© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 22 juin 2019)- Du 20 juin au 31 juillet 2019, l'Office togolais des recettes (OTR) procédera à un allègement fiscal dans les opérations de mise à la consommation des marchandises sous douane en souffrance, indique l'office dans un communiqué rendu public en fin de semaine. Il s'agit selon l'OTR, d'une mesure de dépréciation des valeurs conformément aux dispositions de l'article 15 du Code des douanes.  

Pour le compte de cette opération, un taux de 25% de dépréciation est accordé pour la sortie des véhicules dont la date d'entrée aux magasins et aires de dédouanement est comprise entre le 1er janvier 2019 et le 30 septembre 2019, de 30% de dépréciation pour les véhicules dont la date d'entrée aux magasins et aires de dédouanement est comprise entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2018 et de 35% pour les véhicules dont la date d'entrée est comprise entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2017.

Pour les véhicules dont la date d'entrée aux magasins est antérieure au 1er janvier 2017, un taux de 40%  leurs est accordé. 

Pour ce qui concerne les marchandises outre que les véhicules, l'OTR indique que le taux de dépréciation sera fixé à la suite d'inspections qui seront réalisées sur lesdites marchandises.

« La dépréciation de la valeur en douane des épaves et avaries tiendra compte du degré de dégradation ou d'avarie et sera effectuée par les services des douanes désignés à cet effet », souligne le communiqué.

Toutes personnes ayant bénéficié de cette mesure doit impérativement liquider et payer l'intégralité de ses droits et taxes au plus tard le 31 juillet 2019. Passé ce délai, la dépréciation accordée sera automatiquement annulée, insiste l'OTR.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 juin 2019)- « L’Action humanitaire en Afrique : Les droits de l’enfant d’abord ». C’est autour de ce thème que le Cadre de concertation de la protection de l’enfant en collaboration avec l’ONG Compassion Internationale Togo et ses Églises partenaires, a célébré en différé ce jeudi 20 juin 2019, la Journée de l’Enfant Africain (JEA) dans la préfecture d’Agoè-Nyivé. Une journée qui rappelle la commémoration du massacre des enfants de Soweto de 1976 par le régime de l’apartheid (Afrique du Sud).

Organisé avec l’appui de la préfecture d’Agoè-Nyivé et de la Direction préfectorale de l’Action Sociale, cet évènement a permis de sensibiliser les populations de cette localité sur la promotion des droits de l’enfant. Et c’est à travers une caravane qui a chuté dans les locaux de la préfecture d'Agoè-Nyivé que les organisateurs ont lancé les festivités de cette commémoration en présence des Chefs cantons.

« Nous tenons à célébrer chaque année, cette journée parce qu’il y a encore des questions de santé, d’éducation, de trafic d’enfants, de travail des enfants qui minent la vie des enfants et qui nécessite des interventions. Pour faire face à ces nombreux défis, Compassion Internationale Togo et ses partenaires ne peuvent aller que dans le sens de la stratégie du gouvernement décrite dans le Plan National de Développement (PND 2018-2022). Cette stratégie consiste entre autres actions à encourager la participation de tous à l’élaboration, à la mise en œuvre et l’évaluation d’actions coordonnées et concertées devant concourir à garantir un avenir radieux à toutes les situations de vulnérabilité, à la prise en charge des enfants vulnérables, et à la mise en oeuvre de programmes de filets sociaux en faveur des enfants les plus vulnérables à travers leurs parents ou familles d’accueil », a laissé entendre AYIDA Eya, Facilitatrice de partenariat à Compassion. 

Le Préfet d’Agoè-Nyivé, le Colonel Awaté Hodabalo, en lançant officiellement les activités de cette journée s’est réjouit du choix porté sur sa préfecture par les organisateurs en associant les Chefs cantons. 

« Si nous voyons ce qu’il y a comme pratiques néfastes à l’endroit des enfants, la religion, les traditions et les croyances sont citées. Or, les Chefs traditionnels sont justement les garants des us et coutumes. Donc il est important qu’ils arrivent à prendre en compte, les droits des enfants dans la pratique de nos traductions. C’est à ce titre que les Chefs traditionnels sont très importants dans cette chaîne de communication par rapport à la protection des enfants », a-t-il souligné.

