Developed in conjunction with Ext-Joom.com

lundi, 02 septembre 2019 11:54

Politique : Claude AMEGANVI sort de son silence et dit tout le mal qu'il pense de la C14 et de ses leaders

©AfreePress-(Lomé le 2 septembre 2019)- Très en retrait de la scène sociopolitique togolaise depuis quelques années, Claude AMEGANVI, le patron du Parti des Travailleurs, sort de son silence à l’occasion des 28 ans d'anniversaire de la Conférence nationale souveraine et en dresse le bilan.  Dans une interview accordée au site www.togoscoop.com, l'un des meilleurs amis de l'activiste politique, feu Tavio AMORIN saisit cette opportunité pour se prononcer sur l’actualité politique nationale et dire tout le bien (ou le mal) qu’il pense des leaders de l’opposition actuelle notamment Tikpi ATCHADAM, Jean-Pierre FABRE, Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON...

Les meilleurs morceaux de cette interview fleuve accordée au site www.togoscoop.com portent sur la gestion par l'opposition togolaise de la crise sociopolitique du 17 août 2017 et le rôle joué par certains leaders de l'opposition dans l'échec des revendications portées par cette opposition. La « trahison du peuple » par l'opposition, dit-il, se répète inlassablement depuis « 28 ans à travers les mêmes négociations, dialogues et accords bidons, conduisant au triste bilan de cette situation catastrophique qui n’a cessé de s’aggraver dans notre pays en conséquence de la ruine du combat engagé par le peuple togolais le 5 octobre 1990, ce dont le raté de cette conférence est une vivante expression ».

L'homme dit avoir pris part aux côtés des leaders de la C14, à toutes les manifestations qui ont été appelées en 2017 jusqu’à celle du mois de novembre 2017 où cette Coalition a commencé à expliquer ouvertement que les marches pacifiques qu’elle organisait avaient désormais pour objectif d’obtenir un « bon dialogue » avec le Président Faure Essozimna GNASSINGBE sous l’égide de chefs d’Etat étrangers. 

« Étant profondément en désaccord avec ces dialogues auxquels nous n’avons jamais participé et ne participeront jamais en tant que parti, nous avons arrêté d’appeler à participer et de participer aux marches pacifiques organisées sur une telle orientation que nous dénonçons clairement depuis lors. N’ayant jamais fait dans la confusion des genres, nous sommes bien placés pour voir à quelle issue catastrophique cette funeste orientation a fini par conduire ce mouvement pourtant plein de promesses », laisse-t-il entendre dans l'interview.

Selon lui, la « CEDEAO n’a été que le bras armé de la défense des intérêts impérialistes incarné par le fameux « Groupe des 5 » avec l’impérialisme français pour le chef de file ». « Si on se rappelle de tous les voyages faits par Emmanuel MACRON en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Nigeria et dans d’autres pays d’Afrique. Au plus fort de la crise consécutive à la répression sanglante de la marche pacifique du 19 août 2017, on a compris qu’il s’y est rendu pour dicter à ses vassaux africains, qu’il a également reçus à Paris, comment bien défendre les intérêts de l’impérialisme, principalement français, au Togo, avec les inévitables contreparties comme ce fut le cas pour BUHARI du Nigeria qui a vraisemblablement été maintenu en place avec son soutien. A cela s’ajoute le fait que peu après l’ouverture de cette crise, les trois principales figures de la C14, puis un dirigeant du PNP, ont été reçus en France, à l’Elysée et au Ministère français des Affaires étrangères, dans une honteuse tradition coloniale où nos « leaders opposants » acceptent d’aller se faire dicter des décisions concernant l’avenir de nos peuples dans les cabinets du pouvoir français. Au mépris de la souveraineté de notre pays et de son peuple, les partis membres de la C14 ont ainsi fait le choix de se mettre sous la tutelle d’un dialogue, le 28e du genre, orchestré par les grandes puissances étrangères via le syndicat des chefs d’Etat africains de la CEDEAO, dictateurs corrompus et corrupteurs notoires, et de leur prétendue « feuille de route » dont l’expérience vivante a montré qu’elle ne visait qu’à les piéger. Il n’est donc pas étonnant qu’ils se soient ainsi fait rouler dans la farine au compte des intérêts des grandes puissances défendus par la CEDEAO à laquelle ils ont naïvement fait confiance après s’être laissés corrompre comme on l’a vu avec le traitement final qu’a fait cette institution de ce dossier togolais ! », martèle l'autre frère la famille AMEGANVI.

Cette opposition et ces leaders, poursuit-il, portent une « grave responsabilité » et le sang des martyrs qu’ils devront, seuls, assumer devant l’histoire quand elle jugera. « Pour notre part, au Parti des travailleurs, nous n’avons cessé de dénoncer dans tout ce qui a été fait dans ce cadre, d’une part, une entreprise rétrograde de remise sous tutelle du Togo comme ce fut jadis le cas à l’époque coloniale où il fut soumis au régime du mandat puis de la tutelle, d’autre part, une tentative de liquidation de la volonté du peuple togolais d’en finir avec la dynastie cinquantenaire moribonde EYADEMA-GNASSINGBE », fait savoir Claude AMEGANVI qui dit n'avoir pas été consulté au moment où se constituait la C14.

« Nous n’avons pas été consultés et nos tentatives de discuter avec le PNP avec lequel nous avions constitué par le passé le Front Tchoboé sont restées sans suite… Ceci nous a fait comprendre, rétrospectivement, que tous savaient dès le départ qu’ils allaient immanquablement tromper le peuple togolais en s’engageant dans la voie d’un énième dialogue avec le régime RPT-UNIR qu’ils disaient pourtant condamner et auquel ils n’ignoraient pas que nous serions fermement opposés », mentionne le président du Parti des Travailleurs.

A.Y.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…