Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 11 novembre 2019)- Une délégation ministérielle conduite par le ministre Gilbert Bawara de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, a débuté vendredi 8 novembre 2019 à Atakpamé (159 km au nord de Lomé), une tournée de sensibilisation à l'endroit des agents de l'administration publique.

L'objectif de cette tournée à caractère national qui a débuté par la ville d'Atakpamé, est d'échanger avec les chefs et cadres des différents secteurs de la fonction publique de la région des Plateaux sur des questions portant sur la qualité de l’administration et les services publics du Togo.

Composée du ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative, M. Gilbert BAWARA, du ministre de la Santé et de l’hygiène publique Prof Mustaffa MIJIYAWA et du ministre de l’Enseignement technique et de l’insertion professionnelle, M. Tairou BAGBIEGUE, l’équipe gouvernementale a sensibilisé l’assistance sur les bonnes pratiques à adopter par les agents de l'Etat dans l'exercice de leur fonction.

« Pour un service public de qualité, il faut éviter de venir au bureau en retard, faire acte de présence le matin, déposer sa veste et repartir pour revenir le soir. Nous devons en tant qu’employés d’Etat, savoir que les concitoyens attendent de nous un service utile et nécessaire que nous devons fournir avec satisfaction totale. Souvent, nos frères et sœurs effectuent de long déplacement dans les services pour demander une prestation ou juste une information, et on va les faire attendre dans la cour ou dans les couloirs jusqu’au soir et des fois même ne pas les satisfaire, alors qu’ils doivent retourner dans leurs fermes. Ces comportements ne sont pas bons et retardent le développement de notre pays », a indiqué le ministre Gilbert BAWARA. Celui-ci recommande aux fonctionnaires d’Etat de faire preuve de courage et surtout de rigueur dans leurs différents secteurs, afin de permettre la réalisation effective du Plan national de développement (PND).

Il a cet effet, rappelé à l’assistance les objectifs du PND qui sont la création d’emplois décents, l’amélioration des revenus des citoyens et des services sociaux de base. Conformément à la déclaration faite par le Président de la République, Faure Gnassingbé dans son discours du 26 avril dernier, a poursuivi M. Bawara les salaires vont effectivement connaître une hausse pour les fonctionnaires d’Etat et pour les retraités en janvier 2020.

Prenant la parole, le ministre de la Santé a pour sa part présenté globalement le projet de contractualisation des centres de soins du pays mise en place par le gouvernement. Contrairement aux rumeurs qui circulent, M. Mijiyawa a fait comprendre que « la contractualisation n’est pas une privatisation des hôpitaux du pays, mais une façon de confier leur gestion à d’autres structures mieux organisées et compétentes en la matière ».

Selon le ministre Tairou BAGBIEGUE, « qui parle du PND, parle de main d’œuvre qualifiée et disponible ». Raison pour laquelle, il a de son coté, lancé un appel aux diplômés et étudiants togolais à s’orienter davantage vers une formation adaptée aux besoins du marché de l’emploi. Séance tenante et dans un esprit de dialogue, les participants et la délégation ministérielle ont ensemble exploré les pistes de solutions aux problèmes de l’administration et des services publics togolais.

En marge de cette tournée, l’équipe gouvernementale a tenu une réunion avec les acteurs du secteur de l’enseignement de la région des plateaux. A ce niveau, il s’es agi essentiellement pour le ministre Bawara et son collègue de l’Enseignement professionnel d’expliquer à leurs interlocuteurs, les actions que met en place le gouvernement pour en finir avec les mouvements d’humeurs qui habituellement paralysent le secteur de l'enseignement.

Aussi, les questions relatives à l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants ainsi que l’amélioration du système d’enseignement ont été abordées.

La délégation était composée de Chefs d’établissement de la Préfecture de l’Ogou et des inspecteurs, des conseillers pédagogiques ainsi que des représentants des fédérations des syndicats d’enseignants, des représentants des associations des parents d’élèves et d’étudiants, des représentants de la Coalition nationale pour l’éducation pour tous et des responsables préfectoraux de l’enseignement confessionnel. Comme à la première rencontre, les deux parties après de longs débats, ont été d’accord qu’il faille moderniser le système éducatif, conformément au besoin du terrain. En se sens, il est recommandé l’ouverture de nombreux établissements techniques et la sensibilisation des jeunes à s’orienter vers des séries techniques.

A la fin de la tournée, la délégation ministérielle s’est réjouie des échanges « fructueux » qui ont eu lieu et a promis de continuer les réflexions pour parvenir à une meilleur qualité de l’administration et des services publics au Togo.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 9 novembre 2019)- Le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) a annoncé samedi 9 novembre 2019, avoir transmis un mémorandum sur le cadre électoral au Togo aux experts des Nations Unies.

La démarche vise selon le parti de l'ancien Premier ministre Kodjo Agbéyomé, à faire pression sur le pouvoir de Lomé dans le but de parvenir à l'organisation d'un processus électoral plus consensuel en 2020.

« Le MPDD résolument tourné vers la refondation de la gouvernance du Togo, tient à rappeler d'une part la nécessité d'une conduite consensuelle et vertueuse du processus électoral enclenché relativement à l'élection présidentielle de février-mars 2020, et d'autre part la recherche constante du bien-être des populations dans la gouvernance quotidienne », précise le parti dans sa déclaration liminaire.

