© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 17 juillet 2019)- Le gouvernement togolais et le Fonds Khalifa pour le Développement de l’Entreprise, basé aux Émirats Arabes Unis ont procédé mardi 16 juillet 2019, à la signature d’un accord de financement destiné à soutenir les micros, petites et moyennes entreprises togolaises dans le secteur de l’agriculture. À travers cet accord, indiquent les deux parties, le Fonds Khalifa met à la disposition de l’État togolais une enveloppe financière de dix (10) milliards de FCFA.

Les documents ont été paraphés côté togolais par le ministre de l’Agriculture, de la production animale et halieutique, Noël Koutéra Bataka et côté émirati, par le Président du Fonds Khalifa, Hussain Jasim Al Nowais. La cérémonie a eu lieu en présence du Chef de l’État Faure Gnassingbé.

La formalisation de cet accord fait suite aux engagements pris par les autorités des Émirats Arabes Unis à l'égard du Togo lors d’une visite de travail effectuée par le Chef de l’État à Abu-Dhabi en mars dernier. 

« Le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risque (MIFA) qui facilite la structuration des petits producteurs et leur accès aux financements, vient par cet accord bénéficier de 15 millions de dollars du Khalifa Fonds. Ce fonds vient créer une ligne de financement pour le MIFA qui va permettre de financer des très petites et moyennes entreprises pour les amener à créer des emplois et améliorer les revenus des populations. Les femmes vont être bénéficiaires à plus de 40 % de cette ligne de financement », a expliqué le ministre de l’Agriculture Noël Koutéra Bataka.

A travers cet accord, a expliqué Hussain Jasim Al Nowais, président du Fonds Khalifa pour le Développement de l’Entreprise, de créer « environ 13 000 emplois » à travers le financement de 3 500 projets du secteur agricole surtout les projets innovants. « Le projet va couvrir tout le pays et mettra l’accent particulier sur les milieux ruraux », a-t-il indiqué.  

Il faut rappeler qu’un autre accord a été également signé entre les responsables du Fonds Khalifa et le ministère togolais des Mines et de l’Énergie. Ce dernier vise à soutenir le secteur énergétique togolais notamment, la construction d’une centrale solaire photovoltaïque de 30 MW à Blitta.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 15 juillet 2019)- La Cour d’assises de Lomé a démarré ce lundi 15 juillet 2019 la première session de ses travaux pour le compte de l’année 2019. La session a débuté à la suite d’une cérémonie solennelle d’ouverture présidée par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Puis Agbétomey. 

Durant trois (3) semaines, cette session va examiner plusieurs dossiers criminels et écouter des dizaines de citoyens soupçonnés d’actes criminels, a appris l’Agence de presse Afreepress.

Au total, 63 dossiers classés en différentes catégories sont sur la table des magistrats. Il s’agit entre autres, de 25 dossiers relatifs au trafic de drogue à haut risque, 18 dossiers relatifs à l’atteinte à la vie des personnes et de leurs biens, 7 portant sur des actes pédophiles, 7 autres relatifs au viol, 3 dossiers d'infractions contre des biens, 2 accusations pour trafic d'êtres humains, 1 dossier de prosélytisme et 1 autre pour détournement de derniers publics. 

Au total plus de 100 accusés seront fixés sur leur sort à l’issue de cette première session de la Cour d'assises de Lomé qui a débuté ce lundi 15 juillet 2019.

A l’ouverture de la session, Kodjo Gnambi Garba, Procureur Général auprès de la Cour d’assises a invité ses collègues magistrats à traiter ces dossiers dans le respect strict des lois et de la justice. 

« Si certains cas appellent à la clémence, d’autres par contre incitent à la révolte et la sanction doit les refléter. Nous invitons donc nos collègues magistrats à considérer le caractère sérieux et particulier d’une Cour d’assises et à ne pas la transformer à une simple formalité où on prononce des peines sans commune mesure avec la gravité des faits… », a-t-il laissé entendre à l'ouverture de la session.

Cette session des assises 2019 est organisée avec l'aide et l'appui financier de la Délégation de l’Union européenne au Togo qui a mis à la disposition du Togo, une enveloppe de 40 millions de FCFA. 

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 15 juillet 2019)- Les résultats du Baccalauréat deuxième partie ont été rendus publics dans la nuit u lundi 15 juillet 2019 sur l'ensemble du territoire national avec un taux de réussite qui sétablit à  54,21%, contre 56,06 % l'année dernière, soit une baisse de  1,85%, a appris l'Agence de presse AfreePress.

Pour le compte de cette année, 73 845 candidats étaient inscrits et 40.031 d'entre eux ont été admis pour accéder aux études universitaires contre  33 814 ajournés.

D'après les résultats proclamés, dans l'enseignement général, la Série C affiche le taux de réussite le plus élevé avec 92,49%, suivie de la série A4, 58,99% et  de la D avec 38,52 %.   

Dans l'enseignement technique, la série Ti enregistre le taux de réussite le plus élevé avec 100% des candidats admis alors que les séries F2 et F4 affichent des taux de réussite de 34,55% et 48,24%.

Amen A.

Page 6 sur 1322

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…