© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 21 février 2019)- Reconnaissance et remerciements des populations de la préfecture de l'Oti (550 km au nord de Lomé) à l'endroit des députés élus sur la liste de l'Union pour la République (UNIR, parti au pouvoir) lors des dernières élections législatives.

En tournée dans cette partie du pays, Noël Depoukn le natif de Barkoissi et ses collègues étaient dans sa localité d'origine mercredi ce jeudi 21 février 2019 et en reconnaissance pour ses oeuvres humanitaires en faveur de toutes les populations de Oti Sud en général et Barkoissi en particulier, Noël De poukn a reçu en guise de cadeau, un accoutrement de chef traditionnel de la part de ses parents. Un moment d'émotion et de partage que l'homme a eu du mal à cacher.

Les localités de Gando et Mango ont également été visitées par M. Depoukn et sa délégation où des meetings ont eu lieu autour du programme de société du President Faure Gnassingbé. Le député n'a pas manqué au cours de ces rencontres d'appeler les populations à renouveler leur confiance au fondateur du parti UNIR à l'occasion des échéances électorales à venir.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 21 février 2019)- L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et le gouvernement togolais ont procédé ce jeudi 21 février 2019, à la signature d’un nouvel accord de siège à Lomé.

La cérémonie a été présidée par le ministre des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et des togolais de l’extérieur, Robert Dussey et Adama OUANE, Administrateur de l’OIF en présence du Directeur du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’OIF, Eric ADJA.

Pour les responsables du Bureau régional de l’organisation, la signature de l’accord de siège actualisée entre l’OIF et le gouvernement togolais confirme le rôle ‘‘majeur’’ du Togo dans la famille francophone.

« Cette rencontre ouvre également la voie à des nouvelles possibilités de renforcer la mise en œuvre de nos actions de coopération en faveur de nos 13 États membres de l’Afrique de l’Ouest et plus singulièrement du Togo », a laissé entendre Adama OUANE, à l'issue de la rencontre. L'OIF attend à travers cet accord de siège, se rapprocher davantage des territoires et des populations des pays membres de l’Afrique de l’ouest, a-t-il fait savoir.

« Cet engagement francophone, très estimé par l’OIF, enraciné déjà dans la tradition d’ouverture du Togo sur le monde, s’est en effet exprimé entre autres par l’hospitalité permanente et les facilités d’usage accordées à notre Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest. Et si l’Afrique est le berceau de la Francophonie par Niamey, elle est aussi le berceau de nos unités hors siège par Lomé. Car, grâce à l’accord de siège de 1982 relatif à l’établissement d’une unité hors siège de l’ACCT (ancêtre de la Francophonie) sur le territoire togolais et à ses privilèges et immunités, le Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’OIF est ainsi devenu la première de nos représentations régionales à être implantée sur le continent africain. C’est pourquoi je me réjouis aujourd’hui de la signature de cet accord de siège renouvelé entre l’OIF et la République togolaise », a-t-il poursuivi.

L’OIF compte 88 Etats et gouvernements de plein droit dont 61 membres et 27 observateurs. Son bureau régional Afrique est basé à Lomé (Togo) et couvre 13 pays.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 février 2019)- Le ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Réforme Administrative, Gilbert Bawara s’est invité dans le débat qui secoue le Francs CFA ces derniers temps.

Le ministre Bawara, dans un message posté sur compte Twitter recommande une étude approfondie et des approches de solutions concrètes sur le débat sur le F CFA et déconseille la "passion" dans les discussions sur la fin ou non de cette monnaie.

« En Afrique, et particulièrement au sein de l’UEMOA et de la CEMAC, nous ne devons absolument pas nous laisser distraire par de faux débats qui procèdent davantage du dogmatisme, de l'émotion et du sensationnel, concernant la question du francs CFA », a fait savoir Gilbert Bawara sur son compte Twitter.

