© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 12 avril 2019)- A 24 heures de la manifestation de rue projetée par le Parti National Panafricain (PNP), le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Gal Yark Damehane s'invite dans le débat et explique les raisons qui ont conduit le gouvernement à limiter la manifestation du PNP dans trois villes.

Reçut vendredi 12 avril 2019, sur radio Victoire FM, le ministre en charge de la Sécurité parle de "raisons sécuritaires", du "nombre limité des forces de l’ordre et de sécurité dans les villes pour encadrer les manifestants" pour soutenir la circonscription de la manifestation du PNP dans trois villes du pays.

« La police n’est pas là seulement pour des marches. Aujourd’hui notre souci, c’est comment protéger nos compatriotes et comment sécuriser leurs biens. Donc il y a des missions transitionnelles de la police et de la gendarmerie. La première mission c’est d’encadrer les marches. Donc si le PNP a voulu marcher dans 10 villes, raisonnablement je ne sais pourquoi marcher dans 10 villes. L’autorité ne peut agir qu’en fonction du personnel disponible. Avec trois villes, on peut tranquillement les encadrer d’une façon professionnelle. Je crois que le PNP doit accepter ces trois villes et les itinéraires recommandés pour faire sa marche. Nous devons tous travailler pour la sécurité, la démocratie dans notre pays. Si déjà à l’issue d’une marche, ils cassent tous ce qu’ils trouvent, la violence appelle toujours la violence. La décision des chefs traditionnels, c’est parce que les manifestants avaient posé des actes répréhensibles à Kpalimé. C’est vrai que ce n’est de leur compétence d’interdire les manifestations, mais c’est pour refuser la violence. Donc l’autorité met à terre tout le monde (sic)», a laissé entendre le Ministre Yark Damehane.

Aux responsables du PNP et aux manifestants, le ministre lance un appel à la retenue et au respect de la décision de l’autorité. « Nous appelons les uns et les autres à la retenue, à la préservation de la paix. Ceux qui veulent marcher aux endroits indiqués, qu’ils aillent marcher, ils seront encadrés. Qu’ils ne disent pas qu’ils ont indiqué tel endroit et que ce n’est pas retenu dont ils vont faire la force. Il ne faut par faire la démocratie dans la pagaille. La ville de Kpalimé n’est pas retenue, ça tranquillise tout le monde », a-t-il insisté. 

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 12 avril 2019)- Les candidats du Front Commun pour le Congo (FCC), coalition des partisans de l'ex-président Joseph Kabila,  ont remporté 16 des 22 sièges mis en jeu lors de l'élection des gouverneurs, d'après les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), mercredi 11 avril 2019. 

Dans la capitale Kinshasa, le poste de gouverneur a été remporté par un membre du FCC, Gentiny Ngobila. Il s'agit de l'ancien gouverneur de la province du Maï-Ndombe (Sud-Ouest).

L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) du nouveau président Félix Tshisekedi et ses alliés n'ont remporté qu'un seul poste de gouverneur, dans la province du Kasaï-Oriental, région d'origine du chef de l'État.

La province de Mongala tombe dans l'escarcelle de la coalition "Lamuka" qui soutenait la candidature de Martin Fayulu, l'opposant qui revendique toujours la victoire à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018.

Quatre provinces sont en ballotage et le second tour est annoncé pour samedi. 

Il faut noter que le FCC dispose de la majorité absolue à l'Assemblée nationale et au Sénat, ce qui lui permet de prendre le contrôle du futur gouvernement, que le président Tshisekedi doit encore mettre en place près de trois mois après son investiture le 24 janvier dernier.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 12 avril 2019)- Un requin baleine a été secouru dans les eaux togolaises à la hauteur du Port autonome de Lomé dans la journée du lundi 8 avril 2019, a appris l'Agence de presse AfreePress. 

Hors de son habitat pendant plus d'une heure et demi, l'animal qui présentait des signes de fatigue, a bénéficié de l'aide des riverains pour réintégrer son milieu de vie naturel. 

Selon les informations obtenues par AfreePress, l'opération a été conduite par les responsables de l'association E.R.D-Afrique avec le soutien du Directeur préfectoral de l'environnement, du Développement Durable et de la Protection de la Nature (D.P.E.D.D.P.N) de la préfecture du Golfe. 

« L'événement s'est produit au cours d'une activité de pêche des riverains de Hounsounoukpe Kondji, un petit village de pêcheurs situé au sud-est du canton de Bè, sur la plage derrière la société Lomé Container Terminal (LCT).

« Cette pêche serait tout à fait la bonne, vue l'effort demandé pour faire sortir les filets de l'eau. Fallait augmenter l'équipe des tireurs. Quelques-unes des femmes commerçantes de poissons auprès dudit filets se sont jointes à la danse en attendant la sortie de la conquête. A la sortie des filets, il était bien vrai que la pêche a été bonne mais hélas le partage n'aura pas lieu. A la place des poissons dans leurs filets, se trouvait un requin du spécimen de baleine, une espèce protégée », rapportent les témoins.

L'association E.R.D.-Afrique mandatée par le Chef canton de Bè, Togbui Adéla AKLASSOU IV pour la sauvegarde de la biodiversité sur le littoral togolais au niveau du canton de Bè, a immédiatement été contactée.

Ces derniers ont fait appel au Chef canton et les premiers responsables de la protection de la nature. 

Pour le Directeur préfectoral de l'environnement de la préfecture du Golfe, M. DOHO Koffi Malick, il s'agit d'un requin de spécimen protégé. « C'est un requin baleine du nom scientifique Rhincodon Typus. Il est inscrit sur la liste rouge de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (U.I.C.N). D'une longueur de 6,32 m, le requin baleine fait une circonférence de 3,4 m », a-t-il indiqué.

Ave l'aide des jeunes pêcheurs, les autorités préfectorales présentes ont réussi à renvoyer l'animal dans les eaux.

 Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 12 avril 2019)- Le Président du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) Agbéyomé Kodjo a condamné le 11 avril 2019 les menaces proférées par des chefs traditionnels de Kloto (Kpalimé) contre la manifestation du 13 avril 2019, du Parti national panafricain (PNP).

Une posture que ne partage par le président national du MPDD qui appelle le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi à « mettre de l’ordre » dans les rangs des chefs traditionnels de Kloto et de l’Avé qui menacent les militants du PNP.  

« Ce que les chefs traditionnels décident de faire est grave. Parce que nous avons une loi fondamentale et une loi portant manifestation publique au Togo. Il faut que la loi soit appliquée. Les chefs traditionnels et les Abrafo ne peuvent pas constituer une entrave à la manifestation. Donc j’interpelle le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi de mettre l’ordre dans cette affaire. Il doit intervenir au niveau des chefs traditionnels des préfectures de l’Avé et de Kloto afin que l’ordre soit rétabli dans ces localités », a-t-il laissé entendre. 

Pour l’ancien Premier ministre Agbeyomé Kodjo, la loi autorise les partis politiques à manifester librement dans le respect des règles définies par cette loi. Il a de ce fait, invité les militants du PNP au respect de ces principes et à manifester pacifiquement.

« Les manifestants n’ont pas le droit de casser les biens publics et privés. Et si tel est le cas, la loi doit les punir aussi. On peut manifester sans casser », a-t-il avancé.

Raphaël A.

Page 10 sur 1231

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…