© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 11 février 2020)- La campagne électorale comptant pour l’élection présidentielle du 22 février 2020, se poursuit partout sur l'étendue du territoire national. Dr Georges-William Kouessan du parti Santé du Peuple, l’un des sept candidats en lice pour ce scrutin, a entamé officiellement ses tournées en accusant un retard de cinq jours dû au décès de sa mère dont les obsèques ont eu lieu samedi dernier.

Lundi 10 février, le candidat Georges-William Kuessan a été accueilli par les populations d’Agoègan dans la préfecture des Lacs où il a présenté son projet de société.

« La campagne a député depuis six jours, mais à mon niveau j’avais eu un problème de famille donc je n’ai pas vite débuté. Mais nous avons quand même démarré la campagne dans de bonnes conditions. Hier nous étions d’abord à Agoègan où nous avons travaillé dans la matinée. Nous avons rencontré les populations et nous leur avons parlé de notre projet de société avec à l’appui, un message essentiel qui est d’aller voter massivement le 22 février naturellement pour Santé du peuple », a indiqué le Candidat Dr Georges-William Kouessan. L’équipe que conduit le patron du parti Santé du peuple, s’est ensuite rendue à Afagnan dans la préfecture de Bas-Mono. Mais là, elle a été confrontée à un problème.

Un groupe de jeunes a exigé le départ immédiat de la caravane. Un malentendu qui selon les responsables de ce parti, a été géré avec professionnalisme par la Force Sécurité Élection Présidentielle (FOSEP 2020).

« Quand on était arrivés à Afangnan, il y a un groupe de jeunes qui nous avait intimé l’ordre de quitter la localité et de ne pas travailler. Nous avons été sérieusement intimidés. Il a fallu l’intervention de la FOSEP pour que nous puissions poursuivre nos activités de campagne. Je tiens à féliciter les membres de la FOSEP qui ont fait un bon travail à Afangnan parce sans leur intervention, on serait obligés de repartir », a laissé entendre Dr Georges-William Kouessan.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 11 février 2020)- Le fait qu’il se soit retiré de la course aux élections présidentielles, n'empêche pas le Président du Nouvel engagement Togolais (NET), Gerry Taama d'être toujours actif sur le terrain et dans les débats portant sur l’actualité sociopolitique du pays. Se prononçant sur la campagne électorale en cours, le député a déploré plusieurs irrégularités dans le camp des six (6) partis de l’opposition qui sont dans cette compétition.

« Mon observation de la précampagne et de la campagne qui a commencé n’a pas changé. D’un côté il y a un bulldozer qui semble bien organisé (avec des moyens colossaux issus de la gestion de l’Etat) et de l’autre côté, des vélos qui ne font pas le poids. Quand je vois les affiches, l’organisation des meetings, les messages des candidats de l’opposition, il est évident que peu ont fait appel à un cabinet de communication. Il y a de l’impréparation, Mais à leur décharge, et je le dis en permanence, il y a l’absence de ressources financières », a-t-il indiqué.

Selon Gerry Taama, cette faiblesse financière a aussi conduit à ce que la campagne n’occupe pas sérieusement le pays. Les conséquences s’en ressentent lors des meetings dans les régions. Dans ce sens, le patron du NET estime que « tant que l’opposition togolaise ne trouvera pas des moyens financiers pour exister sur le terrain de façon permanente, l’alternance sera difficile ».

Il a par ailleurs invité les candidats de l’opposition en lice pour cette élection, à éviter de dire que les conditions de transparence et de crédibilité de cette élection ne sont pas réunies, tout en continuant à faire la campagne. Car, « c’est faire une chose et son contraire à la fois ». Ce qui, a-t-il dit, démobilise les militants et donne l’impression d’une mise en scène ».

Anika A.

©AfreePress-(Lomé, le 11 février 2020)- Dans un communiqué rendu public dimanche 9 février 2020, le Mouvement Martin Luther King a lancé un appel aux préfets, aux maires et aux chefs traditionnels à respecter le programme de campagne de tous les candidats en lice pour l’élection présidentielle du 22 février prochain. 

