dimanche, 04 septembre 2016 19:18

Politique : Le président du parti Le Nid dénonce une tentative d’assassinat sur l’un de ses militants dans le Vo

©Afreepress-(Lomé, le 31 août 2016)- Le parti Le Nid de Gabriel Sassouvi DOSSEH-ANYRON est dans un bras de fer avec la délégation spéciale de la Commune de Vogan. Le parti exige la suppression de la taxe de sortie instaurée par les responsables de cette commune au marché de Gbéké. Une situation qui crée de fortes tensions entre les deux parties en conflit.
 

Gabriel Sassouvi DOSSEH-ANYRON accuse des individus non identifiés mais proches des premiers responsables de la Commune de Vogan, d’avoir ourdie des actions violentes contre lui et les militants de son parti. Il dénonce une tentative d’assassinat prémédité sur la personne du président fédéral Vo du parti Le Nid, ASSIOBO Koffi Zeus. « Son agresseur armé d’un coupe-coupe, se tenant derrière lui avec l’intention manifeste de lui fracasser la tête, n’est point parvenu à ses fins que suite à un réflexe de survie de l’agressé, ce dernier  s’est retrouvé avec son oreille droite entaillée ainsi qu’une blessure profonde au cou. Il n’a eu la vie sauve que grâce à un concours de circonstance exceptionnelle », confie M. DOSSEH-ANYRON dans l’interview à suivre.

 

Afreepress : Comment se porte le Parti Le Nid aujourd’hui ?

 

Gabriel Sassouvi DOSSEH-ANYRON : Le Nid, Parti réformiste et républicain, reste mobilisé sur les grandes valeurs de l’enracinement de la démocratie sur la terre de nos aïeux, dans ses activités.

 

Ainsi donc, des conférences-débats ont lieu en permanence aussi bien à Dapaong, Lomé que dans le Vo.



Ces rencontres citoyennes, nous indiquent à tout moment que le Nid est en phase avec la population et devient de plus en plus le réceptacle de leurs doléances.

 

 Outre ces nécessaires rencontres citoyennes, le parti Le Nid a entrepris de former ses militants notamment dans le cadre de l’appropriation de la loi sur la décentralisation et Liberté locale du 13 Mars 2007.

 

Au vu de ce qui précède, vous convenez avec nous que le Parti Le Nid est dans une dynamique de la quête à l’alternance qui repose sur le principe « d’Agir pour l’Unité ».

 

Ce principe a été acté par la déclaration du Conseil National du parti, le 05 Octobre 2015.

 

Le Parti Le Nid par cette déclaration du 05 octobre 2015 et ceci après 25 ans de lutte pour l’alternance, reste convaincu que seule une action unitaire de l’opposition démocratique axée sur un programme commun ainsi qu’une plateforme gouvernementale amorcée au plus vite et naturellement avant les échéances électorales constituent, la seule et unique voie pour asseoir enfin la démocratie et surtout les institutions fortes.

 

Au cours de l’une de vos activités politiques dans la préfecture de Vo, vous avez été pris à parti et agressé par un agent de la mairie de la municipalité de Vogan. Que s’est-il passé ?

 

Gabriel Sassouvi DOSSEH-ANYRON : Nous en sommes plus hélas à cette première agression.



Le fait le plus alarmant et inquiétant, s’est de nouveau produit dans la nuit du samedi 20 Août 2016 par une tentative d’assassinat prémédité sur la personne du Président fédéral Vo, Monsieur ASSIOBO Koffi Zeus.

 

Son agresseur armé d’un coupe-coupe, se tenant derrière lui avec l’intention manifeste de lui fracasser la tête, n’est point parvenu à ses fins que suite à un réflexe de survie de l’agressé, ce dernier  s’est retrouvé avec son oreille droite entaillée ainsi qu’une blessure profonde au cou.

 

Il n’a eu la vie sauve que grâce à un concours de circonstance exceptionnelle.

 

Les nouveaux faits concordants, nous obligent à une présomption claire, l’ancienne milice mise en place en 2005 par feu Général TIDJANI qui avait attaqué sauvagement les représentants des partis politiques de l’opposition, notamment entre autres Monsieur Jean-Marie GAFFON, Secrétaire fédéral de l’UFC victime, serait réactivée par ceux-la-mêmes qui étaient dans le dispositif d’alors de ce Général.

