© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 19 juin 2019)- Le Togo organise le 30 juin 2019, ses premières élections locales depuis 32 ans. Des élections qui suscitent beaucoup d'engouement auprès du citoyen lambda et des et militants des formations politiques régulièrement enregistrées. C'est le cas à l'Union des forces de changement (UFC) dont les candidats sont à pied d’œuvre depuis le 14 juin 2019 pour convaincre l'électorat à porter son choix sur lui. Que propose ce parti aux Togolais ? Voici dans cette interview avec le Secrétaire général de l'UFC, les réponses à cette interrogation.

Lire l'intégralité de l'entretien.

Bonjour M. Teddy Edwards MENSAH. Les élections locales c'est pour le 30 juin prochain. Comment l'UFC s'organise-t-elle pour faire face à ces élections ?

Teddy Edwards MENSAH :Notre pays va renouer ce 30 juin 2019 avec l’élection des Conseillers Municipaux et à la fin des Maires qui vont présider pour six ans à la destinée de nos communes suivant la loi sur la Décentralisation en vigueur dans notre pays.

A l’UFC nous abordons ces élections avec l’idée de permettre à ce que nos Responsables politiques à la base puissent s’exercer à la pratique de la gestion des affaires publiques en mettant l’homme au centre des préoccupations afin de faire des communes du Togo, des cadres de vie sécurisés pour le bien être de nos concitoyens.

Pour ce faire, nous comptons lutter contre l’exclusion sous toutes ses formes et nous prônons le vivre ensemble pour un développement harmonieux.

Concrètement, que promet l'UFC aux populations lorsque vos candidats prendront le contrôle de nos municipalités ?

Teddy Edwards MENSAH : L’UFC s’emploiera à créer une administration locale plus responsable et réinventera un nouveau modèle de développement axé sur la répartition équitable des richesses.

Les compétences dévolues aux Maires et aux Conseils Municipaux sont immenses et exigeantes ; c’est pourquoi nous estimons qu’il faut redonner la parole aux populations après l’élection des Conseillers dans les communes où nous serons majoritaires pour des consultations à la base sur les projets prioritaires.

Toutefois eu égard à nos prospections sur le terrain, il faudra mettre en place les conditions du développement économique pour créer de la richesse et de l’emploi, améliorer la situation financière des communes pour favoriser l’investissement et accroître le pouvoir d’achat de chaque habitant, accompagner et protéger nos concitoyens sur le plan social, intégrer et valoriser les potentialités des jeunes et en fin construire un pont entre l’administration locale et les habitants.

La culture, le sport, les loisirs et l’artisanat, tout comme l’eau, l’habitat et l’assainissement seront pris en comptes dans le modèle de développement de nos communes.

Nous voulons à travers ces élections, créer dans nos communes, un cadre de vie harmonieux dans un environnement de qualité pour nos concitoyens à l’instar des pères fondateurs de notre mouvement politique.

Quelles sont les valeurs inculquées aux candidats UFC avant de les envoyer sur le terrain ?

Teddy Edwards MENSAH : Les valeurs qui rassemblent les composantes des listes UFC, dans les différentes communes pour ces élections du 30 juin 2019, sont celles de l’Ablodé. L’Ablodé c’est avant tout la solidarité, la justice, la démocratie, le progrès, le travail bien fait et surtout la fierté d’être Togolais.

Ces valeurs inspirent notre combat pour la dignité de l’homme et de la femme, elles expriment notre volonté de construire pour nous-mêmes et pour les générations futures, un développement harmonieux et durable dans un cadre de vie respectueux de l’environnement et de nos cultures, et des conditions de vie où les habitants seront libérés de toutes entraves.

Aujourd’hui, nos communes sont fortement mondialisées avec le développement des nouvelles technologies et elles sont devenues des villages planétaires à travers l’internet.

Dans cette situation, la quête de repères et d’identité est de plus en plus forte afin de répondre efficacement au rendez-vous du donner et du recevoir. Plus que jamais nos populations sont dans la perspective d’une démocratie sociale, de sécurité et de solidarité où l’exclusion n’aura pas droit de cité.

C’est pourquoi, dans les communes où nous serons majoritaires, nous ferons de la prise en charge des personnes âgées et des autres groupes vulnérables une priorité pour nos Conseillers. Un accent particulier sera mis sur l’emploi des jeunes. A cet effet les mesures idoines seront prises pour assurer aux jeunes une qualification professionnelle avec la mise en place des structures d’accompagnement pour l’auto-emploi qui permettra de juguler le chômage des jeunes diplômés. Il est aussi impératif de doter ces jeunes d’une bonne éducation à la citoyenneté afin qu’ils deviennent de véritables acteurs de développement de leurs communes.

Préparer les jeunes à leur insertion professionnelle et sociale, dans un monde en mutation rapide, nécessite un système d’information permanent et actif sur les métiers et les technologies hors et dans les écoles. C’est pourquoi des centres d’écoute, d’information et de conseils aux jeunes seront installés dans communes.

