Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 4 novembre 2019)- Le Togo a désormais une semaine exclusivement dédiée au secteur privé. La première édition de cet événement a été officiellement lancée lundi 4 novembre 2019 par le Premier Ministre, Komi Selom Klassou en présence de plusieurs partenaires techniques et financiers du Togo, a constaté l'Agence de presse AfreePress.

Placée sous le thème : « Secteur privé moteur de croissance et du développement socio-économique du Togo », la semaine du secteur privé se veut un cadre propice pour le secteur privé. Plus précisément un cadre de réflexions devant permettre aux opérateurs économiques d’êtres plus compétitifs, innovants et d'intégrer les bonnes pratiques en matière des affaires et partager la vision du gouvernement qui veut booster l’économie du pays.

« Le thème consacré à cette première édition de la semaine du secteur privé traduit la volonté du gouvernement de faire du secteur privé un acteur essentiel à ses côtés dans le développement socio-économique de notre pays », a déclaré le Ministre du Commerce, de l’Industrie, du Développement du Secteur Privé et de la Consommation Locale, Kodzo Adedze à l’ouverture de la rencontre.

Cette première édition va aider à explorer les pistes devant mener le secteur privé à jouer pleinement son rôle de partenaire privilégié dans l’émergence du Togo notamment dans la réalisation du Plan National du Développement (PND 2018-2020).

« Durant cette semaine, plusieurs thématiques seront abordées à travers des discussions de haut niveau et des panels d’échanges d’expériences », a-t-il indiqué.

Le Premier ministre dans son intervention, s’est réjoui de la tenue de cet évènement quelques jours après la publication du rapport Doing Business de la Banque Mondiale qui octroie au Togo, une bonne note en matière d'amélioration de l’environnement des affaires. Le Togo est notamment 1er pays réformateur en Afrique dans le domaine des affaires en Afrique et 3ème dans le monde.

« Le Togo se positionne aujourd’hui comme la porte d’entrée naturelle pour les affaires en Afrique de l’Ouest, un marché de plus de 320 millions de consommateurs », a-t-il laissé entendre.

Pour le Chef du gouvernement, l’instauration d’une semaine du secteur privé au Togo vient appuyer l'engagement qui a motivé le gouvernement à organiser le 1er Forum Economique Togo-Union Européenne.

« L’objectif de cette première édition de la semaine du secteur privé est d’examiner les préoccupations du monde des affaires, d’explorer les voies et moyens susceptibles de permettre au secteur privé d’être un véritable levier de la croissance économique du pays », a-t-il rappelé.

Raphaël A. 

©AfreePress-(Lomé, le 4 novembre 2019)- L’opposant Jean-Pierre Fabre exige des discussions entre le pouvoir et l’opposition afin de définir les conditions d’organisation de l’élection présidentielle de 2020. Reçu lundi 4 novembre 2019, sur Radio Victoire FM, le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) est revenu sur les différentes exigeantes de son parti avant ce scrutin.

« Nous demandons que des discussions aient lieu pour permettre d’améliorer le cadre électoral, pour le rendre crédible. Ce sont des discussions qui seront ouvertes entre des partenaires qui veulent le bien de leur pays et qui pensent que l’amélioration du cadre électoral est nécessaire pour l’organisation d’électrons libres, équitables, transparantes et démocratiques dans le pays », a-t-il indiqué.

« Le fichier électoral actuel a subi de lourdes manipulations pour permettre au pouvoir de remporter l’élection présidentielle en 2020. C’est-à-dire que le fichier est gonflé et le pouvoir en place pense qu’il est majoritaire. C’est dire simplement qu’il faut un nouveau recensement électoral. Donc le fichier qui est à la base de toute élection.Ensuite il y a la recomposition de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et ses démembrements » a ajouté Jean-Pierre Fabre.

L’ANC compte obtenir également la recomposition de la Cour constitutionnelle, régler la question des votes par procuration et par anticipation qui selon M. Fabre permettent au régime de pratiquer des votes multiples, avoir la garantie de l’authentification du bulletin unique, la publication des résultats, bureau de vote par bureau de vote, l’observation des élections, et même la loi sur les libertés.

« La CENI actuelle court vers les précipices. Ce n’est pas la date de l’élection qui compte, mais c’est la qualité qui est importante », a-t-il lancé.

L’ANC promet obtenir ses revendications par la pression populaire.

« Nous vallons passer par la combinaison de la pression intérieure et extérieure pour amener le gouvernement la tenue de ces discussions et améliorer le cadre électoral », a-t-il déclaré. S’agissant de la non-participation de son parti aux démarches qu’entreprend l’archevêque émérite de Lomé Mgr Philippe Fanoko Kpodzro dans le but de rapprocher l’ensemble des partis politiques, M. Fabre n’a pas marché sur ses mots.

Il estime qu’il y a des préalables à régler avant de s’asseoir avec certains partis.

« Nous avons été agressés gratuitement et traités de tous les noms, mais nous n’avons pas réagi. Nous avons en bon chrétien pardonné. Mais en bon politique, nous n’avons pas oublié. Donc nous avons jugé sage de ne pas prendre part à ces discussions pour le moment ».