Les responsables du MPDD lancent un appel au Président Faure Gnassingbé et ses collaborateurs à accepter d'ouvrir des discutions avec l'opposition afin de définir les conditions d'organisation du scrutin présidentiel prochain.

Le MPDD fustige la « volonté » du pouvoir de Lomé d'organiser unilatéralement l'élection présidentielle de 2020 et exige la suspension des activités de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) pour une « véritable » refonte du cadre électoral.

Le candidat déclaré du MPDD à la présidentielle de 2020 voit dans les actions du pouvoir en place, un « refus systématique d'accorder aux Togolais de l'extérieur, leur droit de vote ».

« Les conditions définissant le vote de la diaspora (détention six mois auparavant de la carte consulaire avant l'enrôlement pour le vote qui ne se fera qu'exclusivement dans les ambassades) démontrent à suffisance l'absence de véritable volonté de permettre aux compatriotes de la diaspora de prendre part au scrutin présidentiel de 2020 », dénonce le parti d'Agbeyome Kodjo.

« Le contexte de l'élection présidentielle de 2020 présente de fortes similitudes avec celle de 2005 car elle cristallise l'espoir des forces vives de la nation pour une élection juste, équitable et honnêtes, soit le fondement de l'autorité des pouvoirs publics », prévient Kodjo Agbéyomé.

Pour une élection apaisée en 2020, Kodjo Agbéyomé demande l'implication des Nations Unies, notamment par un appui technique et une facilitation en vue de l'amélioration du cadre juridique de l'élection, un audit du ficher électoral après l'enregistrement des électeurs, la supervision technique des opérations de vote et l'observation électorale, la vérification des résultats et leur certification et la transition vers une CENI et des CELI techniques.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé le 9 novembre 2019)- L’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) rêve de réaliser un mégaprojet de boucle ferroviaire, reliant ses cinq États membres. Plus de 4 000 milliards FCFA sont nécessaires pour la réussite de ce projet, et 11 milliards pour les travaux d’études, seront mobilisés pour concrétiser l'idée.

L’annonce a été faite jeudi 7 novembre 2019 au cours de l’ouverture de la réunion des ministres en charge des Transports de l’Union, qui se tient à Abidjan en Côte d’Ivoire, a appris l’agence de presse AfreePress.

Selon la Commission de l’UEMOA, ce projet de grande envergure compte relier les cinq capitales ouest-africaines que sont Abidjan, Ouagadougou, Niamey, Cotonou, Lomé notamment avec 1 946 km de rails à réhabiliter et 1 088 km à construire.

Selon Paul Koffi Koffi, Commissaire chargé du département de l’aménagement du territoire communautaire et des transports de l’UEMOA, le projet de boucle ferroviaire qui est en vue devrait à terme, permettre de booster le niveau des échanges commerciaux entre les pays de l’UEMOA qui se chiffrent actuellement entre 12 et 14 % seulement, de réduire le coût des transports, et d’améliorer la compétitivité des économies de la région dans le commerce mondial.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 9 novembre 2019)- Le 3e round de la rencontre de concertation des acteurs politiques de l’opposition entamé vendredi 8 novembre, n’est pas allé jusqu’à son terme.

La rencontre des opposants et acteurs de la société civile, a été écourtée suite à un malaise de son initiateur, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, archevêque émérite de Lomé, a appris l’Agence de presse AfreePress.

Démarrées depuis le 25 octobre 2019, avec l’ultime objectif de définir des stratégies pour garantir la transparence de l’élection présidentielle de 2020, ces assises de l’opposition qui se déroulent sous la direction du prélat, ont permis la mise en place de deux Commissions. L’une chargée de créer les conditions pour « une transparence » du scrutin de 2020, et l’autre chargée d’œuvrer pour la tenue d’un nouveau « dialogue » avant l’élection de l’année prochaine.

Les deux commissions devraient présenter ce vendredi leurs rapports. Mais avant la présentation de ces rapports, l’état de santé de l’archevêque émérite de Lomé s'est dégradé.

« Le prélat a eu un malaise lorsque la vidéo de confession de Mohamed Loum sur l’affaire des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara a été projetée au cours de la réunion », a annoncé Marc Mondji, Chargé de communication de l’archevêque qui par ailleurs, a rassuré le public et indiqué que la santé du prélat est revenue à la normale après les premiers soins qui lui ont été administrés dans une clinique de la place.

Malgré son âge avancé et son état de santé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro est résolument engagé contre le pouvoir de Faure Gnassingbé.

Avant d'avoir son malaise, le prélat appelait à l’unité d’action de l’opposition pour prendre le pouvoir en 2020.

Il était en face de la coordinatrice de la Coalition des 14 partis de l'opposition, Brigitte Adjamagbo-Johnson, du Vice-président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), Gérald Adja, Professeur David Dosseh, du Front Citoyen Togo debout (FCTD) ainsi que des candidats déclarés à l’élection présidentielle de 2020 comme comme Dr Thon Aubin, Soter-Caius Dovi et Kpodar Gamessou.

Raphaël A.

Page 9 sur 1455

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…