mercredi, 19 septembre 2018 10:27

« Les élections locales sont une nécessité vitale pour l'éclosion de la démocratie au Togo », estime Me Mouhamed Tchassona Traoré

©AfreePress-(Lomé, le 19 septembre 2018)- Les élections locales sont une nécessité vitale pour l'éclosion de la démocratie locale et participative au Togo, avance Me Mouhamed Tchassona Traoré, président nationale du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD), dans une interview accordée à l’Agence de presse AfreePress. 

Dans cette interview, le natif de la préfecture de Tchaoudjo (400 Km au Nord de Lomé) regrette le fait que l'actualité politique de ces derniers mois soit « faite de polémiques et d’inquiétudes » liées au travail de la Commission électorale, nationale indépendante (CENI) ce qui, se désole-t-il, a écarté les Togolais d'une attente majeure qui est la tenue des élections locales.

Si Me Mouhamed Tchassona Traoré se réjouit de l’organisation très prochaine de ces élections, il fustige néanmoins le fait que ce soit la CENI qui fasse cette annonce aux Togolais. L'annonce par la CENI de la tenue de ces consultations pose problème, dit-il et de s’expliquer. 

« D'une part, je dirai que ce type d'annonce ne rentre pas dans les prérogatives et compétences de la CENI. Cette question est du ressort du gouvernement qui seul, au regard de la loi, a autorité à faire ce type d'annonce généralement après les Conseils des ministres. D’autre part, cette annonce vient aggraver la polémique sur la question de la CENI qui est de plus en plus au centre des préoccupations de la classe politique togolaise. Nous avons comme l'impression que la CENI procède par de l'absurde. Comme quoi, quand on a un problème dont on ne trouve pas de solution, on en rajoute pour le compliquer davantage. On évacue et on déplace le premier problème », analyse-t-il dans cette sortie médiatique.

Il aborde dans cette interview, plusieurs questions dont celle relative au recensement électoral qui débute le 1er octobre prochain. Me Mouhamed Tchassona Traoré condamne les appels à peine voilés de boycott de ce processus que certains leaders politiques tentent de lancer dans l’opinion. « J’entends des discours aujourd’hui dire que lorsqu’il y aura recensement, qu’il ne faut  pas aller prendre sa carte d’électeur. Je dis que c’est la plus grosse faute que les Togolais auront à commettre s’ils boycottent le processus de recensement. Il faut faire une distinction nette entre le processus électoral qui est évolutif et qui est un acte politique et l’acte de recensement qui participe de la citoyenneté parce que le citoyen togolais ne peut exprimer sa citoyenneté qu’à travers sa carte d’électeur », fait-il savoir.

Pour lui, on ne peut pas se proclamer citoyen et ne pas vouloir aller prendre sa carte d’électeur pour que le moment venu, on puisse s’exprimer par le vote ou s’abstenir. « Si demain le recensement passé, nous obtenons satisfaction sur l’ensemble de nos revendications. Est-ce que nous allons reprendre le recensement à zéro ? Avec  quel moyen ? », s’interroge-t-il avant d’appeler les Togolais à aller massivement se faire recenser quel que soit l’organe au niveau national qui organise ce recensement.

Olivier A

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…