© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

© AfreePress- (Lomé, April 12, 2019) - Parents, children, administrative authorities, religious and donors ... were present this Thursday, April 11, 2019 alongside the leaders of SOS Children's Village for the inauguration of the new premises of the Atakpamé Program, Kamina (about 15 km from the city of Atakpame).

This building is in addition to that of Afeye Kpota, to extend the activities of this institution to a greater number of children in need of protection in the Ogou prefecture.

From SOS homes to the computer room to rooms and playgrounds, everything is there to provide a warm home for the children of Kamina. "This new village supports the Atakpamé Program to improve the quality of care, living standards and development of children who have lost or are at risk of losing parental care through their access to services. basic essentials, "Arcadius Toeppen, Director of the Program at Atakpamé, said during the ceremony.

The village plans to provide some 1,586 children - who have lost family care or are at risk of losing it - to growing up in a protective family environment by 2020.

Indeed, the analysis of the situation of children that SOS Children's Village realizes each 3 years, revealed in 2013 that in Kamina, out of the 420 children counted, 23 (5%) have already lost parental care , 153 (36%) are at high risk of losing it among them there are 244 children who live with both parents but sometimes in difficult economic conditions.

Across the city of Atakpamé, the survey reveals that 1,818 children or 5% have lost care while 15,519 (40%) are at high risk of losing it. "With these villages we build families for children, help them to design their own future and take part in the development of their communities," said SOS Children's Village National Director Togo, Ms. Bakoussam Manzi-Nika.

The SOS Children's Village Atakpamé program is created with the sole purpose of improving the situation of children in the Plateaux region through interventions in three (3) areas.

The first concerns the implementation of a care program for children and young people and takes into account the SOS family components integrated into the communities, the Foster Family Promotion, the transit house for the reception and counseling of trafficked children and a family strengthening program.

The second area facilitates access to quality education for children and young people. The third is oriented towards promoting quality health care for children.

"Today, communities benefiting from SOS programs are more sensitive to the rights and protection of children and the importance of quality alternative care and show progress towards sustainability and resilience. ", Welcomed the International Director of SOS Children's Villages for West and Central Africa, Benoît PIOT.

Advances saved

After the launch of the Program in 2017 in Atakpame, we can already note the construction of 6 family houses in the Kamina and Afeye Kpota communities and two transit houses in Kamina; Admission of 13 children to SOS families including 06 girls, 03 children in foster care including 01 daughter and a daughter in a transit house. Similarly, 801 children and 224 families are admitted to the family strengthening program.

The program also transfers skills to families and communities. This through an exchange with child protection actors, on the care of SOS Children Village Atakpamé.

To date, 20 host families are accredited and trained. In addition, the renovation of 6 school buildings in 4 partner schools, the construction of 4 blocks of school latrines and drilling.

Still in the logic of skills transfer, 70 teachers have had their capacities strengthened.

As a result, the program allows communities to develop a functional community protection mechanism.

SOS Children's Village is an international, apolitical and secular social development organization that respects the United Nations Convention on the Rights of the Child. It is present in 135 countries around the world and has been working in Togo for 40 years. Today it operates on four sites (Lomé, Kara, Dapaong and Atakpamé) thanks to the support of benefactors of Sweden in this case the company AstraZeneca and The Astrid Lindgren Company.

Since 2017, she also benefits from an annual grant from the Togo government

A.Y.

 

©AfreePress-(Lomé, le 16 avril 2019)- Le parti "Les Démocrates" de Nicodème Ayao Habia fait la Une des grands titres du Togo depuis l'annonce de la destitution de son président, de la tête de cette formation politique.

Dans un communiqué rendu public au lendemain de l'annonce de cette décision, Nicodème Habia est monté au créneau pour situer l'opinion sur ce qui se passe réellement et rejeter sa destitution. 

« Le parti LES DÉMOCRATES tient à rassurer l'opinion nationale qu'il garde le cap de son combat pour la démocratie et l'État de droit au Togo. Pour ce qui est des écritures en faux des petits esprits, les conseils du parti s'en changeront. Enfin le parti lance un appel aux forces démocratiques à se mobiliser comme un seul homme pour dénoncer l'arbitraire dont est l'objet certains responsables du PNP. Que nos cris parviennent jusqu'à leurs bourreaux afin qu'ils les libèrent dans l'immédiat », écrit M. Habia qui qualifient les remous qui secouent son parti de « tempête dans un verre d'eau avec des individus de mauvaise foi à la solde du pouvoir despotique qui cherchent à ébranler les efforts consentis depuis la création du parti jusqu'à ce jour pour tenir la tête haute face à la dictature implacable de RPT-UNIR ».

« Ils se seront débattus comme de beaux diables, le parti va tenir solidement », se réjouit-il.

