© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

© Afreepress-(Lomé, le 10 octobre 2016)-Fidèle à sa tradition d’asseoir son engagement social chaque année à l’endroit des couches défavorisées du Togo, Vlisco African Company (VAC Togo) a réédité sa promesse de venir en aide aux nécessiteux à travers une remise de don à Lomé. La VAC Togo et l’icône des 170 ans de la marque étaient hier après midi dans l’enceinte de l’Association Don Bosco d’Akodessewa (ADBA) à Lomé pour procéder à une remise de don.

D’une valeur de deux millions (2 000 000) de Francs Cfa établi en chèque, le don a été remis aux responsables de l’association par l’égérie Vlisco Madame Nadou Esther Lawson Aziable en présence des bénéficiaires. Un geste qui vient compléter le lot des actions sociales dans le cadre du programme social entreprises par Vlisco depuis des années pour assister les plus démunis.

« Je suis tout particulièrement émue de faire cette donation aujourd’hui. Nous savons que les temps sont durs actuellement et pour ces enfants et ces femmes qui sont dans le besoin, nous espérons que notre apport constituera un soulagement pour eux à la veille de la rentrée scolaire », a confié l’icône Vlisco.

Par ce geste Vlisco entend contribuer à l’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations togolaises et témoigner son engagement social à l’endroit des couches défavorisées.

Pour les responsables de la VAC Togo, ce chèque servira à assister trois femmes dans leur commerce de beignets, dans l’alimentation générale et divers et dans la vente de pâte et sauce. Egalement une partie du don financier sera utilisée pour aider de façon ponctuelle d’autres nécessiteux de l’association:

« Ce chèque servira également à payer le loyer pendant 12 mois à 4 familles, à payer le petit déjeuner à 10 enfants durant l’année scolaire, à payer les frais de scolarité à 30 enfants, à acheter des fournitures scolaires à 20 élèves, à aider 2 jeunes dans leur centre d’apprentissage et à aider de façon ponctuelle 2 étudiants » a précisé Yves Kolagbe, Chargé de communication Vlisco.

Le soutien financier que Vlisco a apporté à l’Association Don Bosco d’Akodessewa permettra aux responsables de l’association de scolariser le maximum d’enfants et de jeunes et également soutenir les femmes dans leurs activités commerciales.  

Selon le Père Jésus Benoit Badji, Président de l’ADBA, « le don que nous recevons de Vlisco vient à point nommé d’autant plus que nous sommes à la veille de la rentrée scolaire et académique où nous aurons besoin de beaucoup de fonds pour aider le maximum de jeunes possible. Donc ce don arrive à un point opportun qui nous donne un ouf de soulagement pour les jeunes, les enfants et les femmes aussi ».

L’Association Don Bosco d’Akodessewa est née autour de la spiritualité salésienne Don Bosco et s’occupe des jeunes défavorisés et abandonnés. Elle a une cinquantaine d’enfants scolarisés a la charge qu’elle accompagne jusqu’au Baccalauréat.

Par le passé, Vlisco a mené des actions dans le cadre de son programme social annuel.

DBD

© Afreepress-(Lomé, le 10 octobre 2016)-La capitale togolaise Lomé, abrite à partir de ce lundi et ce jusqu’au 15 octobre prochain, le Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

L’Union des forces de changement (UFC), parti présidé par Gilchrist Olympio, dans un communiqué dont copie est parvenue à l’Agence de presse Afreepress, estime que c’est une « aubaine » pour le Togo à plusieurs égards.

« Ce sommet qui va graver le nom du Togo dans les archives de la communauté internationale en matière de sécurité maritime et a des retombées directes notamment diplomatiques, économiques sur le pays et les citoyens » et « la rencontre de Lomé verra la participation de plusieurs experts et de différents leaders du monde économique », indique le document signé par le premier vice-président de l’UFC, Brim Bouraïma-Diabacté.

L’UFC exhorte le gouvernement et l’ensemble de la population et en appelle à un « sursaut patriotique » de la part de tous les acteurs sociaux et politiques pour la réussite de ce sommet.

Modeste K.

©Afreepress-(Lomé, le 08 octobre 2016)- La localité d’Amoutchou (130 Km au Nord de Lomé) a accueilli en fin de semaine dernière, une cérémonie de lancement officiel d’une session de formation des techniciens et agriculteurs spécialisés en culture de coton, a constaté sur place l’Agence de presse Afreepress.

Organisée par le Centre de Recherche Agronomique de la Savane Humide (CRA-SH), cette session de formation avait pour objectif de démontrer « l’efficacité des bonnes pratiques sur la fertilité du sol et la productivité de la filière cotonnière ». Il a été concrètement question de renforcer la capacité des participants dans les domaines de la maîtrise de la physiologie du cotonnier, de la fertilisation des sols cultivés, du semis-direct sous couverture végétale, de la gestion intégrée des ravageurs ainsi que de la récolte et la préservation de la qualité du coton.

Selon les experts et chercheurs brésiliens, formateurs sur cette session, l’initiative vise à contribuer de façon durable à l’amélioration de la productivité et de la compétitivité du coton togolais à l’extérieur. La rencontre s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre des actions du plan stratégique de la filière cotonnière du Togo.

