Developed in conjunction with Ext-Joom.com

mercredi, 21 août 2019 12:35

Conflit foncier à Gbamakopé : Le MMLK plaide pour une intervention du Chef de l'État, Faure Gnassingbé

©AfreePress-(Lomé, le 21 août 2019)- Seul le chef de l'État a le pouvoir de trouver une solution acceptable à la situation qui en cours à Gbamakopé, estime le Mouvement Martin Luther King (MMLK) dans une correspondance adressée au Président de la République, Faure Gnassingbé.

« Votre implication s’avère indispensable en tant que garant de la MAGISTRATURE SUPRÊME et initiateur du mandat social en vue de faire surseoir à ces opérations de démolition des habitations jusqu’à nouvel ordre. Il n’est pas encore trop tard pour remettre les pendules à l’heure car c’est le prix à payer pour préserver la paix et la stabilité sociale », avance le MMLK dans sa lettre adressée ce mercredi 21 août 2019 au Chef de l'État, Faure Gnassingbé.

De quoi s'agit-il ? Lundi 19 août 2019, dans la localité de Gbamakopé, des engins de démolition accompagnés des forces de l'ordre sont intervenus pour obliger les populations de cette localités à quitter les 366 hectares de terres qu'elles occupent. Les lieux, disent-ils, ont été rachetés par un acquéreurs disposant de documents administratifs valables qui prouvent son droit de propriété sur Gbamakopé. Très vite la résistance des populations s'organisent et des affrontements éclatent entre celles-ci et les forces de l'ordre faisant des blessés.

Dans son courrier au Chef de l'État, le MMLK revient en détail sur la genèse de cette crise et dénonce la "complicité" de certains juges, avocats et notaires et le "mauvais" fonctionnement des services de l'État ayant fait que plusieurs personnes disposent de documents officiels sur les mêmes parcelles. 

« Il ressort sans doute que les manquements et les défaillances notoires de l’administration togolaise notamment les services de l’urbanisme, de l’équipement rural, des impôts et des affaires domaniales, ont contribué largement à légitimer d’une manière objective les occupants. Car il est inadmissible que les services publics engageant les responsabilités de l'État en apposant le sceau officiel sur les documents fonciers, reviennent pour se renier et se contredire comme si de rien n’était », écrit le MMLK.

Le mouvement s'en remet au Chef de l'État devant qui, il défend la cause des populations menacées et plaide pour une issue favorable garantissant les droits des plus démunis. 

Il faut rappeler qu'en dehors de Gbamakopé, les localités de Davie Kpota , Amadahomé , Kpogan, Baguida Luxolin, Djidjolé, Lomégan, Gbetsogbé et Noudokope, sont elles aussi concernées par des conflits fonciers du même type.

A.Y.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…