La vision des pères fondateurs de l’ablodé, artisans de la libération politique de notre pays est toujours vivace et ces élections municipales permettront aux filles et fils de l’Ablodé de parachever progressivement dans les communes où nous allons obtenir l’adhésion de nos concitoyens, l’œuvre de la libération économique et culturelle de notre pays.

Ensemble œuvrons pour une nouvelle administration locale, plus responsable et au service de nos communes.

 

Votons l’UFC pour assurer à tous, le vivre ensemble et le bien-être.

Ablodé, ablodé ; ablodé gbadja.

 

Propos recueillis par la rédaction de l'Agence de presse AfreePress

 

©AfreePress-(Lomé, le 19 juin 2019)- Permettre aux journalistes de mieux cerner les principes de la décentralisation afin de mieux informer les populations.

Tel est l’objectif poursuivi par le Conseil National des

Patrons de Presse (CONAPP) en organisant mardi 18 juin 2019 à Lomé, un atelier de formation à l'endroit des journalistes et reporters de la presse écrite, en ligne et des médias audiovisuels.

Cet atelier est organisé dans le souci de permettre aux professionnels des médias de mieux cerner les contours de la décentralisation ainsi que ses principes afin de mieux informer les populations, a indiqué à l'ouverture de la rencontre, El-Hadj Arimiyao Tchagnao, président du CONAPP.

« Il est de bon ton qu’après avoir rassemblé les patrons de presse de Lomé à Cinkassé pour un atelier sur la question de la décentralisation, nous puissions aussi éclairer la lanterne des journalistes reporters », a-t-il poursuivi.

« Depuis un moment, tout le monde parle de décentralisation et d’élections locales. Mais nous avons compris comme tous les Togolais que la décentralisation avec tous ses corolaires, n'est pas maîtrisée par l’ensemble de la population. C’est pour cela que nous qui sommes vecteurs de l’information, nous qui éclairons les populations avons besoin de mieux cerner ses principes afin de mieux informer les populations », a martelé le président du CONAPP.

L'atelier a été placé sur le signe des défis et enjeux de la décentralisation pour les médias et de la couverture médiatique en période électorale.

Théophile K.

©AfreePress-(Lomé, le 19 juin 2019)- Le Groupe NSIA réagit enfin aux accusations portées contre lui par le Syndicat des employés et cadres des banques, des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK) qui exige la démission de ses premiers responsables. Dans un communiqué rendu public mardi 18 juin dernier, le groupe se défend contre ces accusations et apporte sa part de vérité. Il réaffirme par ailleurs, son engagement à « rester un acteur important du secteur financier du Togo » et

sa volonté d’être une entreprise citoyenne participant activement aux efforts de développement

économique et social du pays.

Voici en intégralité le communiqué du Groupe NSIA

 

COMMUNIQUE

Comme cela arrive dans la vie de toute entreprise commerciale moderne, des enjeux économiques ont conduit le Conseil d’Administration de NSIA Assurances au Togo à décider de mesures de restructuration comportant un plan social initié dans le strict respect du Code du travail et de la convention collective en vigueur comme décrit ci-dessous :

- Organisation d’une réunion d’information avec le personnel le 19 octobre 2018 ;

- Organisation de la réunion d’information des délégués du personnel le 23 octobre 2018 ;

- Rencontre avec l’Inspecteur du travail le 25 octobre 2018 ;

- Courrier d’information à l’Inspecteur du travail le 26 octobre 2018 ;

- Courrier envoyé aux Délégués du personnel en vue de recueillir leurs avis et suggestions sur le projet de licenciement envisagé le 16 novembre 2018 ;

- Constat du rejet du projet par les Délégués sans proposition d’alternative dans le délai légal de 3 mois ;

- Saisine de l’inspection du travail le 15 mars 2019 avec les documents nécessaires : les Procès Verbaux des différentes rencontres avec les délégués, le motif du licenciement, les postes à supprimer ;

- Le 29 mai 2019, mise en œuvre du licenciement, largement après le délai légal de 21 jours dont disposait l’inspection du travail pour émettre son avis.

Suite au dénouement de cette procédure, le Syndicat des employés et cadres des banques, des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK) menace de faire une grève de

72 heures à compter du 25 juin 2019, aux motifs suivants :

1. Les Directeurs Généraux des sociétés d’assurances du Groupe NSIA travaillent dans

l’illégalité au Togo.

Ce motif est fallacieux!

2. Des nouveaux recrutements ont été faits après le licenciement pour motif économique.

Ce motif est également fallacieux!

Les Conseils d’Administration de NSIA Assurances et NSIA Vie Assurances rappellent que toutes les sociétés d’assurances opèrent dans un environnement strictement réglementé et qu’aucun dirigeant de NSIA ne saurait exercer un mandat social salarié sans avoir été dûment agréé par l’autorité de tutelle, le Ministère de l’Economie et des Finances, après avis conforme de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA). Les Directeurs Généraux des filiales NSIA au Togo exercent donc en toute légalité et travaillent en parfaite harmonie avec la tutelle et la profession. Leurs actes revêtent toute l’autorité que leur confèrent les dispositions de l’Acte Uniforme relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique de l’OHADA. Ils disposent également du visa de travail exigé par la réglementation locale pour le personnel de nationalité étrangère.

