie s’est déroulée au palais de la présidence en présence de plusieurs ministres et diplomates accrédités au Togo, a constaté sur les lieux, l’Agence de presse Afreepress.


Cette distinction, soutiennent les autorités togolaises est accordée pour saluer le « rôle important » joué par la Communauté de Sant ‘Egidio à un « moment crucial de la vie sociopolitique de notre pays ».


M. Riccardi a salué la « sagesse » et le « patriotisme » dont les acteurs de la classe politique togolaise ont fait montre au cours des périodes difficiles de la vie du pays en l’occurrence en 2005 où les deux leaders (Faure Gnassingbé et Gilchrist Olympio) s’étaient retrouvés à Rome dans le cadre d’un dialogue destiné à mettre fin aux violences à caractère sociopolitique dans le pays. « Dans ce bâtiment (de la Communauté de Sant ‘Egidio à Rome, ndlr)  se sont nouées certaines choses qui sont méconnues des Togolais et qui ont ouvert la voie au succès du dialogue politique », a affirmé M. Riccardi au cours de son passage à Lomé.


Il faut rappeler que la Communauté Sant ‘Egidio a vu le jour en 1968 et a pour rôle de mener des médiations diplomatiques dans le sens de la prévention des conflits sociaux ou de leur extinction. Elle est également très engagée dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités dans le monde.


A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 20 mars 2017)-Le chef de l’Etat Faure Gnassingbé a reçu en audience dimanche 19 mars 2017 à Lomé, le président de l’Association Japonaise pour le Développement Economique de l’Afrique (AFRECO), Tetsuro YANO. Cet entretien était axé sur le renforcement de la coopération bilatérale entre le Japon et le Togo, a appris l’Agence de presse Afreepress.

Cette troisième visite du président de l’AFRECO au Togo, a permis au chef de l’Etat togolais de passer en revue les actions menées au Togo par le Japon. « J’ai bien compris de nos discussions, le souci du Président de la République pour le bien être de la population togolaise », a déclaré Tetsuro YANO au sortir de l'audience. Il a par ailleurs annoncé la décision du Japon d'ouvrir une représentation diplomatique au Togo dans les jours à venir.

Il faut rappeler que le Togo et le Japon entretiennent de très belles relations depuis des années.

Théophile K.

©Afreepress-(Lomé, le 9 mars 2017)- Le président de la République Faure Gnassingbé séjourne depuis mercredi à Oyo au Congo dans le cadre d’une visite d’amitié et de travail et ce, à l’invitation du chef de l’Etat congolais, a appris l’Agence de presse Afreepress d’un communiqué officiel.


Accueilli mercredi à sa descente d’avion à l'aéroport d'Ollombo par son homologue congolais, Denis Sassou N'Guesso, les deux chefs d’Etat ont eu un tête-à-tête à la villa des hôtes de marque avant de prendre part à une séance de travail élargie aux autres membres des deux délégations. « Les entretiens ont porté sur plusieurs questions d’intérêt commun aux deux pays ainsi que sur le renforcement de l’intégration entre les différentes régions, en faveur du développement de l’Afrique », rapporte le communiqué.


Jeudi, le chef de l’Etat a assisté en tant qu’invité d’honneur à la cérémonie de signature du Mémorandum d'accord sur la création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, un mémorandum lancé à l'initiative du président Denis Sassou N'Guesso lors de la COP22 tenue au Maroc en novembre dernier. Les pays de la région (Angola, Burundi, Caméroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée-Equatoriale, Rd-Congo, Rwanda, Tanzanie, Tchad, Zambie) appuyés par les agences du système des Nations unies et d’autres partenaires au développement ont fait le déplacement d’Oyo pour conclure ce partenariat considéré comme salutaire pour la préservation des bassins d'eau et forestiers de leur espace géographique commun.


La dernière visite du chef de l’Etat togolais à Oyo remonte au mois de septembre.


