Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©Afreepress (Lomé, le 14 février 2017)-Les 9èmes Universités du notariat Togolais ont officiellement débuté mardi au Centre Togolais des expositions et Foires (CETEF) de Lomé en présence de plusieurs notaires togolais et d’autres venus d’Afrique et d’Europe, a constaté sur place un reporter de l’Agence de presse Afreepress.

Pendant trois (3) jours, il sera question d’échanger entre les professionnels du notariat autour de trois principaux thèmes à savoir : « Ethique et déontologie de la profession notariale », le « régime et pratiques des statuts et actes extrastatutaires à travers le prisme de l’AUDSCGIE révisé», la « publicité foncière et la tarification des actes de transmission par dévolution successorale». « Le notariat togolais se retrouve pour la 9ème fois à Lomé en universités dont l’objectif est de mettre au goût du jour, les connaissances et aptitudes des hommes et femmes exerçant ce métier », a déclaré à Afreepress, Me Daniel Adjanon Dosseh, président de la Chambre nationale des notaires du Togo. L’Université du notariat, a-t-il indiqué, a pour objet la promotion du notariat par le « perfectionnement et le développement des connaissances de ses membres ».

Le président de la CNNT s’est plus appesanti sur le partenariat intervenu la veille entre son organisation et l’Université de Lomé qui met en place un cadre de partenariat pour la formation universitaire au Togo. « Nous échangerons sur nos pratiques et les affinerons à toujours mieux répondre aux besoins et aux attentes des usagers, à rechercher la performance en tous les domaines, à améliorer nos prestations pour offrir un service de qualité et réussir une organisation harmonieuse du service au public en satisfaction des aspirations croissantes de nos requérants », a-t-il laissé entendre.

Ouvrant les travaux, le Garde des sceaux, ministre de la Justice et en charge des Relations avec les Institutions de la République, Pius Agbetomey apprécié le travail abattu par la CNT jusqu’ici. « J’exprime ma reconnaissance à la CNNT pour avoir associé mon ministère jusqu’au plus haut niveau. J’adresse les félicitations du gouvernement au président de la CNNT pour la participation des notaires à la consolidation du système judiciaire au Togo », a-t-il déclaré.

La 9ème édition de l’Université du Notariat sera l’occasion d’évaluer le chemin parcouru par les notaires du Togo et tirer les enseignements pour une meilleure projection dans l’avenir, ont confié les organisateurs.

Bernadette A.

©Afreepress-(Lomé, le 15 février 2017)- Le gouvernement a entrepris l’élaboration d’un Plan National de Développement (PND) 2018-2022 pour remplacer la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) qui arrive à terme en décembre 2017. Un plan basé sur la vision à long terme du pays, une vision qui repose sur la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable.

Le gouvernement et ses partenaires en développement se sont retrouvés mardi autour de ce nouveau document de développement. C’était au cours d’un atelier de validation du rapport sur l’analyse des parties prenantes au PND.

Selon les participants qui sont issues des différents ministères sectoriels, du secteur privé, de la société civile, des organisations internationales et des représentations diplomatiques partenaires du Togo, il s’agira d’affiner ce Plan  National de Développement (PND)  pour la période 2018-2022. « Nous sommes là pour l’élaboration d’un plan qui va engager la responsabilité de tout le pays pendant une période donnée », a confié à l’Agence de presse Afreepress, le chef de la délégation de l’Union Européenne, Nicolas Berlanga-Martinez.

Le PND, a dit pour sa part Nicolas KAZADI, le représentant du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à la rencontre, se base sur la vision à long terme du pays, la mise en œuvre des objectifs de développement durable. « Il est également basé sur la mise en œuvre de la vision de l’Union Africaine », a-t-il ajouté.

Le PND, selon le gouvernement, vise le bien-être et l’épanouissement des populations, l’amélioration de la productivité et la compétitivité des secteurs de croissance. Ce plan a pour ambition de renforcer les infrastructures de soutien à la croissance, la gestion durable du territoire et de l’environnement et du cadre de vie, le renforcement de la bonne gouvernance et la consolidation de la paix  au Togo.

Le but de l’atelier ouvert mardi à Lomé, c’est de permettre l’analyse et de validation des différents profils des parties prenantes, mesurer le rôle qu’elles pourront jouer dans l’élaboration du PND et imaginer un mécanisme de mise en œuvre et de suivi-évaluation du Plan National de Développement, a expliqué à Afreepress, Gervais MEATCHI, Directeur national de la planification.

La rencontre prend fin ce mercredi 15 février. Il faut rappeler que les activités devant aboutir à l’élaboration du PND ont débuté depuis le 10 novembre 2016 à travers une réunion d’information sur la cartographie des parties prenantes.

Théophile K.

©Afreepress-(Lomé, le 15 février 2017)- Les agents de santé se mobilisent pour offrir le meilleur d’eux-mêmes aux populations de la préfecture de Tchamba. En témoigne la cérémonie de pose de première pierre d’un centre de santé qui a eu lieu lundi dans cette localité située à 420 Km au Nord-Est de Lomé. Plus besoin de parcourir de longues distances pour bénéficier de soins médicaux à Tchamba.

L’initiative s’inscrit dans le cadre du projet : « Amélioration à l’accès aux soins de santé dans la zone de Tchékélé ». Un projet piloté par  les organisations Plan International Togo et CAVE.

