© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 13 décembre 2018)- Les ambassades d’Allemagne, des États-Unis d’Amérique, de France, la Délégation de l’Union Européenne au Togo et le Système des Nations Unies ont condamné dans une déclaration conjointe rendue publique jeudi 13 décembre 2018, les récentes violences observées dans le pays lors des manifestations de la coalition des 14 partis de l’opposition.

Ces représentations diplomatiques au Togo disent être préoccupées par la situation qui prévaut dans le pays et appellent les parties prenantes de la crise à privilégier le dialogue afin de préserver la paix.

« Elles regrettent les décès enregistrés et les violences lors des événements récents. Elles présentent leurs condoléances aux familles des victimes et souhaitent un rétablissement rapide aux blessés. Elles attendent les résultats des enquêtes annoncées par le gouvernement », informe le G15.

Ces organisations internationales partenaires du Togo  insistent également sur la nécessité de préserver un climat de paix et d’éviter toute forme de violence dans le pays.

Elles ont pour finir appelé les parties à la retenue et réaffirmé leurs disponibilités, en appui aux initiatives de la CEDEAO pour une résolution durable de la crise.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 13 décembre 2018)- Le parti Union des Forces de Changement (UFC) se prononce sur les événements tragiques survenus le 8 décembre dernier en marge d'une manifestation organisée par la Coalition des 14 partis de l'opposition (C14) et interdite par le gouvernement .

Le parti de Gilchrist Olympio, à travers un communiqué en date du 11 décembre 2018 et dont l'Agence de presse AfreePress a reçu copie, marque son désaveu vis-à-vis des instigateurs de cette tragédie et condamne avec la « dernière rigueur » cette violence qui a entraîné la mort de plusieurs Togolais dont un enfant. Le parti dit également dénoncer les violences d'où qu'elles viennent et quel que soit le motif.

Aux familles éplorées, l'UFC présente ses condoléances et aux blessés, elle souhaite un prompt rétablissement et exhorte « vivement le gouvemement à diligenter une enquête afin que les auteurs répondent de leurs actes ».

Tout en encourageant les forces de l'ordre et de sécurité à toujours observer, dans l'exercice de leurs fonctions, les principes sacrés de la «Sécurité Humaine», I'UFC lance un appel au calme, à la tolérance et à l'acceptation des différences  politiques. « Le peuple togolais aspire à I'altemance pacifique et I'UFC ne se lassera guère d'œuvrer dans ce sens afin de garantir à notre postérité commune, un avenir radieux et stable », souligne ce parti.

Christelle A.

 

©AfreePress-(Lomé, le 12 décembre 2018)- Les jeunes de la préfecture de Doufelgou et ceux d'Agbande Yaka sont décidés à rompre avec la « monotonie des candidatures improductives ». Depuis Doufelgou, les informations font état de ce que certains jeunes de cette préfecture s'opposent farouchement à des candidats qu'ils rejettent et dénoncent.

« Ces vieux ne font jamais rien pour nous, oui on dit bien rien. Depuis des années nous avons demandé à être représentés par un jeune, quelqu'un qui nous comprenne, quelqu'un avec qui on peut causer car étant de notre âge. Voilà qu'on écarte sa candidature et on nous impose des gens qui ne connaissent rien de nous et de qui nous ne connaissons rien aussi », s'emportent certains de ces jeunes reçus mercredi 11 décembre au téléphone.

« Les jeunes d'Agbandé Yaka sont énervés. Le député sortant, Dr Tchamon natif de Yaka n'a rien fait pour nous, après avoir été élus, ces députés disparaissent et brillent par leur absence aux côtés des populations, surtout des jeunes », crient d'autres personnes à Agbande Yaka.

Que reproche exactement la population de Doufelgou à Unir?

Ils disent n'avoir absolument rien contre UNIR. Mais ont des griefs contre les candidats que ce parti à imposés à leur localité. « Notre choix s'est porté sur Jean Claude Fintakpa LAMEGA. Et depuis nous l'avons clairement exprimé. Pourquoi changer des gens qui ne sont pas proches des populations ? », dénoncent-ils.

Selon eux, le sieur LAMEGA, M. Jean Claude LAMEGA est un homme très proche des populations de Doufelgou et de ses environs. Il s'investit énormément dans la jeunesse à travers des tournois de football, des dons de cahiers, de lampes à pétrole, d'équipements. Il prend en charge certains bacheliers qui n'ont pas des moyens de continuer leurs études à l'université, il fait des dons de kits scolaires aux populations les plus démunies, et organise régulièrement des échanges débats avec les jeunes. En bref, il accorde beaucoup de son temps et de son énergie pour écouter et échanger avec les jeunes et trouver avec eux, des solutions à leurs difficultés.

Les témoignages recueillis font état de ce qu'il aurait su contenir plusieurs jeunes qui préparaient des actes de violences sur les candidats et a réussi à maintenir la paix sociale dans cette partie du pays. Selon les indiscrétions, la situation a été portée aux oreilles du chef de l'État, président du parti UNIR mais malgré tout, « certains ont choisi d'écarter la candidature du sieur Jean Claude LAMEGA pour des raisons lugubres », dénoncent un natif de la localité interrogé.

Contacté, M. Jean Claude n'a pas voulu trop s'attarder sur la question expliquant que le plus important est le parti et, selon lui, il faut œuvrer pour qu'UNIR gagne... Ses proches estiment que le plus dure pour ces élections n'est pas d'être élu mais surtout d'être crédible devant les populations.

Joint par la rédaction d'AfreePress, le camp du député Tchamon se défend de toutes ces accusations. « C'est de vous que j'apprends ce problème sinon je suis tout le temps avec les jeunes ici. Leurs problèmes sont les miens. Mais vous savez que dans notre pays aucun député n'a de dotation de l'Etat pour aller développer sa localité. Est-ce que M. LAMEGA est de Siou ? Donc depuis 2013 M. LAMEGA pose des actes comme ça pour être retenu comme candidat en 2018 ? Nous travaillons pour le bon résultat du parti. Ce n'est pas à titre personnel que nous faisons ce travail. Nous parcourons les villages et nous travaillons sans problème », a-t-il dit mettant ces accusations sur le compte de la jalousie de ses détracteurs.

Rafiou B.

Page 1 sur 1088

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…