dimanche, 21 janvier 2018 05:32

Dossier/Togo: Les effets néfastes de la difficile situation politique sur l'économie

©Afreepress-(Lomé, le 21 janvier 2018)- La situation sociopolitique difficile que vit le Togo depuis plusieurs mois a de sérieux impacts sur les activités économiques du pays. Plusieurs institutions internationales, dont le Fonds monétaire International (FMI) et la Banque africaine de développement (BAD) ont d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme et appelé à un retour rapide à la normalité.

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina a eu encore à l’exprimer le 19 janvier dernier au Président de la République, Faure Gnassingbé. Selon la BAD, entre 2018 et 2019, la croissance du Togo pourrait se situer entre 5 et 5,3%. Mais à conditions que l’environnement sociopolitique s’améliore et que les précipitations soient au rendez-vous.

Le FMI aborde également ces risques dans son résumé analytique publié en décembre 2017. L’institution parle d’une balance des risques « plutôt défavorable » pour le Togo si les manifestations publiques se poursuivaient. Elle craint dans ce cas, un ralentissement du « courageux programme d’assainissement des finances publiques » entamé par le Togo et le recul des investissements privés. Ce qui se fait d’ailleurs remarquer par l’hésitation du monde des finances à souscrire à certaines émissions obligataires de l’État togolais au cours de ces derniers mois.

Cependant, ce n’est pas seulement au moral des gros investisseurs que cette crise porte un coup dur. Les petits commerçants aussi crient leur désarroi.

Un coup dur au petit commerce

Au marché d’Akodésséwa et de Hédjranawoé où l’Agence de presse Afreepress a dépêché un correspondant,  ils sont nombreux ces commerçants et commerçantes à crier leur peine face aux effets néfastes de la situation sociologique du pays.

Pour Djrovi Kossi Yves, revendeur de friperies dans les marchés d’Akodéssewa et de Hédjranawoé, la situation sociopolitique difficile que vit le Togo, n’a fait qu’enfoncer ses affaires. « Les étrangers ne viennent plus acheter chez nous. », se plaint-il et d’en appeler à la clémence du gouvernement et de l’ensemble de  la classe politique de l’opposition. « Il faut vite aller vers des discussions afin de trouver un dénouement heureux à la crise qui n’a que trop duré », plaide-t-il.

De la bouche d’autres revendeuses de bijoux, de chaussures et de tissus abordées au marché d’Akodessewa, ce sont les mêmes lamentations qui sont exprimés. « La mévente a été même constatée en décembre 2017 où nous avons d’ordinaire beaucoup plus d’affluence. Alors que nous devons payer les institutions de microfinance qui nous octroient des prêts, nos affaires sont au ralenti », confient ces femmes au bord des larmes.

Pauline Lotti est coiffeuse au quartier Bé  Bassadji à Lomé. Pour elle, les clientes se font rares et celles qui osent venir vers elle, c’est à crédit que le travail se fait. « Les clientes ne viennent pas. Même celles qui sont venues pendant les périodes de fêtes de fin d’année, c’est à crédit qu’elles ont fait les cheveux. C’est difficile. Il faut que l’opposition togolaise accepte de s’asseoir autour d’une table avec le pouvoir pour discuter et ceci au grand bonheur de tout le peuple togolais. Nous sommes fatigués », crie cette dernière.

La prière de toutes les personnes rencontrées, porte sur la fin rapide de la situation sociopolitique actuelle et la reprise des activités économiques dans le pays.

Ils espèrent qu’une attente interviendrait rapidement entre le pouvoir et son opposition pour un dénouement heureux de cette crise qui n’a que trop duré.

Théophile Kponhinto

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…