L’Ambassadeurs du Brésil au Togo qui était à la rencontre, a salué l’initiative, qui selon lui, est le résultat « concret de la 2ème phase du projet coton 4+Togo, dont le document a été validé à Lomé en août 2014 ». Après avoir fait l’historique de ce projet, l’Ambassadeur Antonio Carlos de Salles Menezes, a rappelé que la mise en œuvre de cette 2ème phase est la preuve de la volonté du Gouvernement Brésilien d’accompagner certains pays africains dans leur efforts pour l’amélioration des rendements en coton graines et la compétitivité de leurs filières cotonnières face aux vicissitudes du marché mondial de la fibre.

Le coup d’envoi des travaux a été donné par le préfet de l’Ogou Akakpo Edoh, représentant le Ministre de l’Agriculture. Celui-ci a remercié le gouvernement pour les réformes engagées dans la filière cotonnière avec l’élaboration d’un document d’orientation stratégique pour que d’ici 2022, la filière cotonnière togolaise demeure intégrée, jouisse d’une bonne gouvernance, soit compétitive, attractive et durable, avec des acteurs professionnalisés, pour une production annuelle minimum de 200.000 tonnes de coton de bonne qualité.

Ont pris part à cette rencontre, différents groupements de producteurs de coton de la Fédération Nationale des groupements producteurs de coton (FNGPC), des techniciens de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT) de la Région des Plateaux Sud et de Maritime, des experts et chercheurs de l’Agence Brésilienne de Coopération (ABC), de l’Entreprise Brésilienne de la Recherche Agropastorale (EMBRAPA), des Directeurs Généraux et régionaux de l’Agricultures et de l’Elevage de l’ICAT ainsi que des responsables des forces de sécurité et des chefs traditionnels des Plateaux.

L’événement a été couplé de la remise d’attestations et documents didactiques à douze (12) récipiendaires formés au centre agricole de Kolokopé dans la préfecture d’Anié.

Une visite des champs a sanctionné les travaux.

Yacoubou Le Roi Tairou

© Afreepress (Lomé, le 7 octobre 2016)-Une importante quantité de produits périmés dont les origines restent inconnues, ont été retrouvés sur un dépotoir à Avepozo (banlieue à l’Est de Lomé), plus précisément dans le quartier Avépozo-kpota. Alertés, les responsables de l’Association togolaise des consommateurs (ATC) ont fait une décente ce vendredi sur le terrain pour constater de visu les faits, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

Arrivés sur les lieux en compagnie des journalistes, ils ont été rejoints par une délégation de la brigade de contrôle du ministère en charge du commerce. Quelle n’a pas été leur surprise de voir que la plus grande partie de la cargaison déversée, des paquets de cube de marque « Ducro », est emportée par les populations riveraines.

« C’est depuis avant-hier vers 16h que nous avons commencé par remarquer ces produits sur le dépotoir. On a vu certaines femmes se ruer vers le tas pour ramasser et emporter d’énormes quantités » a témoigné un habitant du quartier.

« Nous avons aperçu une voiture 4X4, venu déverser les produits sur le dépotoir mais, sans la présence d’esprit de capter son numéro d’immatriculation. C’est après leur départ que les femmes étaient venus ramasser les produits », a renchéri un autre habitant.

C’est une situation qui a laissé de marbre le vice-président de l’ATC, Benetti Gagalo et sa délégation.

« C’était hier nuit que nous avons été informés, avec photo à l’appui qu’il y a des cubes périmés qui sont déversés à Avepozo. Au vu des photos, nous nous sommes dits que c’est grave et qu’’il faut faire quelque chose. Arrivés ici, ce que nous avons vu est vraiment désolant. Ce qui est encore grave, c’est que ces femmes qui ont ramassé ces produits vont aller les revendre et ils seront par la suite consommés par la population », a-t-il déploré avant d’ajouter « nous pensons porter plainte contre X, parce que c’est la vie des consommateurs qui est en danger. Nous sommes dans un pays de loi et s’il faut jeter ces produits jusqu’à une certaine quantité, il y a des dispositions légales à prendre. Tel n’a pas été le cas. Donc nous sommes dans l’obligation d’agir pour que cette situation ne se reproduise plus ».

Il a saisi l’occasion pour appeler la population à plus de vigilance et à bouder sur le marché, ces cubes qui seront, selon lui, sources de plusieurs maladies. « Nous tenons également à appeler la population d’Avepozo en général et celles du quartier Avépozo-Kpota à ne pas vendre ni consommer ces cubes. Car de toute évidence, ils sont jetés au dépotoir parce qu’ils sont impropres à la consommation et partant de là, demeurent sources de maladies ».

Présent sur les lieux, le chef du quartier, a déclaré ne pas être au courant de la situation. Tout en la déplorant, il s’est résolu de sensibiliser ses populations sur les risques de la consommation de ces produits.

« Nous ne sommes aucunement au courant de cet état de fait. Dommage que, les femmes aient pu emporter les cubes qui sont visiblement périmés. Notre action consistera donc à alerter les populations sur la situation et les inviter à ne pas consommer ces produits qui sont emportés. Nous serons désormais vigilants sur tout ce qui sera versé comme déchet sur le dépotoir », a-t-il laissé entendre.

Il susurre parmi les riverains présents sur les lieux que le dépotoir en question, est une cible habituelle pour des actions « malveillantes ».

Les produits restants ont été incinérés en présence du chef de brigade de Baguida et d’Ayao Sewodo, chef quartier Avépozo-Kpota.

G.B.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…