lundi, 29 avril 2019 09:58

Les ministres Bawara, Trimua et Yaya assurent le service après vente

©AfreePress-(Lomé, le 29 avril 2019)- Les ministres Gilbert Bawara, de la Fonction publique, Christian Trimua, des Relations avec les institutions de la République et Sani Yaya de l’Economie et des finances, ont apporté samedi 27 avril 2019 plus de précisions sur les grandes décisions annoncées par le Chef de l’État Faure Gnassingbé à l'occasion de son discours sur l'état de la nation prononcé le 26 avril denier dans le cadre de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance du Togo.

Reçus samedi dernier dans une émission spéciale sur la Télévision nationale, les trois ministres ont donné plus de précisions sur les actions prises par le gouvernement et visant à améliorer les conditions de vie des populations. Au rang de ces décisions, l’amélioration du pouvoir d’achat des Togolais, à travers la revalorisation dès janvier 2020 de la valeur indiciaire à hauteur de 5% et la reprise des allocations de départ à la retraite.

Pour le ministre Gilbert Bawara et ses collègues, cette mesure prise par le Chef de l’État vise à répondre aux préoccupations exprimées par les agents de la fonction publique.

« Il s’agit d’un geste fort du Chef de l’État », a lancé le ministre de l’Économie Sani Yaya avant de préciser que la décision de suspension n’avait pas été prise sur la base des études techniques.

Il sera question de calibrer désormais l’exécution de la mesure pour pallier les défaillances qui ont poussé à la suspension des allocations. « L’État a arrêté le principe. Le président a annoncé la reprise pour janvier 2020 qui sera le fruit des études techniques prévues », a ajouté M. Bawara.

Sur la loi organique portant déclaration des biens, le ministre en charge des Relations avec les institutions de la République a fait savoir qu’il s’agit d’une mesure qui respecte l’article 145 de la constitution dans le but manifeste, de mener une lutte sans merci contre la corruption.

« La lutte contre la corruption s’inscrit dans une série d’activités que le gouvernement mène pour redonner plus d’attractivité à notre économie et pour donner une meilleure performance à la gouvernance économique avec la consolidation de toutes les institutions et la mise en place de la Haute Autorité de lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées. Cette autorité a commencé son travail il y a de cela deux ans. La stratégie en réalité est structurée en trois phases. La première phase, c'est la consolidation des institutions et renforcement de la législation sur la corruption ; la deuxième phase vise la sensibilisation et la troisième phase le contrôle et les sections », a-t-il fait savoir.

Il a par ailleurs précisé que les travaux sont en cours ensemble avec le HAPLUCIA, et la Cour des comptes, en vue de l’étude dans les prochains jours du texte sur la corruption au niveau de l’Assemblée Nationale.

La part réservée aux jeunes et femmes entrepreneurs dans les attributions des marchés publics sera désormais portée à 25% soit une augmentation du 5%.

« Même quand le quota était à 20%, le Chef de l’État n’était pas satisfait. Maintenant il dit d’amener ça à 25% et tous les services de l’État vont se mobiliser à la fois pour simplifier toutes les formalités dans la création d’entreprises par les jeunes et les femmes », a expliqué le ministre Bawara parlant de cette mesure prise il y a une année.

Dans la même lancée, le Président de la République a également évoqué une réinvention de l’administration publique pour un service de qualité. Pour le ministre en charge de la Fonction publique, le constat a montré qu’au Togo, le service public ne répond pas efficacement aux attentes des usagers. « Il faut être honnête et sincère si le président n’est pas satisfait, c’est que les Togolais ne sont pas satisfaits des services publics. Il reçoit quotidiennement des Togolais de toutes les contrées. Quand on a un contrat avec l’État, et quand on est au bureau, chacun de nous doit se demander à la fin d’une journée s’il a fait avancer tous les dossiers qui sont de sa responsabilité. Nous allons réfléchir à la fois pour les textes qui régissent la fonction publique, mais en même temps créer toutes les autres conditions notamment la valorisation des salaires, l’amélioration du cadre de travail. Mais en contrepartie de tous ces gestes qui sont faits par l’État, qu’est-ce que nous en tant qu’agents publics nous devons faire ? C’est la question. Alors il faut sortir de la fonction publique de carrière et faire en sorte que le diplôme ne soit pas le seul élément sur lequel est indexé le salaire. (…) Ainsi pour cette mesure, il nous faut réfléchir ensemble avec tous les acteurs afin d’introduire des éléments d’efficacité, d’efficience et de productivité et de résultat parce que les motivations sont déjà en train d’être réalisées », a laissé entendre le ministre Bawara.

S’agissant des élections locales en vue, elles sont une « nécessité » d’après le ministre.

« La décentralisation ne peut vraiment produire des effets et conduire aux résultats que nous recherchons que si parallèlement il y a une déconcentration. C’est-à-dire que si nous amenons le maximum de services au plus prêt des populations », souligne-t-il.

Au sujet de la loi sur la sécurité intérieure annoncée par le Chef de l’État, le ministre Trimua a fait savoir qu’elle permettra aux forces de l’ordre et de défenses de mieux coopérer avec les États de la sous-région en matière de partage d’informations, mais aussi apportera une meilleure coopération entre les forces de sécurité et de défenses et les citoyens du pays.

Raphaël A.

 

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…