A ce propos, il faut souligner que le Groupe NSIA opère dans une douzaine de pays avec une politique efficace de mobilité de son personnel dirigeant, sans distinction de nationalité. La conformité et la bonne gouvernance constituent une préoccupation permanente de notre Groupe qui veille au strict respect aussi bien des lois et règlements nationaux que de la réglementation supra-nationale.

Le Groupe NSIA qui tient à rester un acteur important du secteur financier du Togo, réaffirme sa volonté d’être une entreprise citoyenne participant activement aux efforts de développement économique et social du pays. Il vient de procéder, malgré des résultats qui n’ont pas été ces dernières années à la hauteur de ses attentes, à d’importantes augmentations de capital dans ses filiales, notamment à NSIA Assurances. C’est au total un montant de trois milliards cinq cent millions de FCFA que les actionnaires viennent d’injecter dans les filiales Assurances, démontrant ainsi leur foi en l’avenir de leurs sociétés.

La restructuration en cours à NSIA Assurances devrait lui permettre de retrouver rapidement sa rentabilité technique, pour plus d’efficacité dans ses offres de produits et ses prestations.

Le Groupe NSIA et ses filiales NSIA Assurances et NSIA Vie Assurances vous remercient pour votre confiance!

Fait à Lomé le 18 juin 2019

Le Président des Conseils d’Administration

Béné Boèvi LAWSON

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2019)- Le Chef de l'État, Faure Essozimna Gnassingbé a procédé mardi 18 juin 2019 à l’inauguration du nouveau marché préfectoral de la ville d'Elavagnon dans la préfecture de l’Est Mono (253 km au nord-est de Lomé), a constaté sur place l'Agence de presse AfreePress. Un marché réalisé dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC).

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du Premier ministre, Komi Selom Klassou, des membres du gouvernement et d’Aliou DIA, Représentant résident du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) au Togo et partenaire d’exécution dudit projet.

D'un coup global de 450 millions de FCFA, la réalisation de l'infrastructure a été confiée à l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB).

Le marché est doté de huit grands hangars de type préfectoral, d’un bloc administratif, d'un bloc de 10 boutiques, d’une boucherie, de deux abris pour bétail, d’un abri pour volaille, de deux blocs de latrines, de quatre magasins de stockage d'une capacité de 300 m3 chacun pouvant contenir jusqu'à 24 tonnes de marchandises, d’un forage photovoltaïque avec superstructure, d’un dépotoir intermédiaire et d’une clôture façade. Le sol du marché est entièrement dallé avec des allées de circulation.

La réalisation de cette infrastructure, a fait savoir Mazalo Katanga, Directrice générale de l’ANADEB, va contribuer à l’amélioration du cadre de travail des commerçants. « Ce marché pallie le problème d’exiguïté et d’occupation anarchique des espaces dans le marché et dans ses alentours. Il offre une plus grande sécurité aux marchandises et aux commerçants les protégeant contre les intempéries et vols. Il constitue également un levier pour l’accroissement des activités commerciales de la population marchande de toute la préfecture de l’Est-Mono et ses environs », a-t-elle laissé entendre.

La réalisation de l’édifice traduit selon la ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat et de la Jeunesse, Victoire Tomégah-Dogbé, la concrétisation de la politique sociale du Chef de l’État.

« Il est l’un des programmes du gouvernement qui contribueront à créer au sein des populations, les conditions favorables à la consolidation du développement social et au renforcement des mécanismes d’inclusion, tel qu’exprimé dans le Plan National de Développement (PND) à son axe 3, et ce en lien avec la politique du gouvernement pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) en vue de la réduction des inégalités », a-t-elle indiqué.

Ces infrastructures vont avoir un impact sur le renforcement des fondamentaux sociaux, bases cardinales de la création de richesses pour une croissance économique durable, a souligné de son côté, le Représentant résident du PNUD au Togo.

Lancé par le Président de la République le 30 juin 2016, le PUDC est une initiative de l’État togolais avec l’appui de l'État du Japon.

Son exécution a été confiée au PNUD. C'est un programme dont l'objectif est « d’améliorer de façon significative, les conditions de vie des populations dans les zones peu ou mal desservies par les infrastructures et services sociaux et économiques de base. Il a mobilisé un montant global de 2.114.607.689 FCFA.

Outre le marché d’Elavagnon, l’ANADEB a accompagné la mise en place de deux autres marchés de type préfectoral à Guérin Kouka et à Blitta, de trois maisons de la femme à Kara, Sotouboua et Notsè et d'une maison des jeunes à Mango.

Raphaël A.

Page 1 sur 1287

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…