« Ils ont profité de mon absence du territoire national pour m’empoigner. L’ancien député ADJAMGBA Agbessi, est le cerveau. Ces personnes ont toujours voulu aller prendre de l’argent auprès du parti au pouvoir. Ils n’ont pas digéré mon refus. Par la suite aidé par deux journalistes, ils m’ont approché pour qu’on suspende les marches en contrepartie d’une enveloppe financière du pouvoir ce que j’ai refusé et mis la Coordinatrice de la C14 au courant...Ce qui sous-tend cette décision est leur volonté de participer aux locales comme je me suis opposé, ils veulent m’écarter pour atteindre leurs objectifs (sic) », laisse-t-il entendre dans une autre réaction postée sur les réseaux sociaux. 

Il réfute dans cette sortie, les accusations de détournement de fonds et de "simulacre de grève de la faim" portées contre sa personne et indique être en train de soigner jusqu'à présent, les séquelles de cette grève.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 16 avril 2019)- En décembre 2017, le Togo votait contre une résolution de l'ONU condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale de l'État hébreu. Une position du Togo qualifiée de « courageuse » par les observateur. Mais est-ce que le pays de Faure Gnassingbé pourrait pousser encore plus loin ce soutien à l'État juif jusqu'à installer son propre ambassade à Jérusalem ? 

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de l'Intégration africaine du Togo, Robert Dussey répond à cette question dans un entretien accordé au site www.sputniknews.com.

Pour Robert Dussey, rien n'est encore décidé. Cela pourrait advenir ou pas. Ça dépendra de la décision du gouvernement de son pays. « Le Togo ne dispose pas à ce jour d'ambassade à Tel-Aviv. Même si le Togo a voté contre la résolution onusienne condamnant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, le gouvernement avisera et décidera en toute indépendance du lieu d'implantation de son ambassade au cas où elle viendrait à être rouverte », a-t-il déclaré laissant planer le suspense.

Le Togo et l'État d'Israël entretiennent de bonnes relations. L'organisation du 1er sommet Afrique-Israël que devait accueillir Lomé en décembre 2017, avant d'être reporté sine die, suite à des pressions africaines et arabes, en est un illustration, fait remarquer le site sputniknews. 

Selon M. Dussey, cette bonne entente entre Lomé et Tel-Aviv ne devrait en principe pas nuire aux relations entre les pays arabes et le Togo.

« Le Togo et l'État d'Israël, à l'instar de certains pays épris des questions de paix et de sécurité, s'accordent mutuellement soutien sur toutes les questions d'intérêt commun, y compris celles relatives à la souveraineté de leur État respectif et à leur intégrité territoriale », fait-il savoir. Selon lui, les positions adoptées par le Togo permettent de « lever le voile sur le flou qui persiste sur la ville de Jérusalem ».

Cette position fait-il savoir, n'empêche cependant pas, Jérusalem d'être reconnue comme berceau des trois religions fondamentales, notamment le judaïsme, le christianisme et l'islam. 

« Cette position ne devrait pas en réalité affecter nos relations avec les pays arabes, qui sont également épris des questions de paix et de sécurité », conclut-il.

A.Y.

©AfreePress-(Lomé, le 16 avril 2019)- Dans le cadre de la commémoration des sept (7) ans d'existence du parti Union pour la République (UNIR), la Présidente de l'Assemblée nationale, Chantal Yawa Dzigbodi Tsègan a tenu dimanche 14 avril 2019, une causerie-débat avec les militants UNIR de la préfecture de Kpélé à Adéta (152 km au sud-ouest de Lomé).

« La promotion de l'éducation de la jeune fille ». C'est le thème qui a été au centre de cette rencontre qui a réuni les  autorités du milieu, le corps enseignants, des parents d'élèves et des apprenants.  

Dans sa présentation, la conférencière, Djani Kossiwa Mawounyo, Inspectrice de l'éducation, a exhorté les participants à profiter de la gratuité de l'école au niveau primaire initiée par le Chef de l'Etat, Faure GNASSINGBE pour scolariser leurs enfants.

Elle a par ailleurs, relaté les difficultés rencontrées par les jeunes filles dans leur cursus scolaire et qui les bloquent, avant d'inviter les parents à œuvrer pour la promotion de l'éducation de la jeune fille.

« Généralement, lorsqu'on met les filles dans de bonnes conditions, elles sont capables de donner de meilleurs rendements par rapport aux garçons », a  précisé la conférencière qui a insisté sur la nécessité de l'abandon des punitions corporelles qui selon elle, est  « l'une des causes de la déscolarisation des jeunes filles ».

Elle a également encouragé les jeunes filles à s'inspirer de la Présidente de l'Assemblée nationale, Yawa Tsègan et rêver d'un plus grand avenir.

Après avoir prodigué d'utiles conseils aux participants, Mme Tségan Yawa a pour sa part, invité les militants à rester toujours mobilisés et à réitérer leur engagement au parti UNIR.

Il faut préciser que la causeries a eu lieu à la suite d'une messe d'action de grâce organisée par la Présidente de l'Assemblée nationale à l'intention de son parti UNIR, du Chef de l'Etat, des membres du gouvernement et de la population togolaise dans sa totalité.   

Amen A.

Page 5 sur 1231

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…