Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress--(Lomé, le 20 janvier 2020)- La Présidente de l'Assemblée Nationale, Mme Tsègan Yawa Djigbodi a reçu lundi 20 janvier 2020, au siège du parlement, la Vice-présidente de la Commission du Développement et 1ère Vice-présidente de l'Assemblée parlementaire paritaire Afrique Caraïbes Pacifiques-Union Européenne (ACP-UE), Mme Chrysoula Zacharopoulou.

Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur les préparatifs du rapport du Parlement européen sur la nouvelle stratégie Afrique-UE. Ceci dans la perspective de recueillir les contributions des parties prenantes des accords.

Occasion pour les deux responsables parlementaires de revisiter la coopération entre le Togo et l'UE dans plusieurs domaines.

« Je suis ici dans le cadre du rapport sur la nouvelle stratégie Afrique-UE dont je vais être rapporteuse pour le Parlement de l'Union européenne. Je suis venue ici parce qu'au Togo, beaucoup de choses se passent avec beaucoup d'investissements. Et donc je suis venue voir la Présidente pour échanger sur des projets dans plusieurs domaines, l'éducation, l'industrie, l'agriculture. J'ai pu voir beaucoup de projets qui sont menés ainsi que la place de l'UE au Togo et dans quelle mesure nous pouvons renforcer les relations qui existent déjà », a confié à la presse Mme Chrysoula Zacharopoulou à sa sortie d'audience.

Il faut noter que la 1ère Vice-présidente de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE était accompagnée lors de cette visite par Bruno Hanses, Chargé d'affaires à la Délégation de l'UE au Togo.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 20 janvier 2020)- Le ministre de l’Administration territoriale, de décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi a réitéré dans un courrier réponse rendu public le 16 janvier dernier, le refus du gouvernement d'autoriser le Conseil Épiscopal Justice et Paix d’observer l'élection présidentielle au Togo.

« Je voudrais vous rappeler qu’en tant que ministre en charge de la tutelle des associations de développement, des droits de l’Homme et cultuelles, je vous ai, dans mes précédentes lettres, précisé les raisons pour lesquelles votre organisation n’est pas qualifiée pour assurer une observation neutre et crédible des élections », a écrit le ministre suite à une lettre envoyée par cette commission et portant sur une demande d’audience pour évoquer son désire d’observation des élections.

Selon lui, la Conférence Episcopale du Togo (CET) dont fait partie le Conseil Episcopal Justice et Paix, a eu à prendre clairement des positions « partisanes » sur la situation politique du pays.

« Le dernier message du 21 novembre 2019 de la Conférence Episcopale du Togo en est une illustration parfaite, puisque comme toutes les autres déclarations, la Conférence Episcopale du Togo a repris à son compte les réclamations de l’opposition notamment sur la CENI, la Cour Constitutionnelle, le Code électoral, méprisant ainsi les lois électorales en vigueur dans notre pays », poursuit le ministre Payadowa Boukpessi.

Il accuse la Conférence Episcopale du Togo d’avoir demandé le 21 novembre 2019, la révision du Code électoral pour une élection prévue conformément aux dispositions constitutionnelles au mois de février 2020.

M. Payodowa Boukpessi, estime qu’il suffit de lire les réclamations envoyées par l’ANC et la C14 au gouvernement, pour se rendre compte de la coïncidence troublante entre lesdites réclamations et les demandes de la Conférence Épiscopale.

Outre les doutes sur la neutralité de cet organisme proche de l'église catholique, le ministre remet également en cause les sources de financement dont dispose la Conférence Episcopale du Togo pour déployer plus de neuf mille (9.000) personnes pour l’observation des élections.

« Le refus de communiquer vos sources de financement est la preuve que cette opération est téléguidée par une ou plusieurs organisations que vous ne voulez pas dévoiler, pour des raisons que nous ignorons. C’est pour toutes ces raisons que je vous confirme que la demande d’observation des élections du Conseil Episcopal Justice et Paix du Togo n’est pas acceptée », a réitéré le ministre Boukpessi.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 20 janvier 2020) Tout se précise pour la tenue de l'élection présidentielle du 22 février 2020 au Togo. La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a réceptionné lundi 20 janvier 2020, l’encre indélébile qui permettra à l'institution d'identifier les électeurs lors de ce scrutin.

La cérémonie de réception de cette encre s'est déroulée lundi 20 janvier à l’Aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé sous la direction du président de la CENI, Tchambakou Ayassor, a appris l'Agence de presse AfreePress.

Au total, 40 220 flacons d’encres indélébiles ont été livrés par la société adjudicatrice du marché, NETCOM S.A. à l'institution chargée d'organiser et de superviser l'élection présidentielle.

Après cette réception, un échantillon a été confié au laboratoire de chimie de l’Université de Lomé qui sera chargé d'attester son caractère indélébile avant la tenue de l'élection.

A noter que la CENI à travers un communiqué, a convié les candidats ou leurs représentants à une rencontre le mercredi 22 janvier à son siège. Il sera question de procéder au tirage au sort de l’ordre de positionnement des candidats sur le bulletin de vote.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 20 janvier 2020)- La baisse des droits de douane sur les véhicules neufs ou d’occasion a été actée le 16 janvier dernier par un arrêté du ministre de l’Économie et des finances, Sani Yaya, a appris l’Agence de presse AfreePress.

Selon le gouvernement, cette mesure vise à renouveler le parc automobile du Togo devenu vieillissant, faciliter les échanges, améliorer le climat social et l’environnement des affaires, et favoriser l’achat de véhicules moins polluants.

Concrètement, la mesure d'abattement sur la valeur en douane des véhicules électriques ou hybrides à l’état neuf est de 100%, 90% pour les autres véhicules neufs, 50% pour les véhicules usagés de moins d’un (1) an à deux (2) ans d’âge et 35% pour les véhicules usagés de plus de deux (2) ans à cinq (5) ans d’âge.

« Les avantages fiscaux et douaniers ci-dessus visés sont applicables aux véhicules de transport de marchandises et de personnes ayant au plus 05 ans d’âge et ne sont pas cumulables avec ceux précédemment appliqués aux véhicules usagés ou ceux importés dans le cadre des régimes spéciaux », informe le gouvernement.

Il faut préciser que cette réduction des droits de douane pour l’importation des véhicules est l’une des mesures phares de la loi de finances gestion 2020, votée par l’Assemblée national en décembre 2019.

Anika A.

Page 1 sur 1528
  • pub_janvier_2020.jpg

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…