La construction de cette unité de soins découle du constat  selon lequel le taux de mortalité infantile et juvénile est « trop élevé » dans cette localité, une mortalité essentiellement liée à la distance à parcourir par les populations avant de bénéficier de traitements adéquats.

Il s’agira pour les donateurs de mettre à la disposition de Tchamba, un centre de santé totalement équipé et un forage.

Le coût global de réalisation du centre est estimé à  120 millions de francs CFA. Elle sera rendue possible grâce à l’ONG Plan International Togo.

Théophile K.

©Afreepress-(Lomé, le 15 février 2017)- Que se passe-t-il entre la société de téléphonie mobile Moov et l'Etat togolais ? La question mérite son pesant d'or étant entendu que depuis octobre 2016 où la société était autorisée à débuter les travaux de la construction d'un backbone (un réseau longue distance d'un débit acceptable) rien de concret n'est fait jusqu'ici. A quel jeu joue la société de téléphonie mobile Moov, filiale du groupe Maroc Télécom au point de garder le silence sur cette promesse faite par le président du directoire du groupe, Abdeslam Ahizoune de réaliser un projet de construction de backbon entre Lomé et Kara d'une distance totale de 450 Km ?

Moov-Togo n'a-t-il pas par ailleurs annoncé d'offrir à ses abonnés, une connexion internet 3G+ ? Selon Abdeslam Ahizoune, ce projet d'un coût global de plus de 3,5 milliards de nos francs, permettra d'augmenter les capacités de la société de téléphonie mobile Moov et la fluidité du réseau grâce aux services Data 3G+/4G. La société a d ' a i l l e u r s a n n o n c é l'opérationnalisation de son service 3G+ à partir du 10 août 2016. Il faut rappeler qu'une cérémonie de signature de nouveaux cahiers de charges s'est même déroulée le lundi 25 janvier 2016 au palais des congrès de Lomé en présence des premiers responsables des deux sociétés de téléphonie mobile du Togo et de la ministre des postes et de l'Economie Numérique, Cina Lawson. Au cours de cette cérémonie très solennelle, les nouveaux cahiers de charges ont été signés entre le gouvernement et les deux sociétés en charge de l'exploitation du réseau mobile au Togo. Il avait été dit que le gouvernement avait décidé d'introduire « plus de concurrence sur le réseau mobile par le déploiement des services internet haut débit ». Il avait donc été accordé à Moov Togo, l'autorisation de déployer ses services 3G+ puis 4G en vue d'une amélioration substantielle de la connexion et d'une baisse sensible des coûts. On annonçait qu'après Lomé-Kara, la construction du backbone se poursuivra jusqu'à Dapaong. Mais on se rend compte aujourd'hui que ça n’a été qu'un marché de dupe, des promesses sans lendemain car près de 12 mois après cette annonce, c'est le silence radio. La société de téléphonie mobile Moov a gardé le silence sur ce qui fait traîner les choses et du côté de l'Etat, on ne fait rien pour amener cette société à s'exécuter. Comment comprendre qu'une société commerciale qui est là pour faire des affaires se comporte ainsi ? Le respect de ses engagements ne serait-il pas un grand avantage pour elle aux yeux de ses clients ? Ses affaires en dépendent et les emplois à créer ou déjà crées aussi. Le groupe avait jusqu'à fin juin 2017 pour finir ce travail. On apprend qu'il aurait même engagé le chinois HUAWEI pour la construction du backbone et toutes les entités (CEET, TDE…) concernées par le projet ont été contactées.

Le quotidien Liberté rapporte dans son numéro 2375 du lundi 13 février que tout était fin prêt et les travaux étaient censés démarrer depuis octobre 2016 mais traînent toujours au grand dam des techniciens togolais recrutés. Ce journal croit savoir les raisons de cette lenteur. « Selon les informations, écrit-il, le Groupe Maroc Télécom est bloqué dans son élan par les habituels « togolaiseries ». Certains commis de l'Etat voulant remettre en cause le cahier de charges paraphé avec tambour et cymbale. Le groupe Togotélécom qui est en train d'être restructuré voudrait empêcher le projet de construction de backbone et amener Moov à louer les nouveaux services chez lui. Le but c'est de la contraindre à ne dépendre que du groupe étatique qui est aujourd'hui une fusion de Togotélécom en faillite et de Togo Cellulaire », écrit le journal. Selon des techniciens rencontrés, ceci est une manœuvre dangereuse car, disent-ils, si cette manœuvre aboutissait, le service deviendra plus cher pour Moov ce qui réduira ses prétentions. « La qualité ne sera pas au rendez-vous et les consommateurs seront pénalisés », insistent ces ingénieurs. Où se situe la vérité dans cette affaire ? Le DG de Togotélécom Romain Tagba et actuel  Directeur de cabinet du ministre Cina Lawson est-il aux commandes pour empêcher Moov de réaliser son projet et permettre une meilleure qualité de la connexion internet au Togo et à des coûts concurrentiels ? En tout cas c'est ce que soutiennent des sources concordantes. Nous reviendrons plus en détail sur cette affaire dans nos prochaines parutions.

 

Théophile K

  • pub_canal_26_11_2019_02.jpg
  • pub_canal_26_11_2019_01.jpg

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…