© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juil. 19)- Le Haut conseil des Togolais de l'extérieur (HCTE) officiellement porté sur les fonts baptismaux le 2 juillet 2019 par le ministre Robert Dussey, n'est pas du goût de la Diaspora togolaise de Belgique (DTB), une association regroupant des Togolais résidant en Belgique. Cette organisation a manifesté mardi dans un communiqué, son rejet de cette initiative estimant que le processus ayant conduit à la mise en place du HCTE n'a pas été inclusif.

Si cette initiative est potentiellement d'utilité publique, les conditions de sa conception et de sa mise en œuvre laissent sceptique et dubitative, avance le DTB dans son communiqué. Il appelle par conséquent, les Togolais de la diaspora à se désolidariser de cette démarche.

« Pourquoi subitement et précipitamment, les autorités publiques togolaises ont-elles décidé de mettre en place un HCTE alors qu’elles ont toujours combattu cette diaspora en lui déniant le droit d'être recensé, d'être éligible et de voter ? Après avoir contraint à l'exil (politique et économique) des millions de Togolais, les autorités publiques togolaises peuvent-elles prétendre, avec sincérité et honnêteté, vouloir associer cette même diaspora à la modernisation du Togo ? », s'interroge cette association qui doute de la crédibilité des élections annoncées par le ministère des Affaires étrangères dans le but d'élire les membres du HCDTE.

Pour finir, le DTB pense que le HCTE a été mis en place par le ministre Robert Dussey dans le « but de déjouer toute manœuvre visant à empêcher une participation sincère et active de la diaspora à l'œuvre de reconstruction (politique, économique et sociale) nationale ».

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juillet 2019)- Les Togolais connaissent désormais les visages de leurs conseillers municipaux. La Cour Suprême a proclamé mercredi 17 juillet 2019 les résultats définitifs des élections municipales du 30 juin dernier.

La Chambre Administrative de cette cour après examen des 39 recours introduits par les partis politiques et listes indépendantes a rendu public son verdict.

Sur 1 490 conseillers municipaux précédemment annoncés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dans ses résultats provisoires, 1 464 ont été confirmés par la Cour suprême qui a annulé le scrutin dans deux communes du pays notamment dans la commune de Wawa1 et de Zio 4 pour « irrégularités graves ».

En définitive, les résultats validés par la Cour positionnent le parti au pouvoir Union pour la République (UNIR) en tête avec 878 sièges récoltés. Elle est suivie de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) qui remporte 132 conseillers municipaux et la Coalition des 14 partis de l’opposition (C14) vient en troisième position avec 129 sièges.

Plusieurs partis et listes d'indépendants ont néanmoins perdu des sièges après l’annulation des élections dans Wawa1 et Zio4 à l'instar du parti UNIR qui perd 17 conseillers municipaux. L'ANC en perd deux et la C14 aussi deux.

Par ailleurs la Cour Suprême a ordonné l’organisation du scrutin dans les deux communes dans un délai de 30 jours après la proclamation de ces résultats définitifs.

Raphaël A.

FLAMBEAU DES DEMOCRATE N°600 DU JEUDI 18 JUILLET 2019

©AfreePress-(Lomé, le 18 juillet 2019)-La coalition des 14 partis politiques de l'opposition (C14) a salué mercredi 17 juillet 2019 dans un communiqué, les efforts de l'archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko KPODZRO dans le sens du « soutien de la lutte politique au Togo ». Quelques jours plus tôt, c'est la Conférence des évêques du Togo qui s'est désolidarisée de l'homme de Dieu et de ses sorties médiatiques estimant qu'elles ne reflétaient guère la position de l'Eglise.

Pour ce regroupement de formations politiques, les Togolais ont de tout temps exprimé leur soif d'alternance et de changement au Togo raison pour laquelle ils n’ont jamais cessé d’appeler l’opposition à une unicité d’action pour y parvenir. Et Mgr Philippe Fanoko KPODZRO est, selon la C14 l’un des principaux acteurs qui œuvrent pour cette unicité d’action.

« C’est pour aider à la réalisation de cette unité d’action que Mgr Philippe Fanoko KPODZRO s’est engagé corps et âme à interpeller les acteurs de l’opposition démocratique à travers ses prises de position et ses différentes rencontres avec lesdits acteurs », explique la coalition. 

Les déclarations et prises de position de Mgr Philippe Fanoko KPODZRO se situent dans la droite ligne du combat qu’il mène pour la démocratie au Togo, au nom de sa foi chrétienne, depuis la Conférence nationale souveraine et qui lui a valu sévices, humiliation et exil, poursuit le communiqué qui voit dans les sorties du prélat le désir de s'adresser au cœur de chaque Togolais dans un « pays qui est en train d’aller à la dérive (…) contrairement aux prescriptions de la Conférence des Évêques ».

Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON et ses collègues de la C14 précisent par ailleurs qu’en appelant à l’union sacrée des forces favorables au changement et à l’alternance, Mgr KPODZRO n’a fait que sacrifier au devoir de vérité d’un père envers ses enfants dans l’intérêt du bien commun.

Pour finir, la C14 salue le courage dont l'archevêque a toujours fait preuve et lui exprime son soutien pour ce qu’elle qualifie « de combat exemplaire pour la délivrance des populations togolaises ».

Raphaël A.

Page 3 sur 1322

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…