mardi, 22 janvier 2019 18:32

Immigration : L'Italie exige de la France, la décolonisation totale de l’Afrique

Photo ( leparisien.fr) Photo ( leparisien.fr)

©AfreePress-(Lomé, le 22 janvier 2019)- Depuis l’avènement de la droite italienne au pouvoir, les relations entre la France et les dirigeants italiens sont de plus en plus tendues.

Après leur soutien ostentatoire au mouvement des Gilets jaunes en France, la bande à Matteo Salvini continue de titiller la sensibilité du gouvernement d’Emmanuel Macron. La dernière déclaration en date des dirigeants italiens à l’endroit de la France a été faite dimanche 20 janvier par le Vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio.

« Si aujourd'hui nous avons des gens qui quittent l'Afrique, c'est parce que certains pays européens, la France en particulier, n'ont jamais cessé de coloniser l'Afrique (…). Il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le Franc des colonies, et avec cette monnaie elle finance la dette publique française. À partir d'aujourd'hui, ceux qui veulent débarquer en Italie, on va les emmener à Marseille. Je vais demander des sanctions contre les pays qui colonisent l'Afrique. Pour laisser les Africains en Afrique, il suffirait que les Français restent chez eux », a piqué le sulfureux Vice-Premier ministre italien au micro de radio RTL 102.5.

Une déclaration qui a eu pour effet d’agacer les autorités françaises qui ont immédiatement convoqué l'ambassadrice italienne Teresa Castaldo au Quai d'Orsay pour des explications. Le Commissaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici, a quant à lui défini les propos de Luigi Di Maio d'"insensés", tout en ajoutant que leur contenu est "irresponsable".

Après Luigi Di Maio, c'est l'autre Vice-Premier ministre italien, Matteo Salvini, qui accuse la France des mêmes faits. « Le problème des migrants a beaucoup de causes : par exemple, ceux qui ne vont pas en Afrique pour créer du développement, mais plutôt pour soustraire de la richesse au peuple africain. La France est parmi eux, l'Italie, non », a-t-il déclaré.

Luigi Di Maio est revenu lundi soir sur ses propos : « Tout ce que j'ai dit est vrai. La France imprime une monnaie pour 14 États africains et, par conséquent, elle en empêche le développement. Au contraire, elle contribue aux départs des migrants, qui vont ensuite mourir dans la Méditerranée ou débarquer sur nos côtes. Il est temps que l'Europe ait le courage d'aborder le thème de la décolonisation de l'Afrique », a-t-il dit.

La question alimente actuellement un vif débat en Italie. La presse est pour le moment divisée entre les soutiens aux deux leaders populistes et ceux qui argumentent que, contrairement aux propos de Luigi Di Maio, le F CFA n'est pas tout à fait responsable de la crise de certains pays africains.

Il faut rappeler que depuis l’arrivée au pouvoir de Matteo Salvini (Italie) et d’Emmanuel Macron, de nombreuses tensions ont éclaté entre les deux pays sur fond de crise migratoire. L’Italie pointe régulièrement du doigt la France de renvoyer à sa frontière, des migrants ayant réussi à passer dans l’Hexagone.

Raphaël A.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…