© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

TOGO PRESSE N°9918 DU LUNDI 21 NOVEMBRE 2016

©Afreepress-(Lomé, le 21 novembre 2016)-La 13ème Foire internationale de Lomé, placée sous le thème : « Promotion de l’agro-industrie, gage de développement durable », a été officiellement lancée ce lundi par la ministre du Commerce, de l’industrie, de la promotion du secteur privé et du tourisme, Bernadette Legzim-Balouki. 

C'est au cours d'une cérémonie solennelle qui a eu lieu au Centre togolais des expositions et foires de Lomé (CETEF), communément appelé "Togo 2000", en présence du Premier ministre, Komi Sélom Klassou, du président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani et de plusieurs opérateurs économiques.

Abordant le choix du thème de cette édition, la ministre a indiqué que l’agriculture constitue un grand secteur de l’économie des pays africains « du fait qu’elle occupe une bonne partie des populations et qu’elle participe pour une grande partie à la production nationale ». Cependant, a-t-elle poursuivi, il est déplorable de constater que malgré les efforts des gouvernements, l’agriculture reste dans la plupart de ces pays, « traditionnelle tant au niveau de la production, de la transformation, de la conservation et même de la commercialisation des produits ».

« Conscient de cette situation, le gouvernement togolais a entrepris plusieurs réformes en vue de donner à ce secteur vital de l’économie nationale, une certaine dynamique », a lancé la ministre.

Selon elle, ce thème vient appuyer la volonté du gouvernement togolais de faire de ce secteur un véritable levier de l’économie nationale à travers l’implantation dans un futur très proche des agropoles dans les différentes régions économiques. « Ces structures constitueront des pôles modernes de croissances de nos régions et dont les effets induits participeront au développement économique et social de l’ensemble du pays », a-t-elle ajouté.

La 13ème Foire internationale de Lomé a pour invité d’honneur, l’Egypte dont une trentaine d’opérateurs économiques ont fait le déplacement de Lomé.

« La participation égyptienne à cette 13ème édition de la Foire internationale de Lomé vient allonger la liste des différents échanges qui s’effectuent entre Lomé et le Caire dont la dernière en date est le séjour dans notre capitale d’une mission égyptienne dans le domaine des transports maritimes et dont l’aboutissement fut la signature de plusieurs accords visant l’établissement des liaisons maritimes entre nos deux (2) pays », s’est réjouie Mme Legzim-Balouki.

Cette foire est couplée avec le premier Salon international des cosmétiques et de la beauté de Lomé (SICOBE).

Ce salon, selon la ministre, constitue une plateforme de discussions et d’échanges entre producteurs, distributeurs et utilisateurs sur la meilleure façon de fabriquer et d’utiliser les produits cosmétiques dont la mauvaise utilisation a des conséquences « désastreuses » sur la peau et la santé des utilisateurs.

La 13ème Foire internationale de Lomé va avoir lieu du 18 novembre au 5 décembre 2016. Les manifestations de cette foire regrouperont des opérateurs économiques, des commerçants, des industriels, des prestataires de services, des artisans, des agriculteurs venant de plusieurs pays de la sous-région, d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Amérique. Elle offre à tout ce monde des opportunités de faire la promotion de leurs produits et leur permet de faire des rencontres entre partenaires et visiteurs professionnels.

Bernadette A.

lundi, 21 novembre 2016 13:53

NOUVELLE OPINION N°506 DU 21 NOVEMBRE 2016

NOUVELLE OPINION N°506 DU 21 NOVEMBRE 2016

©Afreepress-(Lomé, le 21 novembre 2016)-Le monde entier célèbre ce 21 novembre, la journée mondiale de la pêche. En Afrique, alors que 80% des embarquements sont de la pêche artisanale, les conséquences de la pêche illicite sont encore grandes. La commémoration de l’édition 2016 de cette journée a été précédée depuis quelques jours à Lomé par un Congrès statutaire de la Confédération des organisations de pêche artisanale (CAOPA).

Le thème sur lequel planchent les membres de cette organisation africaine est : « Les organisations professionnelles fortes pour une pêche artisanale durable ».

« La définition de politiques de pêche dans nos Etats ne peut pas se faire sans les professionnels et pour tenir un engagement fort de ces professionnels, il faut qu’ils soient organisés à la base, c’est-à-dire au niveau communal, départemental et national avant de venir à la CAOPA. Pour avoir des organisations fortes, il faut qu’on respecte les règles de gouvernance, de transparence et de statut des règlements avant de le demander aux autres. On a constaté que dans nos organisations professionnelles, il y en a qui s’éternisent à la présidence pendant 10 voire 15 ans. C’est ce qui sous-tend le choix de cette thématique », a déclaré ce dimanche sur la télévision nationale (TVT), Gueye Gaoussou, le président de la CAOPA.

Selon le Sénégalais, la pêche illicite affecte beaucoup les eaux africaines. Au Sénégal, a-t-il précisé, on perd 150 milliards de francs par an à cause de la pêche illicite.

« La majeure partie de nos pays signent des accords de pêche mais on se pose la question si ces accords sont transparents. Le public a-t-il accès à l’information de ces accords alors que pour la majeure partie de nos pays, la Constitution fait du peuple le propriétaire des ressources halieutiques ? Il appartient donc à l’Etat de définir des politiques de pêche cohérentes, transparentes, respectant les règles de gouvernance », a-t-il proposé.

La rencontre de Lomé va accoucher d’une déclaration qui sera conforme aux directives volontaires de la pêche artisanale adoptées à la FAO en 2014. Les réflexions vont également porter la participation des professionnels de la pêche artisanale africaine au cadre des stratégies de réformes de la politique africaine auquel les chefs d’Etat africains se sont engagés depuis Malabo.

La CAOPA compte également créer les conditions pour permettre aux professionnels de la pêche des Etats membres de travailler en synergie pour combler les déficits qui existent entre l’offre et la demande en matière de consommation des produits de pêche. Mais, a-t-il rappelé, pour y arriver, il faut que le principe de libre circulation devienne une réalité.

La journée mondiale de la pêche a été initiée en 1995, à New Delhi.

Bernadette A.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…