« Nous rêvons d’une préfecture où 100 % des enfants ont un certificat de naissance grâce aux efforts conjugués des acteurs de développement, une préfecture où les parents connaissent et respectent les droits des enfants, où les écoles constituent un cadre d’épanouissement pour les enfants, où les enfants ne font objet d'aucun d’abus ou exploitation », a indiqué KODJO Josué Kodjovi, président du Conseil de concertation des enfants dans un plaidoyer des enfants lu pour l'occasion.

Engagée dans la défense des droits des enfants, Compassion internationale Togo  et ses Églises partenaires prennent en charge plus 4 700 enfants de la préfecture d’Agoè-Nyivé. 

Pour rappel, « la Journée de l'Enfant Africain » est célébrée chaque 16 juin par la communauté africaine.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 juin 2019)- Une délégation de parlementaires togolais a pris part à la 27è Assemblée régionale Afrique de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) tenue du 14 au 15 juin dernier à Rabat au Maroc, a appris l'Agence de presse AfreePress. La délégation était conduite par Mme TSEGAN Yawa Djigbodi, présidente de l’Assemblée nationale.

Cette rencontre annuelle a eu lieu sous la présidence d’Habib EL MALKI, Président de la chambre des représentants et a vu la participation des présidents et  délégués des parlements d’une vingtaine de pays africains. Elle a permis aux parlementaires de connaître des questions relatives au renforcement des pouvoirs des parlements dans la vie politique des pays respectifs, de la défense des intérêts et aspirations des peuples africains, de la consolidation de la solidarité entre les parlements, de l’approfondissement de la culture démocratique dans ces pays, de l’instauration de l’État de droit et du respect des droits de l’Homme.

« Les Chefs des délégations des parlements des Etats représentés, ont souligné les défis majeurs dont fait face le continent africain à savoir l’intégration économique et la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux, les problèmes d’infrastructures, les troubles sociopolitiques, les pandémies et les problèmes de financement des communautés économiques régionales… », informe la partie togolaise à travers un communiqué rendu public. 

Dans son intervention, la Présidente de l’Assemblée nationale togolaise a pour sa part, félicité l’ensemble des autorités marocaines, les responsables du secrétariat parlementaire et général de l’Assemblée parlementaire de la francophonie pour la qualité de l’organisation des assises de Rabat. 

Occasion pour elle de rappeler les efforts consentis par les autorités togolaises en faveur de la promotion de la femme togolaise. Elle a pour finir, exhorté les femmes africaines qui exercent de hautes fonctions à travailler dans le souci de servir de « modèle » pour les jeunes filles du continent.

La délégation togolaise était composée de Mme TSEGAN Yawa Djigbodi, Présidente de l’Assemblée nationale, WAGUENA Fademba, Secrétaire général de l’Assemblée nationale, des députés TCHALIM Tchitchao, DJISSENOU Kodjo, TCHOUROU Kissao, du Commandant AMETEPE Kafui et de KPANGBALA Padanam, Directeur du Protocole.

A signaler que durant son séjour dans le Royaume Chérifien, la délégation togolaise a été reçue à la résidence du Togo à Rabat par le Chargé d’Affaires de l’Ambassade, M. Koudjo ADANOU.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 20 juin 2019)- Le ministre de l’Agriculture, de la production halieutique et animale, Noël Koutéra Bataka a échangé mercredi 19 juin 2019, avec les cadres du secteur agricole et de la production halieutique de la préfecture de l’Est-Mono, d’Anié et de l’Ogou (région des Plateaux). Les échanges ont porté sur les efforts consentis par le gouvernement en vue de faire de ces secteurs, les moteurs de l’économie du pays.

Le ministre a saisi l'occasion pour exposer aux invités, les ambitions du gouvernement contenus dans le Plan National de Développement (PND 2018-2022) notamment, à son axe 2 qui s'intéresse à la réalisation de pôles de transformation agricole et manufacturiers et d’industries extractives.

Il est impérieux pour les producteurs, a dit le ministre, d’aller vers les opérateurs économiques en vue de les amener à financer les projets des jeunes. « C’est nous qui devons conseiller les jeunes à entreprendre pour améliorer leur niveau de vie et leur revenu. Nous ne devons pas les laisser » a déclaré le ministre lors des échanges.

À Agbonou (Atakpamé), le ministre Bataka s’est entretenu avec les pêcheurs et les femmes sur l’hygiène, la qualité, l’organisation et l’aménagement du barrage de Nangbéto afin d'accroître la production en poisson et améliorer les revenus de ses bénéficiaires.

Raphaël A.

Page 3 sur 1290

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…