 

L’impunité, ne peut entrainer que la récidive.

 

En toute responsabilité, le Parti le Nid a rendu compte au Ministre de la Sécurité et de la protection civile.

 

Au-delà de ces faits inacceptables, le Parti Le Nid, toujours soucieux à juste titre de défendre les intérêts légitimes des couches sociales paysannes et fragiles, ne peut en aucun cas accepter les conditions de spoliation que la commune de Vogan  inflige à cette population.

 

La double taxation des produits agricoles sur le marché Gbéké de Vogan ne peut que rencontrer, notre farouche opposition.

 

Quant aux agressions dont le Parti Le Nid a été victime, c’est une grave entrave à la liberté d’expression, conquise de haute lutte depuis le 05 octobre 1990.

 

Et bien au-delà de notre Parti Le Nid, victime de cette barbarie, il faut admettre que ce sont des agressions contre les acquis du 05 octobre 1990 et par conséquent à notre jeune démocratie. Nous avons d’ailleurs porté plainte et la justice suit, son cours.

 

Notre demande légitime est claire,la suppression pure et simple de cette double taxation afin de desserrer l’étau à notre population de Vogan et que nulle part ailleurs de tels rackets de la part d’une Délégation Spéciale ne soient plus de nouveau possibles, sur la terre de nos aïeux

 

Vous avez dit craindre le syndrome Mango dans le Vo si le problème que vous évoquez n’est pas vite résolu .Pourquoi dites-vous cela ?

 

Il y a plusieurs façons de régler un problème d’incompréhension entre l’administration et les administrés.

 

La technique de pourrissement à savoir laisser le problème suivre son cours et compter sur la lassitude et le désintéressement de la population en est une.

 

Ce qui s’est avéré à Mango et a produit la crise violente que nous avons tous déploré doit être à mon avis éviter.

 

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous souhaitons ardemment ne pas arriver à Vogan aux mêmes résultats qu’à Mango.

 

Nos populations n’acceptent plus cette façon de régler leurs problèmes.

 

Nous avons interpellé le Ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales pour qu’il puisse agir au plus vite, en supprimant la taxe de « ticket de sortie », perçue comme injuste et rejetée par la population.

 

Que dit le Ministre de l’Administration Territoriale pour résoudre définitivement le problème ?

 

A ce jour, nous ne pouvons que constater que le Ministre Payadowa Boukpessi nous a écouté attentivement mais par contre, n’a pas encore donné à ce que je sache, une suite à nos doléances.

 

N’est-ce pas normal que la collectivité locale de Vogan met en place des taxes pour le développement du milieu ?

 

La loi sur «la Décentralisation et Liberté locale » autorise la perception des taxes par la Commune. Il est tout à fait normal qu’on finance les besoins légitimes d’une population par les taxes collectées.

 

S’agissant de la taxe « ticket de sortie », perçue par la commune de Vogan, il y a manifestement un problème.

 

La taxe dans un marché, est une taxe liée à la surface qu’occupe le vendeur. La nature de la taxe « ticket de sortie » repose elle sur la valeur du produit agricole et ne s’applique uniquement qu’aux produits.

 

Cette taxe contrairement à ce que pense le Président de la délégation spéciale de Vogan, pénalise la couche fragile de ses administrés, les paysans et non les commerçants.

 

Le commerçant minimise, à juste titre, le coût d’achat pour compenser la taxe « ticket de sortie » qu’il aura à payer. De ce fait, c’est le paysan in fine qui paye, doublement :

 

1-      le ticket d’entrée sur sa marchandise,

2-      le ticket de sortie par transfert du commerçant qui réduit, le prix d’achat en tenant compte, du coût de »ticket de sortie ».

 

En somme, le paysan est ponctionné au profit de la Délégation spéciale.

 

On en convient ensemble que c’est une injustice sociale.

 

Quelles solutions préconisez-vous pour résoudre le problème ?

 

La suppression pure et simple de la taxe dite, « ticket de sortie ».

 

Propos recueillis par A.Y.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…