© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 20 août 2019)- L'Institut national des statistiques et des études économiques et démographiques (INSEED) a procédé lundi 19 août 2019 à Lomé, au lancement officiel de la 2è édition de l'enquête permanente sur le commerce international des services au Togo. 

L'objectif de cette enquête est de collecter les données sur les transactions de services entre les résidents et les non-résidents afin de disposer des statistiques détaillées d'importation et d'exportation de services  par le pays partenaire.

A en croire les premiers responsables de l'INSEED, l'opération se déroulera du 20 août au 21 octobre 2019 sur toute l'étendue du territoire national. « Ces données couvrent les importations et les exportations de services suivant les catégories et suivant le pays partenaires. L'idée est de procéder à la réalisation des études de marchés, à l'élaboration et au suivi des accords commerciaux, aux calculs des agrégats macroéconomiques et aux travaux de recherche analytiques et économiques », a indiqué à AfreePress, le Directeur générale de l' INSEED, KOUASSI Koame. 

Dans un premier temps, les agents de collecte procéderont à la distribution des questionnaires sous pli fermé avec une lettre datée et signée adressée aux responsables des entreprises concernées. 

Après, ils feront le suivi des questionnaires distribués et apporteront éventuellement aux répondants de l'assistance nécessaire pour mieux les renseigner. 

Pour rappel, au total 349 entreprises ont été approchées dans le cadre de cette opération en 2018.  

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 20 août 2019)- La communauté internationale a célébré lundi 19 août 2019, « la Journée Mondiale de la Photographie ». Au Togo, le Syndicat National des Reporters d'images du Togo (SYNRIT) ne s'est pas dérobé.

Les responsables de ce syndicat en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), ont procédé à Lomé au lancement officiel des activités marquant cette journée au Togo.

Elle est placée sous le thème : « La photographie au service des enfants ». Le choix de ce thème selon le SYNRIT vient particulièrement confirmer l’engagement des professionnels de la photographie à défendre les droits des enfants. « Nous avons fait le choix de ce thème pour venir en appui aux organisations de défense des droits des enfants. Au-delà de valoriser la profession de photographe, il s’agit pour nous de contribuer à la protection de l’enfant dans notre pays », a confié le Secrétaire général du SYNRIT, Labana KODA. 

La 4e édition de la journée mondiale de la photographie d’après les responsables du SINRIT, a été marquée par des sessions de formation au profit des professionnels de la photographie ainsi que des ateliers d’initiation à la prise d’images à l’endroit des enfants de Lomé et de Kpalimé. 

Une exposition itinérante est également prévue à partir du mois d’octobre, mois de la commémoration du 30e anniversaire de la Convention internationale relative aux enfants, du traité sur les droits de l'Homme le plus largement ratifié de l'histoire.

Il faut noter par ailleurs qu’une centaine de photographes ont déjà été initiés aux droits de l’enfant et à l’éthique photographique en matière de prise d’images d’enfants dans le cadre de cette célébration.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 20 août 2019)- En mars 2019, le Togo a enregistré une forte progression en matière de Systèmes Financiers Décentralisés (SFD). C’est ce que révèle un rapport sur la situation du secteur de la microfinance dans les États membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UMOA), réalisé par la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) au titre du premier trimestre de l’année 2019. 

Le nombre de SFD dans l’UEMOA est estimé à environ 595 à fin mars 2019. En outre, l’accès des populations aux services financiers fournis par les institutions de microfinance s’est accru de 10,4 % en glissement annuel, avec un nombre de bénéficiaires ressorti à 146 118 662 sur cette période contre 13 235 772 un an plus tôt, informe la BCEAO. 

Selon ce rapport, le nombre de points de services est évalué à 4 854, soit une progression de 12,5% par rapport à fin mars 2018. L’examen des indicateurs d’intermédiation des SFD de l’Union fait ressortir une évolution relativement favorable à l’inclusion financière, nonobstant un taux brut de dégradation du portefeuille légèrement inscrit à la hausse, ressortant à 7,4% contre 7,2% à fin mars 2018, pour une norme généralement admise de 3% dans le secteur. 

Sur la période sous revue, le montant des dépôts collectés s’est établi à 1 390,8 milliards FCFA contre 1 248,7 milliards FCFA une année plus tôt, soit une augmentation de 11,4%. 

« Cette progression est enregistrée au Mali (+20,0%), au Togo (+16,0%), en Côte d’Ivoire (+15,1%), au Sénégal (+10,3%), au Bénin (+9,9%), au Burkina (+3,7%) et au Niger (+0,5%) », indique le rapport. 

S’agissant de l’encours des crédits des SFD de l’Union, il s’est accru de 9,9% par rapport à son niveau à fin mars 2018, pour ressortir à 1 388,9 milliards FCFA. 

Pour la BCEAO, cette hausse a été relevée au Mali (+19,6%), au Togo (+15,3%), au Sénégal (+9,8%), en Côte d’Ivoire (+8,1%), au Burkina (+7,5%) et au Bénin (+6,1%). En revanche, la Guinée-Bissau et le Niger ont connu respectivement des régressions de l’ordre de 51,4% et de 0,8%.

Au total, 76 Systèmes Financiers Décentralisés sont dénombrés au Togo. Le gouvernement avait lancé en janvier 2014 le Fonds national de la finance inclusive (FNFI) en partenariat avec une vingtaine de ces systèmes. 

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 19 août 2019)- Après 48 heures de grève, les employés de la Société nationale des éditions du Togo (EDITOGO) ont reconduit ce lundi 19 août 2019, leur mouvement de débrayage pour exprimer leur « insatisfaction » à l'égard des premiers dirigeants.

Réunis au sein du Syndicat de l’EDITOGO (SYNA-EDITOGO), ces agents  disent  à travers cette cessation de travail, attirer l’attention de leur Direction générale sur la non-application des mesures d’accompagnement établies  par le gouvernement au profit des fonctionnaires d’Etat.

Dans le souci de permettre aux travailleurs de faire face au problème de la vie chère, l’Etat togolais leur a accordé en 2008, 8.000 francs et 6.500 francs respectivement aux agents et ceux dont les salaires sont jugés moyens sans oublier les 10% de valorisation de l’indice salarial en 2012. 

En 2013, l’Etat leur avait encore octroyé 30.000 francs et 20.000 francs comme primes forfaitaires. Mais, à en croire la SYNA-EDITOGO , « aucuns de ses avantages n’ont été versés aux agents de l’EDITOGO ». 

« Si la direction ne trouve pas satisfaction à nos revendications qui sont légitimes, nous allons continuer à manifester notre mécontentement. Il nous faut aussi un tout petit peu d’augmentation, comme cela a été fait partout. Nous sommes Togolais et il ne devrait pas y avoir cette discrimination alors que nous travaillons nuit et jour pour l’Etat », s’est indigné un des  grévistes. 

Amen A.

 

Page 1 sur 1356

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…