Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lome, le 15 janvier 2020)- Lomé abrite du 17 au 18 janvier prochain, un sommet des Chefs d’Etat engagés dans la lutte contre le trafic des faux médicaments en Afrique. Une rencontre que le gouvernement togolais prépare activement sur tous les plans. Dans un communiqué rendu public lundi 13 janvier 2020, le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Yark Damehame informe qu’un dispositif de sécurité articulé autour de deux (02) ceintures, sera mis en place dans la capitale pour la circonstance, afin d’assurer le bon déroulement des activités.

La première ceinture de sécurité va couvrir le site de « l’hôtel 2 février » et va être constituée des équipes de sécurité mobiles et statiques. Quant à la seconde ceinture, elle sera plus restreinte et resserrée tout-autour de l’hôtel 2 février.

« L’accès dans la zone restreinte sera strictement règlementé pendant la période. Seuls les véhicules détenteurs de laissez-passer seront autorisés. Les piétions qui y accéderont pour des raisons valables, seront soumis à des fouilles », a informé le Gal Yark.

Il exhorte l’ensemble de la population, notamment les usagers de la circulation à respecter les mesures de sécurité et les contrôles qui leur seront imposés, afin de permettre aux forces de l’ordre de conduire leurs missions avec professionnalisme et efficacité.

Il faut rappeler que le sommet sur la lutte contre le trafic des faux médicaments en Afrique est une initiative du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

La rencontre verra la participation de 6 autres Chefs d’Etats du continent ainsi que d’imminentes personnalités du monde médical dont le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Anika A.

©AfreePress-(Lomé, le 15 janvier 2020)- Une délégation du « Nouvel engagement togolais (NET) », conduite par son président, Gerry Taama a entamé depuis dimanche 12 janvier dernier, une tournée nationale dans plusieurs fédérations de base de ce parti.

L'objectif de cette tournée, indique ce parti, est d'expliquer aux militants de base, les raisons du retrait du candidat Gerry Taama de la course à l'élection présidentielle de 2020. Débuté à Elavagnon dans la préfecture de l'Est Mono, la première phase de cette tournée s'est poursuivie à Anié, Atakpamé pour prendre fin à Notsè.

Gerry Taama à saisi l'occasion pour expliquer aux membres des fédérations de son parti, que l’aventure présidentielle de 2020, dans les conditions actuelles, était « très aléatoire » du fait de l’impréparation des autres partis politiques de l’opposition et de la modicité des prétentions du NET pour cette élection.

Il a déploré la léthargie qui a caractérisé les activités de la pluspart des candidats de l’opposition déclarés à cette élection.

Le NET explique également sa décision, par la mise en place d’une Cour constitutionnelle incomplète, et indiqué qu'il y a nécessité de parachever le second niveau de décentralisation, qui conduira à la mise en place d’un sénat.

Ce qui impose l’organisation d’élections régionales programmées pour se tenir au cours du premier semestre de l’année 2020. Pour toutes ces raisons, Gerry Taama et ses militants estiment qu’il est plutôt profitable au parti de consacrer toute leur énergie aux élections régionales dans le but de renforcer les structures de base du NET en termes de conseillers régionaux, de membres des bureaux exécutifs de ces conseils et aussi en sénateurs.

Anika A.

©AfreePress-(Lomé, le 15 janvier 2020)- « L'exercice des libertés publiques en période électorale ». C'est autour de ce thème que la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH) a démarré depuis lundi 13 janvier dans les communes pays, une campagne de sensibilisation des acteurs impliqués dans l'organisation de l'élection présidentielle prochaine.

L'étape des communes des Golfes 3 et 4 a réuni mardi 14 janvier 2020, a Lomé, les forces de défense et de sécurité, les chefs traditionnels, les leaders d'opinion, les représentants des partis politiques et ceux des confections religieuses et des organisations de la société civile, a constaté sur place l'Agence de presse AfreePress.

Il s'agit pour la commission, de rappeler à ces acteurs les dispositions légales qui encadreur l'élection présidentielle du 22 février prochain en vue de préserver le climat social.

« La CNDH à travers son projet "contribution au bon déroulement de l'élection présidentielle 2020 au Togo", veut s'assurer du respect du droit de vote et du libre exercice des libertés publiques en période électorale. Il s'agit tout simplement pour la commission de mener des actions de sensibilisation, d'information, de surveillance et de prévention des conflits tout au long du processus », a confié à l'agence de pressé AfreePress, Mme ATTISO Afi Jacky, Présidente de la sous-commission Promotion et Protection de la CNDH.

Au cours de cette campagne de sensibilisation, les acteurs seront outillés sur les valeurs de paix et de tolérance.

« Le souhait de la CNDH en tant qu'acteur des droits de l'Homme, est que l'accalmie qui a régné lors des dernières élections, soit pérennisée pour une élection apaisée en cette année 2020 également », a lancé Mme ATTISO à l'endroit des participants.

Selon elle, la CNDH à travers le thème choisit, va apporter un éclairage sur la meilleure manière de concilier l'impérative de sécurité publique et le libre exercice des libertés fondamentales à savoir : la liberté de réunion, et la liberté de manifestation en période électorale. La commission souhaite apporter sa contribution à une élection apaisée, non violente et respectueuse des Droits de l'Homme, poursuit-elle.

Présent à l'ouverture des travaux, le Secrétaire général de la préfecture du Golfe, ADJAGBAVI Lebenin a salué l'engagement de la commission en faveur du respect des Droits de l'Homme au Togo.

Il est à noter que cette campagne de sensibilisation initiée par la CNDH bénéficie d'un appui financier de l'Union Européenne (UE).

Raphaël A.

Page 9 sur 1528
  • pub_janvier_2020.jpg

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…