Le MMLK à travers cet appel, entend dénoncer l’annulation d’un meeting prévu par le candidat de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) à Gando (Oti Sud) par le préfet de cette localité. « Après 72 heures d’opération de charme des candidats, une fausse note s'est glissée maladroitement dans cette campagne. Pour cause, à Gando selon les responsables de l’ANC, la rencontre prévue à 9 h aurait été interdite par le préfet au motif que le candidat d’UNIR serait dans les environs », a déploré le MMLK.

« Le meeting de l’ANC, selon le MMLK a été annulé à cause du zèle de ce préfet alors que le programme de campagne dudit parti a été présenté aux autorités locales. Il serait fatal et attentatoire à l’équité de ce scrutin si, pendant la campagne officielle, les autorités préfectorales, municipales et traditionnelles, censées être ouvertes à tous les candidats s’illustrent tristement en militants d’un parti pour empêcher les autres candidats », poursuit le communiqué.

Le Mouvement Martin Luther King qualifie la décision du préfet de « comportement regrettable » et dit avoir aussitôt été informé, fait part de « ses vives préoccupations » au ministre de l’Administration territoriale, ainsi qu'à celui de la Sécurité et au Président de la CENI tout en leur demandant de veiller à garantir l’accès équitable à tous les candidats au territoire national. Tous les candidats se valent et « nul ne peut occulter les activités des autres pourvu qu’ils ne se retrouvent à la même place à la même période », écrit pasteur Edoh Komi.

Le mouvement a pour finir, invité tous les acteurs impliqués à veiller pour la réussite de la campagne.

Raphaël A.

Le groupe allemand HeidelbergCement, à travers ses filiales Scantogo et Cimbénin a procédé lundi 10 février 2020, au lancement d'un projet d’appui à la gestion durable de la biodiversité de la réserve de biosphère transfrontalière du Mono (Togo/Bénin) dans le cadre de son engagement en matière de durabilité à l’horizon 2030.

Le partenariat a été officialisé par la signature à Lomé des documents entre le représentant du groupe HeidelbergCement au Togo, Éric Goulignac et les responsables de huit ONG, ciblées pour exécuter le projet.

D’un montant global de 40.000 euros, soit 26.000.000 FCFA, le projet dont l'exécution va durer 12 mois, va permettre de mener des actions allant dans le sens de la protection des espèces animales fortement menacées dans la partie sud du fleuve Mono (frontière entre le Togo et le Bénin).

Concrètement, les fonds mis à la disposition par Scantogo et Cimbénin permettra aux huit ONG (dont 5 au Togo et 3 au Bénin), déjà engagées sur le terrain d’intensifier des actions de conservation et de protection d’espèces fauniques menacées. 

Il s’agit de conservation et de protection d’hippopotame (Hippopotamus amphibius), de mangroves, de tortues marines (Lepidochelys olivacea, Dermochelys coriacea, Chelonia mydas, Caretta caretta et Eretmochelys imbricata) souvent capturées dans les filets des pêcheurs côtiers, des lamantins d’Afrique (Trichechus senegalensis) et faire un suivi de la biodiversité dans la partie restaurée de la carrière de SCANTOGO.

Pour Éric Goulignac, cette action en faveur de la protection de la biodiversité entre dans le cadre de la responsabilité sociétale du groupe HeidelbergCement.

« SCANTOGO en tant qu’une grosse industrie au Togo a un impact sur l’environnement à travers sa carrière. On attend à travers ce projet, une sensibilisation des populations sur la protection de la biodiversité, mais aussi, à ce qu’on puisse trouver un équilibre entre l’activité humaine et la protection de l’environnement y compris bien sûr des espèces qui sont en danger dans l’espace de la biosphère du fleuve Mono. À la fin, nous comptons avoir un impact positif sur l’environnement et pouvoir ainsi inciter d’autres grandes industries à nous accompagner dans la protection des espèces protégées en Afrique », a-t-il confié à l’Agence de presse AfreePress.

À noter que le groupe HeidelbergCement est le deuxième cimentier mondial avec 60 000 employés dans 60 pays, 3 000 sites. Il est présent sur les 5 continents.

Raphaël A.

Page 8 sur 1561

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…