Developed in conjunction with Ext-Joom.com

Super User

Super User

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

© Afreepress (Lomé, le 10 août 2016)-Du 26 novembre au 04 décembre prochains, aura lieu  au stade de l’Amitié à Cotonou au Bénin, la 3ème édition du Festival des meilleurs instrumentistes d’Afrique (MIA 2016), une initiative d’Eurosia Groupe, spécialisé dans l’évènementiel et la logistique des scènes en République du Bénin.

 

L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse ce mercredi à Lomé par le promoteur de l’évènement, Edguard Folli Koué Djossou.

 

Ce projet d’appui à la promotion et à la valorisation des musiciens instrumentistes africains a pour ambition, au travers d’un festival annuel, d’offrir aux musiciens instrumentistes du continent africain, une tribune unique d’expression et de distinction et aux fabricants et vendeurs d’instruments de musique et de sonorisation, sans oublier les professionnels de l’événement et des médias.

 

Ce festival, selon M. Djossou, vise à contribuer à la valorisation et la restructuration du métier d’instrumentiste en Afrique afin de raviver l’espoir de ceux qui s’y adonnent actuellement et de créer des espaces favorables aux talents futurs. Il s’agira aussi pour le projet de contribuer à la renaissance des grandes formations musicales qui vont animer les capitales et les quartiers de villes pour booster le show bizness.

 

« Le projet entend par un concours live des orchestres africains créer un environnement de saine émulation entre les différents instrumentistes du continent africain qui sont pour la plupart dans un anonymat total. Le but fondamental est de mettre en relief les joueurs des différents instruments musicaux tant modernes que traditionnels, car ils accompagnent les chanteurs qui aujourd’hui, sont les seuls à avoir droit au chapitre », a-t-il indiqué.

 

Pour la troisième édition, le concours est ouvert à tous les orchestres des pays du continent africain. Ils auront à compétir dans cinq (5) catégories à savoir le meilleur vocaliste, le meilleur soliste, le meilleur batteur, le meilleur flûtiste et la meilleure composition 100% live.

 

« Le premier jour, le site de MIA va abriter non seulement la scène mais il y aura aussi un grand salon comme d’habitude, la logistique évènementielle et de l’audiovisuel, une tente climatisée de 1.000 m2 , contrairement aux 600m² de l’édition précédente ».

 

Dans cet espace, tous les participants, notamment les ingénieurs, les techniciens de scène auront leur espace. Sur ce site, il y a également des rencontres B 2 B, des Master Class et des conférences débats et des podiums off.

 

Pour participer au festival, il suffit juste de remplir le formulaire d’inscription  sur le site du festival www.festivalmia.org.

 

Bernadette A.

 

 

 

© Afreepress (Lomé, le 10 août 2016)-Avec  des jarres, des frigos gâtés, des cartons ou même de la glacière, il est possible à un éleveur de se fabriquer une couveuse artificielle ou artisanale qui est une machine qui garde les œufs jusqu’à éclosion comme la poule à 37,5°.

 

Ce moyen de fabrication avec les matériels locaux des couveuses, normalement très chères en élevage et que les éleveurs n’arrivent pas à s’offrir, a été enseigné pendant trois (3) jours à la Boutique et bar restaurant BOBAR à Lomé à une dizaine de personnes venues du Bénin et du Togo. La fin de la formation a été couronnée par une remise d’attestation de participation ce mercredi, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

 

« La couveuse, normalement coûte extrêmement chère, ce qui constitue un frein pour les éleveurs togolais qui n’arrivent pas de ce fait à augmenter leurs productions. Avec la couveuse artificielle qui peut être faite à base de tous les objets, on peut monter le système dedans et éclore  à moindre coût au lieu d’aller acheter une couveuse de 1,8 ou 2 millions de francs CFA », a annoncé à Afreepress le formateur, Paterne Akpozy.

 

Selon lui, l’autre problème que cette couveuse artificielle permet de résoudre, c’est  de contourner la période de 21 jours dont a besoin une poule locale et les trois (3) mois de garde des poussins.

 

« Avec 15.000 francs, on peut obtenir sa couveuse. Si on a plus de moyens, on peut aller à l’électronique. Là aussi, avec moins de 100.000 francs, on peut avoir sa couveuse de 500 places », a-t-il ajouté.

 

Pour Florian HOTAB, initiateur de cette formation, cette dernière est née de l’envie d’apporter à la jeunesse une activité à la fois lucrative et surtout de retourner à la source, de laisser tomber le matériel industriel et de partir à l’artisanal pour mettre en place une activité génératrice de revenus à partir de rien et du minimum de matériels locaux.

