© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 16 février 2020)- Le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé poursuit sa campagne de proximité dans les villes du Togo. Samedi 15 février 2020, le candidat du parti Union pour la République (UNIR) était dans les villes d'Atakpamé et de Kpalimé où il a tenu des meetings. Accueilli par une foule des grands jours à Atakpamé, le Président de la République a exprimé sa gratitude aux populations de l’Ogou pour les « efforts et engagements qu’ils consentent en soutenant ses actions et initiatives de développement ».

« C'est toujours un plaisir que je vous retrouve, parce que je vois et j’entends ce que vous me dites et je constate que votre loyauté, votre fidélité, votre soutien à ma modeste personne ne se démontrent plus. Élection après élection, nous avons cette chance de pouvoir compter sur vos voix et nous ferons toujours tout pour ne pas vous décevoir », a-t-il déclaré.

Le candidat a profité de l’occasion, pour rappeler à son auditoire, les différentes politiques mises en place par le gouvernement dans le cadre du processus de réconciliation nationale, surtout après la crise sociopolitique de 2005.

« C'est ici à Atakpamé que j'ai lancé cet appel et à l'issue de cet appel, la classe politique m'a entendu, les populations nous ont suivi, et nous avons initié et lancé le processus de la réconciliation nationale. Les indemnisations se poursuivent et j'espère que cela contribuera à panser les plaies et apaiser les cœurs de ceux qui ont dû souffrir pour une raison ou une autre. La conclusion que j'ai faite ce jour-là, c'est, "plus jamais ça dans notre pays". Aucun Togolais, aucune Togolaise ne doit voir son sang couler simplement pour des différends, pour des divergences politiques ou partisanes. Cela ne vaut pas le coup », a martelé le N°1 togolais.

Le “Champion” des militants UNIR a instruit les populations de l’Ogou à cultiver la paix, et à éviter toutes tentatives de soulèvement ou d’insurrection populaire. « Seules les élections départageront les concurrents ou les candidats ou les compétiteurs à une élection qu'elle soit municipale, législative ou présidentielle. Le peuple nous départagera. Il est inutile de chercher d'autres moyens hors constitutionnels. Parce que je dis que le peuple a bâti ce processus et je réaffirme que la voix du peuple c'est la voix de Dieu », a-t-il lancé.

Parlant de son programme de société, Faure Gnassingbé pense que les défis qui sont à relever restent sur le plan socio-économique. « Beaucoup plus d'importance va être accordé à la reddition des comptes et à la lutte contre la corruption. Nos ressources acquises doivent être gérées et utilisées avec beaucoup de rigueur. Nous devons à tout prix éviter le gaspillage et le vol. Le Plan Communal de Développement doit être élaboré avec l’implication des populations ainsi que son exécution.

La déclaration des biens par ceux qui gèrent les structures de l'État pourra démarrer. Dans le cadre du programme CIZO, toutes les structures de santé seront prises en compte. Les populations bénéficieront de soins de qualité à proximité et à coût abordable », a annoncé le Président de la République.

Anika A.

©AfreePress-(Lomé, le 16 février 2020)- Les sept (7) candidats en lice pour l’élection présidentielle du 22 février au Togo ont jusqu’au 20 février pour convaincre l'électorat. De localité en localité, ces candidats multiplient des meetings et rencontres pour présenter aux populations leurs projets de société. Le candidat de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) Jean-Pierre Fabre était dans la préfecture de Kloto vendredi dernier où il a tenu un meeting à Kpalimé (à 120 km au nord-ouest de Lomé).

L’ex-chef de file de l’opposition, a à occasion détaillé son programme de société, qui selon lui est le « meilleur programme qui prend en compte les préoccupations des populations ».

Devant ses militants, le candidat de l’ANC a promis la construction d'un chemin de fer allant de Lomé en passant par Kpakimé jusqu'à Cinkassé lorsqu'il sera élu Président de la République. Ceci a-t-il dit, pour faciliter le transport des marchandises et des produits agricoles. Il a également promid le bitumage de la route du marché de Kpalimé afin de mettre les femmes dans de bonnes conditions de travail.

Les responsables de l’ANC ont en outre, appelé les populations à aller voter massivement le 22 février prochain pour faire de lui, le porte-flambeau de l’alternance au Togo.