Le ministre dans ses propos reconnaît volontiers des faiblesses au Francs CFA. « Nos pays sont confrontés à de réels et sérieux défis économiques, de productivité, de transformations structurelles, de compétitive et de croissance. La production de richesses et le niveau de prospérité restent largement en deçà des besoins et des aspirations légitimes des populations. En témoignent les faibles revenus et les injustices et inégalités perceptibles. Mais ne déplaçons pas les problèmes », a-t-il martelé comme pour répondre à son compatriote Prof Kako Nubukpo, ardent défenseur de la thèse d'une évolution de cette monnaie et reçut mardi sur la chaîne de télévision France24.

Aucun économiste sérieux, indique le ministre du gouvernement Klassou, ne peut soutenir que la monnaie, a elle tout seule, équivaut à la politique monétaire, et cette dernière n’est pas équivalente d’une politique économique encore moins d’une stratégie de croissance et de développement. « Ça fait faussement panafricain et nationaliste ! », a-t-il martelé.

Gilbert Bawara propose plutôt aux dirigeants des pays ayant en partage le F CFA de réfléchir et travailler pour « renforcer » les espaces d’intégration, de croissance, de prospérité et de développement sans pour autant, renier totalement le F CFA. « Toutes les bonnes idées pour y contribuer et les aider sont les bienvenues », a-t-il lancé.

Il faut faire observer que c'est pour la première fois qu'un officiel togolais s'invite dans ce débat après le pavé jeté dans la marre du FCFA par les autorités italiennes il y a quelques semaines.

Faut-il voir dans cette sortie de M. Bawara sur le F CFA, une simple coïncidence ou une réponse directe au propos tenus par son compatriote Kako Nubukpo sur France24, mardi 20 février dernier. La question reste posée.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 février 2019)- Le ministre de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique, Koutéra BATAKA et le ministre délégué auprès du ministre de l’Eau, de l’Equipement Rural et de l’Hydraulique Villageoise, Bouraima Kanfitine TCHEDE-ISSA ont effectué une visite de terrain jeudi 21 février 2019 afin de toucher du doigt l’état d’avancement des travaux du Projet rural de la plaine de Djagblé, a constaté l'Agence de presse AfreePress. 

La mission a permis aux deux ministres de prendre connaissance du taux de réalisation des activités dans cette plaine située à 15 km au nord est de la ville de Lomé.

« Nous sommes heureux de voir que globalement, les chantiers sont bien avancés. Il y a des travaux qui ont été déjà finalisés comme la construction de certains bâtiments scolaires. Sur le plan agricole, les engins sont en train de faire les gros travaux d’aménagement du périmètre irrigué de 340 ha. Ainsi, si tout va bien. D’ici quelques mois, les producteurs devraient commencer à exploiter le site », a laissé entendre le ministre de l’agriculture, Koutéra BATAKA.  

Le taux d’exécution des travaux agricoles est de 32%, tandis que celui de la mise en œuvre du projet dans son ensemble, est de 45%.

Outre, les travaux hydro agricoles qui sont en cours de réalisation sur le site, les travaux de désenclavement et de développement communautaire, sont également bien avancés, indiquent les deux ministres.

Il faut noter que le Projet de développement rural de la plaine de Djagblé entrent dans le cadre de la mise en œuvre du PND et vise le développement et la diversification des cultures vivrières avec un accent particulier qui sera mis sur l’intensification de la culture du riz à travers le périmètre aménagé avec la réalisation des infrastructures socio-collectives.

Pour rappel, les travaux ont démarrés le 22 février 2018 à la suite d'une cérémonie de lancement dirigée par le Président de la République, Faure GNASSINGBE. 

Le projet est cofinancé par la Banque Islamique de développement (BID), la Banque arabique pour le développement économique en Afrique (BADEA) et l’Etat togolais pour un montant total de 9,6 milliards de francs Cfa.

Amen A.

Page 1 sur 1163

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…