A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 28 février 2017)- Calixte Batossie MADJOULBA est le nouvel ambassadeur du Togo en Israël (non résident). Il a présenté lundi 27 février dernier, ses lettres de créances au président de l’Etat d’Israël, Reuven Rivlin lors d’une cérémonie à Jérusalem, a appris l'Agence de presse Afreepress de sources proches de la diplomatie togolaise.

Au cours de l’entretien, M. Rivlin a salué le « climat d’entente entre les deux pays et la position équilibrée de Lomé sur la scène diplomatique internationale » qui contribue selon lui, à la recherche d’une solution de paix dans la région Ouest-africaine. Il s’est également félicité de l’initiative prise par le président Faure Gnassingbé d’organiser en octobre prochain à Lomé, le 1er sommet Afrique-Israël.

Né le 14 octobre 1967 à Aneho, SEM Calixte Batossie MADJOULBA mène une carrière militaire puis diplomatique. Officier de l’Ordre National du Mérite du Togo, il est, entre autres, titulaire d’un Master d’Etudes diplomatiques supérieures et d’un Diplôme de Relations internationales approfondies du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Paris (groupe HEI-HEP).

Il faut rappeler que quelques jours auparavant, c’était Michel Dagoh qui prenait officiellement ses fonctions en Allemagne en tant que nouvel ambassadeur du Togo dans ce pays.

Les relations entre Lomé et Berlin sont très bonnes, fait noter Robert Dussey. Ceci s’illustre par la tenue prochainement à Lomé de la seconde édition du Printemps Germano-togolaise avant l’organisation octobre du Sommet Afrique-Israël.

Aklom AJAVON

©Afreepress-(Lomé, le 16 février 2017)-Le chef de l’Etat Faure Gnassingbé s’est entretenu jeudi au Caire avec le Président Egyptien Abdel Fattah Al-Sissi. Les échanges, selon un communiqué de la présidence de la République, ont porté sur le renforcement des relations de coopération entre le Caire et Lomé dans divers domaines à savoir la sécurité et la lutte contre le terrorisme, les infrastructures, l’aviation, l’agriculture, la santé, le tourisme et la culture. 

L’Egypte qui entend renforcer sa présence diplomatique sur le continent explore plusieurs sites en vue de multiplier des projets de développement dans notre pays et investir dans les secteurs porteurs. Les deux personnalités ont également abordé le projet de la compagnie EgyptAir de desservir l’aéroport International Gnassingbé Eyadema de Lomé. Le dernier voyage de Faure Gnassingbé au Caire remonte à avril dernier et a été couronnée par la signature de trois protocoles d’accord de partenariat économique. 

L’Egypte pilote au Togo de nombreux projets sur les plans économique et social.

Le Président de la république est accompagné dans ce voyage du ministre des infrastructures et des Transports et le Directeur de l’Aviation Civile.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 25 janvier 2017)- Un pont de 120 mètres de portée verra bientôt le jour sur le fleuve Mono à Alinmondji, a appris l’Agence de presse Afreepress de sources proches du gouvernement. Le Président de la République se rendra jeudi dans cette localité située dans la préfecture de l’Est Mono pour présider à la cérémonie de pose de première pierre, donnant ainsi le coup d’envoi aux travaux. Il s’agit d’un projet, avance les experts, qui rime  parfaitement avec les objectifs du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) initié par le gouvernement.

Le projet bénéficie d’un financement de l’Etat togolais, de la BOAD et de la BIDC et coûtera environ 77.036.500.000 F CFA. L’ouvrage permettra d’après les informations, aux populations de la préfecture de l’Est Mono de rallier facilement la Route nationale N°1 (RN1) avec une réduction considérable du temps de parcours et du coût du transport.

Il entre dans le cadre du programme d’investissement dans le secteur des transports qui vise à soutenir le développement économique et social et l’intégration en Afrique de l’Ouest par la réhabilitation de la RN1, sur le tronçon Atakpamé-Blitta-Aouda (150 km), la mise en œuvre des mesures de facilitation du transport et la réalisation des aménagements connexes.

