© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 3 juillet 2019)- Le Togo va bientôt se doter d’un Centre de Formation aux Métiers des Transports et de la Logistique. Cette initiative du gouvernement entre dans le cadre de la réalisation du Plan National de Développement (PND 2018-2022) et vise à assurer une formation professionnelle aux jeunes togolais en lien avec les métiers liés aux services de ce secteur, a appris l’Agence de presse AfreePress. 

Portée par le Projet d’appui à la compétitivité des services logistiques pour le commerce, cette école qui est la première du genre au Togo, va permettre de former des milliers de jeunes aux métiers ciblés et de mettre à disposition du marché de l’emploi, des ressources humaines qualifiées, se réjouit le gouvernement.

« L’ouverture d’une école de ce rang, tout en permettant de remédier au problème d’inadéquation formation-emploi et du chômage/sous-emploi, devrait contribuer à concrétiser la vision de développement du Togo sur la période 2018-2022 », indiquent les autorités.

Pour rappel, l’axe 1 du Plan national de développement (PND) prévoit de faire de Lomé, un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région.

Il faut rappeler que dans le secteur industriel, le Togo dispose déjà d’un Centre de formation aux métiers de l’industrie (CFMI). Le centre a pour mission de renforcer les compétences des salariés du secteur industriel à travers des Formations Continues (inter et intra entreprises), d’apporter aux entreprises et acteurs du secteur industriel, un appui-conseil et un accompagnement à travers une analyse des besoins spécifiques à chaque organisation et de mettre à disposition des entreprises une main-d’œuvre qualifiée et directement opérationnelle.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 3 juillet 2019)- Dans un communiqué rendu public lundi 1er juillet 2019, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Tchambakou Ayassor, a  exprimé sa reconnaissance à l’ensemble des acteurs impliqués dans l'organisation des élections municipales du 30 juin 2019.

« Le président de la CENI tient à remercier les responsables des partis politiques, les candidats, les électeurs et tous les autres acteurs pour leur maturité politique et leurs divers contributions pour le succès de ce scrutin qui s’est déroulé dans le calme, la sérénité et la paix », a souligné le communiqué. 

M. Ayassor s’est par la suite, félicité de l’engouement observé auprès de la population et de la mobilisation de toutes les parties prenantes pour la réussite de ces élections dont le taux de participation, a-t-il dit, est « provisoirement estimé à 50,5% ». Dans la soirée du dimanche 30 juin, ce taux oscillait entre 60 et 65%, avait-il indiqué.

Il faut rappeler que 32 ans après les dernières élections municipales, les Togolais étaient aux urnes le 30 juin dernier pour élire au total 1527 conseillers municipaux qui à leur tour, éliront 117 maires et leurs adjoints. 

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 3 juillet 2019)- La localité de Gando dans la préfecture de l’Oti-Sud (environ 600 km au nord de Lomé) a connu les 27 et 28 juin 2019, des violences inter-communautaires créant la désolation au sein des populations.

Les affrontements entre les Gangan et les Tchokossi, deux communautés de la région des Savanes ont fait selon les sources officielles, au moins quatre (4) morts, une vingtaine de blessés et une cinquantaine de maisons incendiées.

Mardi 2 juillet 2019, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile et sa collègue de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Tchabinandi KOLANI-YENTCHARE, se sont rendus dans les localités touchées pour constater de visu l'ampleur des dégâts et apporter le soutien et la compassion du gouvernement aux victimes.

Selon les deux ministres, plus de 2 000 habitants ont fui les violences pour se rejuger dans les localités environnantes.

« Ce qui s’est passé dans cette localité est incompréhensible. Les gens auront à répondre devant la justice. On ne peut pas comprendre qu'une décision judiciaire à laquelle tout le monde doit normalement se soumettre, peut donner lieu à des violences, voire des morts. Aujourd’hui nous avons plus de 2 000 compatriotes qui ont dû fuir leurs villages et ont vu  leurs villages brûlés », a déploré le ministre Yark.

Selon le ministre en charge de la Sécurité et de la Protection Civile, les dispositions sont en train d'être prises pour permettre aux populations déplacées de regagner leurs lieux de résidence.

« Nous allons prendre des dispositions qui s’imposent pour que ces populations puissent très rapidement regagner leurs villages. Ceux qui ont posé ces actes et qui sont identifiés vont répondre devant la justice », a-t-il insisté.

Il faut rappeler que le conflit foncier entre les Gangan et les Tchokossi date de plusieurs années. Les deux communautés de disputent des terres cultivables. Une récente décision judiciaire a permis aux deux communautés de continuer l’exploitation des champs, mais sans toutefois trancher définitivement le confit.

Les 27 et 28 juin derniers, alors que les membres de la communauté Tchokossi étaient en train de cultiver leur parcelle, ils ont été attaqués par les jeunes de la communauté voisine. Une provocation qui a déclenché une riposte et des affrontements.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 3 juillet 2019)- Le ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Togolais de l'Extérieur, Prof Robert Dussey a procédé mardi 2 juillet 2019, au lancement officiel du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE). La réalisation de ce projet, selon le ministre, s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route du gouvernement pour les Togolais de l’extérieur lancé le 1er avril 2019. 

Il s’agit d’un organe consultatif de statut associatif, non partisan, non discriminatoire et à but non lucratif qui regroupera tous les Togolais vivant à l’étranger désireux de contribuer au développement du pays. 

« Le HCTE est un projet phare de la feuille de route du gouvernement qui vise à créer un cadre permettant de mieux régir les relations entre le Togo et sa diaspora. Il ne sera affilié à aucune obédience confessionnelle, philosophique ou politique », a laissé entendre le ministre Robert Dussey. 

Il s’agit concrètement a-t-il poursuivi, de mettre en place une plateforme devant rassembler tous les Togolais, (individu ou regroupement) afin de leur permettre de mieux s’organiser pour défendre leurs intérêts.

« Le HCTE, c’est également une plateforme permanente d’échanges et d’initiatives en vue de créer une synergie d’action entre les Togolais de l’extérieur, leur gouvernement et leurs concitoyens vivant au pays », a-t-il précisé.

La vision du HCTE est de se constituer une véritable instance fédérative inclusive et représentative de toutes les associations togolaises vivant à l’extérieur. De ce fait, le HCTE sera composé de trois organes à savoir : l’Assemblée générale, les groupes de travail permanents et le guichet diaspora. 

L’Assemblée générale aura pour rôle d’étudier toutes les questions inscrites à l’ordre du jour et portant sur les grandes orientations du HCTE et formuler des propositions afin de fournir au gouvernement, des recommandations.

Les groupes de travail permanents de leur côté seront animés par les délégués pays. Ils sont en charge de l’étude des principales questions touchant les Togolais de l’extérieur du pays. Le guichet diaspora, est un organe technique d’appui du HCTE. Il sera doté de quatre membres placés sous l’autorité du ministère des Affaires étrangères.

Pour rappel, le HCTE sera composé de 77 délégués répartis dans quatre zones du monde que sont : l'Asie et l'Océanie, l'Afrique, l'Europe et l'Amérique. Ces délégués seront élus à l’issue d’un scrutin qui sera organisé en ligne. 

Les résultats seront annoncés le 15 octobre 2019 lors du premier Forum économique de la Diaspora.

Raphaël A.

Page 19 sur 1320

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…