Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 28 janvier 2020)- L’initiative de la candidature unique de l’opposition, portée par Mgr Phillipe Fanoko Kpodzro dans le cadre de l’élection présidentielle du 22 février prochain, est appréciée et saluée par la Conférence des Togolais de l’Étranger (CTE).

Dans un communiqué rendu public le 25 janvier dernier, cette association a décidé d'apporter son soutien au candidat de la dynamique Kpodzro.

« La CTE se réjouit de l’effort de rassemblement de Mgr Phillipe Fanoko Kpodzro que nous félicitons pour le dévouement à la cause d’un État de droit au Togo malgré le poids de son âge. Nous acclamons le choix de son Excellence Messan Agbéyomé Kodjo pour la dynamique des forces vives pour l’alternance en 2020… Au candidat du peuple, Agbéyomé Kodjo, la CTE apportera tout soutien nécessaire à son pouvoir, satisfait du dynamisme et du discours rassembleur déjà constaté sur le terrain », précise le communiqué .

Basée à Washington aux États-Unis, la CTE présidée par Benjamin Essozimna Atchole, a ses sections en Europe, en Asie, en Afrique, en Amérique du Nord et Latine.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 28 janvier 2020)- La Police nationale continue la traque des individus impliqués dans la tentative d’insurrection menée au Togo par le mouvement « Tigre de la Révolution ».

Après l’arrestation de 28 personnes suite à la tentative d’insurrection menée le 23 novembre 2019, le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a présenté lundi 27 janvier 2020, trente et une (31) autres personnes qui selon les responsables dudit ministère, avaient pour mission « d’empêcher l’élection présidentielle du 22 février prochain ».

Selon la police, ces 31 personnes interpellées dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 janvier sont de nationalité togolaise et béninoise. Soupçonnées d’appartenir au groupe « Tigre Révolution », ces personnes parmi lesquelles se trouve Yacoubou Moutawakilou, Secrétaire général du Parti national panafricain (PNP Section Kpalimé) « avaient en leur possession des munitions de guerre », a informé le Lieutenant-Colonel Kossi Okpaoul, Directeur général de la Police nationale.

D’après le responsable de la police, ces individus mystiquement préparés à Tchaouro au Bénin et dans un champ d’anacardes situé à environ 04 Km au nord de Sokodé dans le village de Tchavadi 2, étaient sur le point de se rendre à Lomé pour passer à l’acte sur instruction de leur chef, le sieur Toure Madjidou alias Master Tiger.

« Constitués en deux groupes, une première équipe a été interpellée vers 02 heures du matin à Agoè Alinka alors que la seconde a été arrêtée à Davié. Un carton appartenant au nommé Fazazi, chef de bord du premier groupe a été retiré à Davié. Ce carton contient 38 cartouches de 7,62mm de AK 47 et 500 munitions de calibre 12mm », a expliqué le Directeur de la Police.

La police précise avoir retrouvé également auprès d’un membre du groupe, le nommé Tanko Moustapha dit Gabonais des machettes, des flèches empoisonnées et un pistolet de fabrication artisanale.

« Pourquoi on ne s'en prend pas aux responsabilités de l'ANC, du CAR et autres mais c'est aux responsables du PNP ? C'est parce qu'ils sont impliqués », a martelé le chef de la police nationale.

Il a pour finir, réaffirmé son engagement à traquer tous ceux qui sont impliqués de près ou de loin dans cette affaire d’insurrection et annonce déjà, être sur la piste d’un groupe de Togolais retranchés à Aflao qui s’apprêterait à rentrer au Togo pour le même objectif.

Il faut noter qu’au total, 59 personnes sont interpellées à ce jour dans cette affaire.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 28 janvier 2020)- Dans un communiqué rendu public le 26 janvier dernier, le Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam a dénoncé les arrestations "continuelles" et "arbitraires" de ses militants par la police.

Le communiqué indique que seulement quelques heures après l’arrestation du Secrétaire général du Parti National Panafricain (PNP), section Kpalimé, un autre membre actif du parti, en la personne d'Aboubakar Tchatikpi, a lui aussi été arrêté par les forces de défense et de sécurité à son domicile à Lomé, dans la nuit du 25 au 26 janvier 2020.

Le parti informe par ailleurs, qu’en plus de plusieurs dizaines de détenus "arbitraires" du PNP, après les huit femmes arrêtées et "arbitrairement" détenues, un certain Akimou Wahidou, revenu du Nigéria, a lui aussi été arrêté à son domicile pour présomption d’appartenance au PNP.

« Le PNP, tout en dénonçant encore une fois le harcèlement sauvage d’Etat qui s’abat sur ses militants, sur ses sympathisants et sur les zones considérées comme étant ses fiefs, rappelle à l’opinion nationale et internationale que la liberté, la sûreté et la résistance à l’oppression sont des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme », a indiqué le Secrétaire Général du PNP, Dr. Kossi SAMA.

Le parti estime que le Togo est le seul Etat de l’Afrique de l’Ouest, « où les membres et sympathisants d’un parti politique légalement constitué sont pourchassés par l’Etat lui-même, arrêtés et embastillés comme des membres d’une association de malfaiteurs ou d’un groupe de vulgaires criminels ».

« Aujourd’hui dans aucun Etat de la sous-région, territoires ou zones géographiques (villes entières et quartiers entiers) considérées comme favorables aux idéaux d’un parti politique, ne sont militairement assiégés et traités comme des territoires étrangers sous occupation. La clandestinité dans laquelle la violence d’Etat a contraint le Président national du parti, Tikpi Atchadam, relève désormais de l’ordre de la normalité », dénonce le PNP.

Cette situation « atypique » est « très traumatisante et insupportable » et de nature à interpeller la conscience de chaque Togolais, poursuit le communiqué.

Pour finir, le PNP se dit persuadé que l’élection envisagée n’est pas la solution à la crise togolaise. Il estime que l’ouverture d’une transition est le seul et unique passage obligé et utile pour engager, le Togo, dans la voie de la démocratie et la prospérité pour tous.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 27 janvier 2020)- Le Chef de l'État, Faure Gnassingbé a procédé samedi 25 janvier 2020 à Kara (320 km au nord de Lomé), au lancement officiel d'un Plan d’urgence du gouvernement pour la transformation agricole du Togo, a appris l'Agence de presse AfreePress, d'un communiqué du ministère de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique.

Il s'agit d'un document d’opérationnalisation du Plan national de développement (PND) à son axe 2 dédié au secteur agricole.

Le plan selon le ministre en charge de l'Agriculture, vise entre autres à renforcer les cultures de contre-saison, à mettre l’accent sur la transformation et la commercialisation des produits agricoles et agroalimentaires et à instaurer des labels de qualité, en vue de tripler les rendements et les revenus des petits producteurs d’ici 2025.

Il est prévu dans le cadre de ce plan, la mise en œuvre sans délai d’une série d’actions dont la mécanisation agricole et les aménagements hydro-agricoles, la promotion et la valorisation des produits agricoles locaux, l’assurance agricole et la refonte du système de formation agricole axés sur les besoins des chaînes de valeur agricole et orientée agrobusiness.

Le gouvernement Togo sous la houlette du Président Faure Gnassingbé attend à travers la mise en œuvre de ce plan d’urgence, faire de l’agriculture « un secteur d’activité plus attractif, mieux organisé, plus rentable, et créateur d'emplois ».

Raphaël A.

Page 1 sur 1537

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…