A cet endroit il y existait un pont qui est aujourd’hui en mauvaise état obligeant les populations à parcourir environ quarante kilomètres avant d’accéder à la nationale N°1 à partir du contournement de Nyamassila ou d’Anié. La construction de ce pont va donc  faciliter la tâche aux populations d’Alinmondji et de Nyamassila et permettra de rallier sans difficulté le chef-lieu de la préfecture de l’Est-Mono, Elavagno.

Les travaux préparatoires ont démarré le 2 novembre 2016 avec les études topographiques et géotechniques.

Il est aussi prévu la construction de 11 km de piste d’accès aux zones les plus enclavées à partir du nouveau pont. Les travaux seront exécutés par la Société CHAABANE et leur contrôle et surveillance par le groupement de bureaux DECO / AGEIM. Ils s’inscrivent dans le projet plus global dénommé : « projet Multinational Togo/Burkina Faso : réhabilitation de routes et facilitation du transport sur le corridor Lomé- Cinkansé- Ougadougou ».

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 25 janvier 2017)- Le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Marocain, Sallah Eddine Mezouar a été reçu mardi 24 janvier 2017 à Pya par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé, a appris l’Agence de presse Afreepress des services de la communication de la présidence de la République.

Cette visite, selon la présidence de la République, entre dans le cadre de « l’étroite coopération entre ces deux pays ». L’émissaire du Roi Marocain Mohammed VI était porteur d’un message du roi Mohamed VI. Un message de renforcement des liens d’amitié et de coopération entre le Togo au Maroc.

Ce fut une occasion pour le Président de la République de passer au peigne fin l’état des relations de coopération entre les deux pays. Il s’agit donc d’une relation axée sur le développement durable. Au cours de cette rencontre, Sallaah Eddine Mezouar a exprimé sa reconnaissance au nom du Roi Mohammed VI au chef de l’Etat pour sa « participation aux travaux de la COP 22 qui s’est tenue  en novembre 2016 à Marrakech ».

Comme annoncé depuis quelques mois, le Maroc par le biais de son ministre, a réitéré l’engagement du pays qui est celui de sa réintégration à l’Union Africaine (UA) car, affirme-t-il « le Maroc  a accompli toutes les procédures légales, le parlement a voté et a ratifié la charte, l’acte constitutif,  pour qu’à l’occasion du sommet de l’UA à Addis-Abeba, l’intégration du Maroc soit effective ».

Théophile K.

©Afreepress-(Lomé, le 18 janvier 2017)- L’atelier d’échanges sur les réformes politiques et institutionnelles organisé du 11 au 15 juillet 2016 par le Haut-commissariat à la réconciliation et à l’unité nationale (HCRRUN) semble avoir été particulièrement suivi par les diplomates africains et occidentaux en poste au Togo. Quelle analyse font-ils de l’initiative ?

La réponse à cette interrogation a été donnée mardi par  l’Ambassadeur du Gabon au Togo, Sylver Aboubakar Minkominseme. Selon le porte-parole des diplomates accrédités au Togo, il s’agit là d’une initiative qui apportera à coup sûr une « réponse nationale à un défi national en indiquant la direction que devrait prendre les réformes politiques et institutionnelles ».

« Ce cadre réunissant les personnalités politiques, les juristes, les sociologues, les représentants des organisations de la société civile, les institutions de la République, les médias, les partis politiques, la chefferie, les autorités religieuses et les centrales syndicales a eu pour mission d’apporter une réponse nationale à un défi national en indiquant la direction que devrait prendre les réformes politiques et institutionnelles », a-t-il laissé entendre le 17 janvier dernier au palais de la présidence alors que le corps diplomatique était reçu par le chef de l’Etat. 