 

« Nous avons découvert cet outil à travers plusieurs recherches. Nous sommes allés rencontrer des gens qui l’ont déjà expérimenté, ce qui nous a permis de contacter plusieurs personnes ressources qui ont eu des résultats positifs », a-t-il indiqué tout en ajoutant qu’une couveuse artisanale fabriquée par les soins de l’éleveur lui-même peut lui permettre de faire couver de 1 à mille œufs, en fonction du contenant.

 

« Cette formation est la bienvenue d’autant plus que je m’apprêtais à m’approvisionner d’une couveuse de l’étranger. Je n’ai pas hésité quand j’ai eu la nouvelle. Les connaissances acquises, je compte les transmettre à ma progéniture et je les mettrai en pratique », s’est réjoui Kossi Assih, participant à cette formation.

 

Selon Florian HOTAB, une autre activité sera bientôt proposée. Il s’agit de la transformation de la conservation des légumes. « On a beaucoup de difficultés sur le marché à conserver les fruits et légumes, surtout la tomate. Nous allons proposer aux consommateurs de venir découvrir ces techniques vieilles de plusieurs années pour qu’ils cessent d’utiliser à outrance ces légumes à force de vouloir éviter de les voir gâter ou ignorant les moyens de conservation et de transformation », a-t-il précisé.

 

Telli K.

 

 

 

©Afreepress-(Lomé, le 10 août 2016)- Le ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Réforme Administrative organise depuis mardi un atelier de formation des parties prenantes du processus d'élaboration de la stratégie de la migration professionnelle.

 

Axé sur la thématique « projet de libre circulation des personnes et la migration en Afrique de l'Ouest », l’atelier de formation est une initiative de la commission de la CEDEAO avec l'appui financier de l'Union Européenne et de la CEDEAO. Il se tient à l'hôtel Palm Beach à Lomé.

Cette rencontre, selon les experts du ministère de la Fonction Publique, s'inscrit dans le cadre de finalisation du projet du gouvernement destiné à mettre en place une « politique de migration et de développement au Togo », tout en créant un « cadre fédérateur de conduite de la politique de développement ». Il sera question au cours des cinq jours de rencontre, d’amener les acteurs de développement à « s'investir sans relâche dans la problématique complexe de l'emploi » et contribuer à la lutte contre la pauvreté.

 

Les organisateurs entendent mettre l'accent sur la contribution des migrants dans le développement de leurs pays d’origine. Ces migrants sont désormais considérés comme une cible de choix dans la mise en œuvre des politique en faveur des populations et leurs compétences professionnelles devront être optimisées au service du développement national.

 

Il faut rappeler que la cérémonie d'ouverture de l’atelier a connu la participation des acteurs de la société civile notamment le président du Mouvement Martin Luther King, (MMLK), Edoh komi, du Directeur Général de l'emploi,  Apedoh BATCHEY, du représentant du Ministre de la fonction Publique, du Travail et de la Réforme Administrative,  Kossi KASSEGNIN  DONKO.

 

F. Attiogbé

© Afreepress (Lomé, le 10 août 2016)-La deuxième phase de l’assistance du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé et de la Banque mondiale  aux populations victimes de sinistres intervenus entre janvier à août 2016 est effective depuis ce lundi. Seront couvertes pendant sept (7) jours, six (6) préfectures des régions Centrale, des Plateaux et Maritime, à savoir Avé, Agou, Anié, Haho, Kpélé, Ogou, Wawa et Tchamba.

 

La délégation du ministère en charge de l’Action sociale qui apporte des vivres (sacs de riz et sacs de maïs) et de non vivres (spirales, lampes solaires, savons, friperies) aux populations concernées par cette 2ème phase d’assistance, est conduite par le Secrétaire général dudit ministère, N’Gmébib Biléba.

 

Partout où la délégation est arrivée, le représentant de la ministre a exhorté les populations à promouvoir le reboisement  dans les différents milieux, à faire des pare-feux autour des maisons et champs, à construire les pièces et les cases à partir du matériel sur place qui peuvent résister aux intempéries.

 

Ceci, a-t-il insisté,  « permettra d’utiliser au moins une partie des ressources allouées pour le secours d’urgence pour renforcer les résiliences des populations sur la prévention des< risques de catastrophes afin de réduire les pertes en vies humaines et matérielles enregistrées chaque année ».

 

Entre janvier et août 2016, l’Agence de solidarité nationale a enregistré dans 19 préfectures sur toute l’étendue du territoire national, 1.772 ménages composés de 11.377 victimes, 3.161 pièces et 160 salles de classe qui ont subi des cas d’incendies et de tornades entrainant des dégâts importants.

 

L’assistance de ces populations sinistrées a nécessité une somme de 319 millions de francs CFA.

 

Depuis 2008, le Togo a enregistré plusieurs situations de catastrophes au nombre desquelles des incendies, des inondations et des conflits interethniques liés à la transhumance.

 

Bernadette A.

 

 

 

Page 11 sur 12

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…