© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2018)- La structure  Nouvelle Alternative pour le Développement Durable en Afrique (NADDAF) a organisé en début de semaine dernière, un atelier d’échanges à l’endroit des jeunes provenant de différentes associations du Togo sur la problématique de l’immigration clandestine en Afrique. Placée  sous le thème : « Les conditions de vie et la problématique de l’intégration des migrants africains en Italie », cette rencontre d’échanges a permis aux participants de sensibiliser la jeunesse togolaise sur les difficultés que rencontrent les migrants dans les pays étrangers.

Ont pris part à cette rencontre, EHON Kossi Senam, représentant de la coopération ARIES ONLUS de l’Italie, TOGBE Comlanvi, représentant du Conseil Economique Social et Culturel de l’Union Africaine (ECOSOCC-UA), Kalouweani A. Gilbert, représentant l’Association Visions Solidaires et Bernard Anoumo Dodji Bokodjin, coordinateur de NADDEF.

Ceux-ci ont présenté aux participants, des expériences sur les parcours des migrants et leurs conditions de vies à leur arrivée à destination. Selon les statistiques présentées, en 2016 82% du nombre d’immigrés arrivés en Italie sont originaires de l’Afrique.

«Ce n’est pas pour décourager nos frères mais rappeler à nos frères que la voie de la méditerranée et du désert, c’est la voie de la mort », a expliqué M. EHON.

Moulikatou S.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2018)- Le Cercle d’Initiatives Citoyennes pour le Challenge et le Changement en Afrique (CICCA) a tenu samedi 16 juin 2018 à son siège à Lomé, son assemblée générale ordinaire.

Placée sous le thème : « Mère célibataire, assumer son statut et protéger sa dignité », cette assemblée générale a permis aux mères célibataires de s’exprimer et de réclamer leur place au sein de la société. Pour Me Sylvain Attoh-Mensah, président de CICCA, il a été décidé cette année de passer du drame de ces femmes victimes de la méchanceté et de l’indifférence de certains hommes, à la fierté et à la dignité des mères, sœurs et amies qui sont confrontées à la cruelle situation de ces géniteurs, sans cœur ni moral, qui abandonnent les enfants qu’ils ont conçus ensemble. 

Il s’agira également pour l’association CICCA, de sensibiliser ses membres et sympathisants sur le droit des enfants qui selon le président, « n’ont pas demandé à venir au monde ». L’association CICCA a trouvé donc important de restituer aux enfants leurs droits les plus élémentaires à vivre et à espérer.

Cette assemblée générale ordinaire du Cercle d’Initiatives Citoyennes pour le Challenge et le Changement en Afrique, vient ainsi commémorer la journée du droit des enfants instaurée par l’Union Africaine et qui se déroule chaque 16 juin. La ministre de l'Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l'alphabétisation, représentée à la cérémonie par son Secrétaire général, Stanislas Bileba a encouragé le déploiement d'énergies et d'initiatives des responsables de CICCA qui selon lui, ont choisi de nourrir leurs membres, sympathisants et les populations de leurs réflexions ''fécondes'' sur le leadership et l'autonomisation de la femme.

En rappel, CICCA  a vu le jour en 2014 grâce à la conjugaison des engagements de certaines personnes de bonnes volontés qui sont convaincues que la société ne pourra jamais avancer  sans une dose de civisme et d’engagement citoyen.

Théophile K.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2018)- La campagne de sensibilisation sur les grossesses en milieu scolaire et extrascolaire organisée par la plateforme des  Organisations de la Société Civile (OSC) et appuyée par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), s’est poursuivie jeudi 14 juin dernier dans la préfecture d’Agou à 120 kilomètres au Nord-Ouest de la capitale Lomé. Les conseils sur les IST, les méthodes de contraception et l’hygiène corporelle, ont été au coeur du message adressé aux élèves du CEG Nyivémé, du Lycée de Kpélé Elé et des apprentis coiffeuses par l’équipe de sensibilisation.

Pour Kayissan Agbodjan, assistante au programme VIH santé de la reproduction des jeunes et adolescents à l’UNFPA, tout est parti du constat selon lequel les jeunes dont l’âge varie entre 10 et 24 ans représentent environ 31% de la population togolaise. Ces jeunes sont confrontés à des difficultés dans le domaine de la santé de la reproduction.

Suite à ce constat et d’après l’enquête mixte de 2010 «  qui donne 17,3% de grossesses précoces en milieu scolaire dans notre pays, l’UNFPA a appuyé le Togo à élaborer un programme de lutte contre les grossesses et les mariages des adolescents. Et c’est dans ce cadre que cette campagne de sensibilisation de lutte contre les grossesses précoces s’effectue dans toutes les régions du pays en partenariat avec les OSC », a-t-elle souligné. 