Pour Sylver Aboubakar Minkominseme, les Togolais qui ont participé à ces assises ont pris en compte les enjeux de développement actuels et les menaces sécuritaires planétaires que le pays doit intégrer et relever pour atteindre un développement économique harmonieux dans la paix et la stabilité afin d’atteindre l’émergence. 

Celui-ci n’a pas manqué d’encourager le peuple togolais à poursuivre dans cet élan afin de parachever les chantiers entamés en matière de réformes politiques mais aussi économiques.

A.Y.

©Afreepress-(Lomé, le 18 janvier 2017)- L’année 2016 s’est achevée sous le signe de la renaissance de la diplomatie togolaise. C’est du moins la lecture que fait Sylver Aboubakar Minkominseme, Ambassadeur du Gabon au Togo et doyen du corps diplomatique.

Le doyen des Ambassadeurs accrédités au Togo s’est exprimé sur la question mardi à l’occasion de la présentation des vœux du corps diplomatique au chef de l’Etat Faure Gnassingbé. A cette occasion, il est longuement revenu sur les grandes réussites diplomatiques du Togo au cours de l’année 2016. Entres autres réussites, il a cité le Sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sûreté, la sécurité maritimes et le développement en Afrique, la visite à Lomé de Manuel Valls, l’ancien Premier ministre français et la conférence annuelle de l’Alliance des libéraux et des démocrates pour l’Europe, le pacifique, l’Afrique et les Caraïbes (ALDEPAC) que le Togo a abritée en décembre 2016. 

En 2017 a-t-il dit, plusieurs autres rencontres sont annoncées à savoir le sommet Israël-Afrique sur la sécurité et le développement et le forum annuel de l’AGOA qui se tiendra à la fin de l’année. « Le Togo devra donc accueillir plus de mille délégués et des délégations de près de 38 pays. Le choix des membres de l’AGOA et de ceux de l’OIF pour organiser la Conférence ministérielle de la francophonie (CMF) à Lomé en novembre 2017, confirme l’importance du Togo sur la scène diplomatique économique internationale », a fait savoir l’Ambassadeur du Gabon qui se réjouit de l’intérêt que la communauté internationale éprouve pour le pays.  « Nous pouvons affirmer que l’année 2016 fut l’année de la diplomatie togolaise », a-t-il laissé entendre et d’estimer que l’organisation de tous ces « événements au Togo » est le prodrome d’une année 2017 riche en activités diplomatiques, assurant au passage,  le chef de l’Etat du soutien de tout le corps diplomatique en poste au Togo. « Nous vous accompagnerons dans votre effort de consolidation de la démocratie togolaise », a-t-il martelé. 

Ont pris part à cette rencontre, les Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques accrédités au Togo, les représentants des institutions et organisations internationales, les Consuls…  

La présentation des vœux de nouvel an a débuté le 17 janvier dernier au palais de la présidence de Lomé avec la réception par le Président de la République des différents corps organisés du pays.

Théophile K.

©Afreepress-(Lomé, le 13 janvier 2017)- Le 27e Sommet Afrique-France s’ouvre vendredi à Bamako au Mali. Au total, une quarantaine de chefs d’Etats africains et 2000 participants sont attendus à cet important rendez-vous annuel entre l’Afrique et la France. Au nombre de ces présidents, figure Faure Gnassingbé du Togo.

La France partage « d’excellentes » relations avec les pays africains dont le Togo où elle développe plusieurs projets d’ordre socioéconomique. L’Agence française de développement (AFD) finance au Togo, plusieurs projets dans les domaines de l’éducation, la santé, l’entreprenariat, l’eau, l’assainissement et le développement urbain. A Bamako, ce sera l’occasion pour Faure Gnassingbé et François Hollande de réaffirmer et renforcer les relations de coopération entre leurs deux pays.

A l’agenda de cette rencontre, figurent des questions de coopération politique et économiques entre le continent et la France.

A.Y.

Page 7 sur 8

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…