vendredi, 12 avril 2019 09:25

Le ministre Yark Damahane explique la sortie des chefs traditionnels et met en garde le PNP contre des dérapages

©AfreePress-(Lomé, le 12 avril 2019)- A 24 heures de la manifestation de rue projetée par le Parti National Panafricain (PNP), le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Gal Yark Damehane s'invite dans le débat et explique les raisons qui ont conduit le gouvernement à limiter la manifestation du PNP dans trois villes.

Reçut vendredi 12 avril 2019, sur radio Victoire FM, le ministre en charge de la Sécurité parle de "raisons sécuritaires", du "nombre limité des forces de l’ordre et de sécurité dans les villes pour encadrer les manifestants" pour soutenir la circonscription de la manifestation du PNP dans trois villes du pays.

« La police n’est pas là seulement pour des marches. Aujourd’hui notre souci, c’est comment protéger nos compatriotes et comment sécuriser leurs biens. Donc il y a des missions transitionnelles de la police et de la gendarmerie. La première mission c’est d’encadrer les marches. Donc si le PNP a voulu marcher dans 10 villes, raisonnablement je ne sais pourquoi marcher dans 10 villes. L’autorité ne peut agir qu’en fonction du personnel disponible. Avec trois villes, on peut tranquillement les encadrer d’une façon professionnelle. Je crois que le PNP doit accepter ces trois villes et les itinéraires recommandés pour faire sa marche. Nous devons tous travailler pour la sécurité, la démocratie dans notre pays. Si déjà à l’issue d’une marche, ils cassent tous ce qu’ils trouvent, la violence appelle toujours la violence. La décision des chefs traditionnels, c’est parce que les manifestants avaient posé des actes répréhensibles à Kpalimé. C’est vrai que ce n’est de leur compétence d’interdire les manifestations, mais c’est pour refuser la violence. Donc l’autorité met à terre tout le monde (sic)», a laissé entendre le Ministre Yark Damehane.

Aux responsables du PNP et aux manifestants, le ministre lance un appel à la retenue et au respect de la décision de l’autorité. « Nous appelons les uns et les autres à la retenue, à la préservation de la paix. Ceux qui veulent marcher aux endroits indiqués, qu’ils aillent marcher, ils seront encadrés. Qu’ils ne disent pas qu’ils ont indiqué tel endroit et que ce n’est pas retenu dont ils vont faire la force. Il ne faut par faire la démocratie dans la pagaille. La ville de Kpalimé n’est pas retenue, ça tranquillise tout le monde », a-t-il insisté. 

Raphaël A.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…