Il faut signaler par ailleurs qu’au premier trimestre de l’année 2018, une équipe de sensibilisation a sillonné toutes les régions  du pays dans le cadre de ce projet. La tournée de ce mois de juin prend en compte cinq (5) régions du pays et a mobilisé 31 Organisations de la Société Civile réparties sur 124 sites.

Réduire les grossesses précoces en milieu scolaire et extrascolaire afin de permettre aux jeunes adolescentes et adolescents de comprendre le bien-fondé de la vie sexuelle, tel est le but visé par l’UNFPA.

Que ce soit au CEG Nyivémé, au Lycée de Kpélé Elé ou encore au centre des affaires sociales de Kpalimé, le message a été le même. Expliquer au mieux l’hygiène corporelle, les méthodes de contraception et les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) aux élèves et apprentis.

Lorsque les cas de grossesses précoces arrivent, a indiqué le Proviseur du Lycée de Kpélé Elé, Houmado Kofi Séna, les élèves sont autorisées à poursuivre leurs études jusqu’à ce qu’elles accouchent. « Et si elles veulent continuer, elles continuent ou si elles veulent apprendre un métier, on les laisse. Et c’est comme ça que nous gérons ces cas », s’est-il expliqué.

Le nombre des grossesses commence par régresser avec les sensibilisations, a fait savoir de son côté le Censeur du Lycée de Kpélé Elé, Ankou Agbéko. « Cette sensibilisation est venue à point nommé. Et j’ose croire qu’elle puisse nous permettre de réduire ce fléau surtout de grossesse précoce en milieu scolaire. Puisqu’il y a vraiment des cas à déplorer depuis des années. Si vraiment nous pouvons avoir la chance d’avoir de façon régulière ces genres d’activités, je pense que cela pourrait aider à réduire un tant soit peu le taux de grossesse en milieu scolaire », a-t-il souligné.

Les élèves et apprentis ont pour leur part, remercié les initiateurs de ce projet en ce sens qu’il vient les éclairer sur un certain nombre de choses et leur permet d’éviter des grossesses précoces et les IST.

La campagne de sensibilisation dans la préfecture d’Agou a été rendue possible grâce à l’ONG  AlterTogo, à l’Association Femmes Solidaires-Togo (AFES-TOGO) et à l’ONG Aides Médicales et Charité (AMC).

Il faut noter qu'au-delà des conseils, des projections de film sur le sujet, ont permis aux élèves et  apprentis de mieux cerner les notions évoquées. La sensibilisation se poursuit dans les préfectures de Zio et de Yoto lundi 18 juin 2018.

Théophile K.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2018)- L’Association Précieux Trésor de Vie (APTV) et la Maison TV5 Monde en collaboration avec l’entreprise Micha Sarl ont procédé samedi, 16 juin 2018 au siège de la Maison TV5Monde à Lomé au lancement du programme dénommé : « Demain c’est eux ». C’était en présence du Conseiller technique du ministère de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Philippe Kodjo Yodo, des parents d’élèves, des enseignants ainsi que des enfants. Une cérémonie qui s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de l'Enfant Africain placée sous le thème : « Aucun enfant laissé pour compte pour le développement de l’Afrique ».

A la Maison TV5 Monde de Sanguera, environ 200 enfants ont été informés sur le concept du développement durable où les responsables ont également remis des prix à 4 écoles ayant participé au « concours théâtral » sur le thème de la journée de l’enfant Africain. Le trophée a été remporté par l’école « Science et Conscience ».

« Notre objectif c’est de faire participer les enfants à la fête en essayant de mieux leur faire comprendre le thème de cette année. Le théâtre n’était qu’un moyen d’expression, nous remercions toutes les équipes », a laissé entendre la Directrice de l’APTV/Maison TV5Monde, Mimi Bossou-Soedjede.

« Demain c’est eux » est un programme national initié en faveur de tous les enfants (0-18 ans) du milieu scolaire ou non qui couvre la période de 2018 à 2030 avec un arrêt de 3 ans pour des évaluations.

L’objectif du programme a fait savoir Mme Mimi Bossou-Soedjede, est de contribuer à l’éclosion d’une future génération d’adultes responsables et bons citoyens capable de contribuer plus efficacement au développement du Togo.

Le  programme tourne autour de 4 axes stratégiques à savoir l’éducation, le développement durable, le plaidoyer par et pour les enfants, la citoyenneté et sera exécuté avec et pour les enfants.

Les projets qui composent le programme ont expliqué les promoteurs, visent à informer, former, éduquer et sensibiliser les enfants afin de créer une nouvelle dynamique d’acquisition et d’appropriation de bonnes valeurs et de bons principes de vies.

L’un des projets est  « Demain c’est nous » avec pour but la participation des enfants à « cette nouvelle dynamique ».

Christelle A.

Page 1 sur 874

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…