© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 22 févr. 19)- Le ministre de la Culture et du Tourisme, Kossivi Egbetonyo, a échangé ce vendredi avec l’ambassadeur d’Allemagne au Togo, Christoph Sander, a appris l'Agence de presse AfreePress de sources proches de ce ministère.

A cette occasion, les deux personnalités ont fait le tour de la coopération existant entre leurs deux nations sur le plan culturel. La volonté du représentant de la République d'Allemagne au Togo, est de renforcer cette coopération pour le bien-être des deux pays.

Le nouveau ministre de la Culture et du Tourisme et le diplomate allemand ont également évoqué la question de la rénovation du palais des gouverneurs, un vestige du passage des Allemands au Togo qui est en chantier.

L'état des sites touristiques togolais et leur besoin de rénovation ont été également au menu des échanges.

Le souhait de la République Fédérale d'Allemagne est d'accompagner le Togo à développer et étoffer ses offres dans le domaine du tourisme et à attirer assez de visiteurs allemands et européens.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 22 févr. 19)- La manifestation de rue annoncée par certaines organisations de la société civile, dont le Mouvement Martin Luther King (MMLK) pour protester contre la Franc CFA, n’est pas du goût du président du groupe parlementaire Union des Forces de Changement (UFC), ALIPUI Senanu Kokou.

Reçu vendredi 22 février 2019 sur radio Nana Fm, le député UFC n’a pas mâché ses mots à l'endroit des détracteurs du F CFA.

Organiser des marches de protestation contre le F CFA n’est pas la solution, a-t-il avancé. « On ne peut pas obtenir la suppression du F CFA en marchant dans les rues », a-t-il lancé. Sortir du FCFA, pense-t-il, sera une décision politique des Chefs d’Etat de la zone Francs, dit-il. « Je pense que pour le moment ils n’ont pas pris cette décision mais sont plutôt favorables à ce qu’on mette en place une monnaie commune pour toute l’Afrique de l’Ouest. Les Togolais ne doivent pas suivre les gens qui viennent jouer sur leur émotion. Ceux qui pointent du doigt la France, quatre de leurs doigts restants sont tournés vers eux-mêmes », fait savoir le président du groupe parlementaire UFC et économiste de formation.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 22 févr. 19)- Le Chef d'État, Faure Gnassingbé séjourne depuis vendredi 22 février 2019 en territoire ghanéen, a appris l'Agence de presse AfreePress d'un communiqué rendu public par la Présidence de la République.

A l’invitation du Président du Ghana, Nana AKufo Addo, son homologue togolais, Faure Gnassingbé s’est rendu vendredi 22 février 2019 à Accra où il prendra part à un mini-sommet consacré à la sécurité et à lutte contre le terrorisme dans la sous-région, indique en substance ledit communiqué qui précise que, seront également présents à Accra, les Chefs d’Etat de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara et du Burkina Faso, Roch Marc-Christian Kaboré.

« Cette rencontre de haut niveau se veut un cadre d’échanges pour une meilleure approche face aux menaces sécuritaires en vue de garantir la paix et la stabilité dans la sous-région », informe la Présidence togolaise.

Ce mini-sommet va permettre aux Chefs d'État et leurs ministres de la sécurité de faire le tour d’horizon de la situation sécuritaire des pays de la sous-région et proposer des « mesures idoines » pour lutter efficacement contre l’insécurité et le terrorisme sous toutes ses formes, ainsi que les activités illicites transfrontalières, notamment le trafic des armes, le trafic d’êtres humains, le trafic de drogue et le blanchiment d’argent.

D’autres sujets sur la situation économique, financière et sociopolitique de la sous-région feront également l'objet de discussion, indique le communiqué.

Le Togo entend à travers cette rencontre, renforcer davantage ses relations d’amitié et de coopération avec ces pays dans le but de mener à bien cette lutte contre le terrorisme et les crimes organisés.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 22 févr. 19)-  Le Vatican réunit à partir du jeudi 21 février 2019, plus de 200 évêques venus du monde entier pour une conférence « inédite » consacrée au problème de pédophilie et aux moyens à mettre en œuvre pour combattre les abus commis par des prêtres sur des enfants.

« Cette réunion est tellement inédite qu'elle na pas de nom », a déclaré sur France 24, Christine Pedotti, intellectuelle et catholique de gauche à la tête de la rédaction de l'hebdomadaire "Témoignage chrétien".

Le rassemblement voulut par le Pape doit réunir du 21 au 23 février, tous les présidents des épiscopats mondiaux pour chercher à apporter des réponses aux affaires de pédophilie au sein de l'Eglise.

« Il s'agit d'une opération de communication interne pour dire à tous les responsables de l'église que le Vatican ne peut plus tolérer ces affaires, mais aussi de communication externe visant à montrer à tous que l'église prend le problème à bras le corps », soutient Mme Pedotti.

Cette rencontre est organisée alors que l'institution est éclaboussée de toutes parts par des scandales sexuels.

La semaine dernière, le président des Evêques de France, Georges Pontier, dit avoir reçu quatre (4) personnes qui disent avoir subi des abus sexuels commis par des prêtres.

Amen A.

Page 1 sur 1165

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…