M. Fabre dit être également lésé par les propos des leaders de la coalition de l’opposition (C14).

« On est très déçu d’avoir été traité de corrompu, de Juda, le plus insupportable qui maltraitait tout le monde. Donc il faut nous laisser digérer ça. Il ne faut pas faire comme si tout ça n’existait plus. J’ai dit qu’il faut régler des préalables pour qu’on travaille ensemble. Je veux parler de tous ceux qui ont commis des erreurs vis-à-vis des autres. Surtout qu’on m’accuser d’avoir négocié des maires avec le Premier ministre, c’est un problème qui fait partir de ces préalables.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 4 novembre 2019)+ Le nouveau maire de Golfe 7, Jean-Pierre Fabre, Président du parti "Alliance National pour le Changement (ANC)" était l'invité ce lundi 4 octobre 2019 de Radio Victoire.

Dans son intervention, l’homme est revenu sur un certain nombre de sujets à polémique.

A propos de l'image ayant fait le tour des réseaux sociaux le montrant en train d'animer une cérémonie de mariage assis dans un fauteuil moilleux sous l'oeil avisé d'un portrait du Président de la République, Faure Gnassingbé. Jean-Pierre Fabre, se dédouane et indique que la cérémonie en question a été animée dans les locaux de la préfecture du Golfe à Lomé, endroit où il n'a aucun droit ni aucune force.

« Quand je suis arrivé à la Préfecture là-bas pour la célébration des mariages, j’ai vu la photo de monsieur Faure Gnassingbé. Je suis à la préfecture et la photo de Faure Gnassingbé est là-bas (que puis-je faire contre ?). Vous verrez quand nous serons à la Mairie, ce que nous ferons de la pratique qui consiste à mettre les photos des Chefs d’Etat en exercice dans les mairies. Ce qui se passe à la préfecture ne nous concerne pas », a-t-il déclaré.

Le leader de l’ANC rassure qu'il sera vigilant sur ces questions et informe d’ailleurs qu’il a déjà posé des pas allant dans ce sens. « Je suis suffisamment vigilant sur ces genres de choses. Vous avez dû apprendre que lors de la cérémonie de passation de services, j’ai fait remarquer que la photo de l’ancien Chef d’Etat, feu Gnassingbé Eyadema n’avais pas sa place dans le local où nous étions », a-t-il fait noter et de rappeler que la mairie du Golfe 7 ne dispose pas encore de siège.

Pour le moment, le maire de cette commune exerce provisoirement certaines de ces fonctions dans les locaux de la préfecture du Golfe.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 4 novembre 2019)- Démarrée le 25 octobre 2019 à Lomé, la 1ère édition du Marché International de l’Artisanat du Togo (MIATO 2019) a officiellement pris fin dimanche 3 novembre 2019 au cours d'une "grande" soirée musicale couplée d’une cérémonie de remise de prix aux lauréats des différents concours organisés dans le cadre de cette édition du MIATO.

La soirée apothéose a enregistré la présence de la ministre du Développement à la base, de l’Artisanat et de la Jeunesse, Victoire Tomégah-Dogbé, du Représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Togo, Assoukou Raymond Krikpeu et de plusieurs responsables d’organisations partenaires de l’évènement, a constaté sur place l’Agence de presse AfreePress.

Placéesous le thème : « Artisanat innovant, facteur de développement économique et social », la 1ère édition du MIATO est une initiative du Ministère en charge de l’Artisanat, en collaboration avec l’Union des Chambres Régionales des Métiers (UCRM) du Togo.

L'objectif est de « mettre en lumière le génie et les potentialités des artisans togolais ».

Pour la Ministre Victoire Tomégah-Dogbé, cet évènement a été un défi de taille « relevé avec succès, ceci par un ferme engagement de l’ensemble des parties prenantes ».

« Le MIATO a été un franc succès. Ça honore notre pays et nous en sommes fiers. Comme nous le savons, ce marché a été voulu par les artisans du Togo parce qu’ils ont toujours cherché une vitrine à eux pour faire redécouvrir tous leurs talents. Il y a eu également une volonté politique du Chef de l’État, mais aussi, toute une mobilisation des différents départements ministériels et de l’URCM », a-t-elle indiqué. La ministre s’est par ailleurs félicitée de l’ambiance qui a régné durant les 10 jours d’exposition, de partages et d’échanges entre les artisans togolais et étrangers.

Occasion pour elle d’exprimer les reconnaissances du gouvernement aux partenaires qui ont l’accompagné l’évènement à savoir : la coopération allemande, la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), la Banque Africaine de développement (BAD), l’Union Européenne (UE), l’UEMOA ainsi que les grandes sociétés de la place.

Il faut noter que pour cette 1ère édition du MIATO, une vingtaine de prix composée d’enveloppes, de billets d’avion, de bons d’assurance vie et autres ont été remis aux participants à l’issue des jeux-concours organisés à cette occasion dans le but de promouvoir l’excellence et l’innovation auprès des artisans togolais. Rendez-vous est pris en 2021 pour la 2e édition du MIATO.

Raphaël A.

Page 15 sur 1454

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…