vendredi, 21 décembre 2018 12:53

Gilbert Bawara reconnaît volontiers que la « mobilisation a été faible » à certains endroits...mais relativise

©AfreePress-(Lomé, le 21 décembre 2018)- « Dieu nous a préservés de toutes les prédictions catastrophiques. Qu’il continue à protéger le Togo et à nous préserver de tous les malheurs. Si longue que soit la nuit, le jour vient! Et ce jeudi 20 décembre 2018 s’est enfin produit, dans le calme, la sérénité, la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire, les Togolais se sont enfin exprimés dans les urnes ». Telles sont les propos du ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Gilbert Bawara au lendemain des élections législatives qui se sont déroulées dans un « calme relatif » au Togo.

S'exprimant ce vendredi 21 décembre 2018 sur son compte Twitter, le ministre de la Fonction Publique a salué la « maturité «  dont a fait preuve le peuple togolais. Il se réjouit également du fait que les nouveaux députés qui seront issus de ces élections « délibéreront et adopteront des lois applicables à tous » les Togolais sans exception.

« Ils contrôleront l’action gouvernementale au nom de tous les citoyens. Ils devront sûrement agir dans un esprit d’écoute, d’ouverture et d’humilité, au service de l’intérêt général et du bien commun. Toutes les expressions démocratiques doivent être respectées. Elles seront respectées. Ceux qui ont choisi le boycott ou se sont abstenus, c’est un choix démocratique. Celles et ceux qui ont voté, leurs voix comptent. Les députés élus représenteront toute la Nation », a-t-il argumenté sur son compte Twitter.

Le natif de Siou dans la préfecture de Doufelgou (450 km au nord de Lomé) comme à son habitude n'élude aucune question même les plus difficiles. La preuve, il s’est prononcé sur la polémique naissante sur le taux de participation des électeurs à ce scrutin. Il reconnaît volontiers que la « mobilisation a été faible à certains endroits ». Mais insiste sur le fait qu'elle a été « moyenne à d’autres », « forte et même très forte et massive dans de nombreuses localités ».

« Les chiffres qui affluent sont encourageants et réconfortants. C’est cela le Togo de la diversité, pas uniquement Lomé, mais toutes nos contrées », fait-il savoir.

À l'opposition, le ministre Bawara a tenu à laisser un mot ce 20 décembre 2018 alors qu'il était interrogé par des journalistes après avoir accompli son devoir civique. « Le vote n'est pas obligatoire » au Togo, a-t-il lancé. « C'est une liberté qui est laissée à chacun d'aller exprimer son choix ou non » même s’il considère que c'est une responsabilité civique et citoyenne et qu'il vaut mieux participer au choix de ses représentants à l'Assemblée nationale qui vont délibérer au nom de nous tous, a-t-il laissé entendre avant de rappeler que dans plusieurs pays africains, et de manière générale il y a une sorte de « désengagement », de « désaffection » et de « désintérêt » des citoyens par rapport aux consultations électorales.

« Quel que soit le taux de participation à ce scrutin, sa validité ne peut être remise en cause. Qu'il y ait 5%, 10%, 60% ou plus de taux de participation, le scrutin a la même validité du point de vue juridique. Il faudra néanmoins en tirer tous les enseignements et en définitive poursuivre avec une politique d'apaisement et de décrispation de la vie sociopolitique », a-t-il insisté.

Il ne rate cependant pas l'occasion de se réjouir du fait que le gouvernement dont il est le « porte-parole » de fait, a décidé d'assumer et assurer sa responsabilité. Cette responsabilité, s'est-il expliqué, a été de « faire en sorte que les rendez-vous électoraux et les échéances respectives soient tenus ».

« Ça fait quelques mois que l'actuelle Assemblée nationale était en fin de mandat et il était important d'organiser de nouvelles élections législatives pour assurer le remplacement de l'Assemblée nationale actuelle et cela s'est fait dans le respect d'une feuille de route qui a été adoptée par la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de la CEDEAO. Nous déplorons que d'autres partis politiques notamment une frange de l'opposition ne participe pas à ces élections. Mais il n'y a pas eu d'incidents majeurs qui aient été signalés et le scrutin s'est déroulé dans un climat de tranquillité, de paix et de sécurité », a-t-il salué.

Il faut noter qu'au niveau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), aucun chiffre n'est pour le moment disponible pour connaître des premières tendances ou du taux de participation à ce scrutin. Les observateurs déployés par la CEDEAO, l'Union africaine et d'autres organisations saluent néanmoins le bon déroulement du scrutin et le calme dans lequel les opérations ont eu lieu.

A.Y.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…