jeudi, 18 octobre 2018 18:49

UNIR appelle la C14 à faire « montre de plus d’ouverture » et au respect des droits de l’UFC

©AfreePress-(Lomé, le 18 octobre 2018)- Maintes fois interpellé sur la crise qui oppose l’Union des forces de changement (UFC) à l’Alliance nationale pour le changement (ANC), le parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR) réagit enfin.

La formation présidée par le chef de l'État, Faure Gnassingbé donne son avis sur la question du départ ou non, du représentant de l’UFC de la Commission électorale, nationale, indépendante (CENI).

Accusée d’orchestrer la résistance et le maintien du représentant de l’UFC à la CENI, UNIR a réagi par la voix de sa Vice-présidente, Meïmounatou Ibrahima qui indique que la majorité présidentielle n’a pas à s’immiscer dans cette querelle qui selon elle, est « interne » à l’opposition.

« Il s'agit d'un problème interne à l’opposition parlementaire et qui appelle à l’application de la loi portant statut de l’opposition. C’est cette même loi qui établit le statut du chef de file de l’opposition avec tous les avantages qui vont avec, qui reconnait également à l’UFC son statut de parti d’opposition parlementaire », a-t-elle indiqué ce jeudi sur Radio Victoire FM.

Si ADDI qui est un parti de l’opposition parlementaire a eu droit à un siège à la CENI, l’UFC se trouvant dans les mêmes conditions a également droit à un siège au sein de l’institution, a-t-elle défendu. « Nous devons ici rappeler que la feuille de route insiste sur le caractère inclusif de la CENI qui devrait être ouverte à tous les acteurs. Alors exclure l’UFC de la CENI n’est pas inclusif. L’UFC siège à la CENI depuis 2010 avec les partis de la coalition, dont l’ANC. En ce moment, ce parti n’a jamais pensé que l’UFC n’était pas un parti de l’opposition. Nous sommes un peu surpris qu’aujourd’hui, qu'ils excluent l’UFC », a poursuivi la 2e Vice-présidente de l’Assemblée nationale.

Pour finir, elle a invité la coalition à faire un sursaut patriotique pour mettre fin à ce problème qui gangrène la politique togolaise.

« La majorité parlementaire malgré ses 62 députés sur les 91, a accepté la représentation paritaire 5 contre 5 à la CENI alors que l’opposition a 29 les députés. Nous les appelons à faire montre de plus d’ouverture », a-t-elle insisté.

Raphaël A.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…