« C’est un impératif de remporter cette élection… Le 22 février 2020, les choses doivent changer et les Togolais voteront nécessairement l’ANC et son candidat. Car, c’est lui qui offre la clé qui doit ouvrir les portes du vrai changement pour le Togo et les Togolais », a indiqué Me Manavi Isabelle Améganvi, 2e vise présidente de l’ANC.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 14 février 2020)- Les cadres et militants du parti Union pour la République (UNIR), sont fortement mobilisés pour la victoire de leur « champion » Faure Gnassingbé au soir du 22 février 2020. Pour preuve, plusieurs de ces cadres sont sur le terrain depuis le début de l'opération de charme des électeurs. C'est le cas du député Noêl Depoukn, président national de la Nouvelle Jeunesse pour le Soutien au Président Faure (NJSPF).

Samedi dernier, l'équipe conduite par le député était dans le canton de Loko, plus précisement à Kpimbong (préfecture de l'Oti) où il a vanté les qualités de son candidat, le Président de la République sortant, Faure Gnassingbé. Partout où l'équipe est passée dans le cadre de cette campagne porte à porte, le mot d'ordre a été une forte mobilisation des populations pour « plébisciter » le candidat du parti au pouvoir le 22 février prochain. «Il faut plébisciter le Président Faure Gnassingbé, le candidat de notre grand parti afin de lui permettre d'achever les grands chantiers qu'il a commencés», a dit le député à ses interlocuteurs.

Ces grands chantiers, selon lui, ce sont d'abord les infrastructures réalisées partout sur le territoire national par le Président sortant. C'est aussi les « multiples projets lancés dans le domaine social » tels que le FNFI et ses sous composantes, les cantines scolaires, l'assurance maladie en faveur des scolaires, le finacement des agriculteurs... et c'est enfin le renforcement de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans le pays. « Pour périnniser ces acquis, nous devons tous sortir massivement le 22 février prochain pour voter Faure Gnassingbé », a insisté le député sous les ovations des populations de la préfecture de l'Oti qui ont promis de voter à « 100% » pour le candidat du parti au pouvoir.

Il faut rappeler que la campagne s'achève le 20 février prochain sur toute l'étendue du territoire national. Le vote interviendra 48 heures après.

A.Y.

 

©AfreePress-(Lomé, le 15 février 2020)- Le débat radiodiffusé entre le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Gilbert Bawara et l'ancien ministre de l'Intérieur (2002-2005), François Akila Esso Boko, prévu pour avoir lieu ce samedi 15 février 2020 sur radio Kanal K, depuis la Suisse n'a pas finalement eu lieu. Selon les informations à la disposition de l'Agence de presse AfreePress, ce débat a été annulé sur demande de l'ancien ministre de l'intérieur, en exil en France depuis 15 ans déjà.

Dans une mise au point publiée par la rédaction de cette radio, il est dit que les deux personnalités devraient débattre sur les conditions de transparence de l'élection du 22 février prochain au Togo. « C'est avec regret que nous livrons cette information, car toute la rédaction était mobilisée pour ce faire. M. François Akila Esso Boko a, au dernier moment decliné notre invitation pour une raison d'ordre technique qui, en temps normal, relevait strictement du ressort de la rédaction. Nous ne pouvons passer sous silence la déception de notre rédaction et présentons nos excuses à M. Bawara et surtout à vous, nos auditrices et auditeurs. Enfin, nous voudrions réaffirmer une fois encore ici notre attachement à la liberté éditoriale, organisationnelle et de la programmation dont jouit un média digne de ce nom », indique cette radio dans son communiqué.

M. François Akila Esso Boko s'est-il défilé face au ministre Bawara ? N'avait-il pas assez d'arguments à opposer à son interlocuteur ou tout simplement a-t-il craint de ne pouvoir pas faire le poids ? Les arguments vont bon train sur les réseaux sociaux et les plateformes pour expliquer cette situation chacun allant de son commentaire.

Cependant, l'intéressé dans un messagge posté quelques heures après cette annulation, sur son compte Twitter a tenu à donner les raisons qui l'ont amené à prendre cette décision à quelques minutes seuelment du début de l'émission. Selon M. Boko, la décision découle du fait que la radio ait décidé de faire l'émission en différé en non en direct avec les risques de manipulation que cela comporte. « La manipulation, s'il devait y avoir, pouvait concerner les deux invités. Nous avons de tout temps l'habitude d'enregistrer des émissions et cela n'a jamais posé de problème», a déploré le ministre togolais de la Fonction Publique.

A.Y.

Page 2 sur 1561

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…