© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

©AfreePress-(Lomé, le 12 décembre 2018)- Les jeunes de la préfecture de Doufelgou et ceux d'Agbande Yaka sont décidés à rompre avec la « monotonie des candidatures improductives ». Depuis Doufelgou, les informations font état de ce que certains jeunes de cette préfecture s'opposent farouchement à des candidats qu'ils rejettent et dénoncent.

« Ces vieux ne font jamais rien pour nous, oui on dit bien rien. Depuis des années nous avons demandé à être représentés par un jeune, quelqu'un qui nous comprenne, quelqu'un avec qui on peut causer car étant de notre âge. Voilà qu'on écarte sa candidature et on nous impose des gens qui ne connaissent rien de nous et de qui nous ne connaissons rien aussi », s'emportent certains de ces jeunes reçus mercredi 11 décembre au téléphone.

« Les jeunes d'Agbandé Yaka sont énervés. Le député sortant, Dr Tchamon natif de Yaka n'a rien fait pour nous, après avoir été élus, ces députés disparaissent et brillent par leur absence aux côtés des populations, surtout des jeunes », crient d'autres personnes à Agbande Yaka.

Que reproche exactement la population de Doufelgou à Unir?

Ils disent n'avoir absolument rien contre UNIR. Mais ont des griefs contre les candidats que ce parti à imposés à leur localité. « Notre choix s'est porté sur Jean Claude Fintakpa LAMEGA. Et depuis nous l'avons clairement exprimé. Pourquoi changer des gens qui ne sont pas proches des populations ? », dénoncent-ils.

Selon eux, le sieur LAMEGA, M. Jean Claude LAMEGA est un homme très proche des populations de Doufelgou et de ses environs. Il s'investit énormément dans la jeunesse à travers des tournois de football, des dons de cahiers, de lampes à pétrole, d'équipements. Il prend en charge certains bacheliers qui n'ont pas des moyens de continuer leurs études à l'université, il fait des dons de kits scolaires aux populations les plus démunies, et organise régulièrement des échanges débats avec les jeunes. En bref, il accorde beaucoup de son temps et de son énergie pour écouter et échanger avec les jeunes et trouver avec eux, des solutions à leurs difficultés.

Les témoignages recueillis font état de ce qu'il aurait su contenir plusieurs jeunes qui préparaient des actes de violences sur les candidats et a réussi à maintenir la paix sociale dans cette partie du pays. Selon les indiscrétions, la situation a été portée aux oreilles du chef de l'État, président du parti UNIR mais malgré tout, « certains ont choisi d'écarter la candidature du sieur Jean Claude LAMEGA pour des raisons lugubres », dénoncent un natif de la localité interrogé.

Contacté, M. Jean Claude n'a pas voulu trop s'attarder sur la question expliquant que le plus important est le parti et, selon lui, il faut œuvrer pour qu'UNIR gagne... Ses proches estiment que le plus dure pour ces élections n'est pas d'être élu mais surtout d'être crédible devant les populations.

Joint par la rédaction d'AfreePress, le camp du député Tchamon se défend de toutes ces accusations. « C'est de vous que j'apprends ce problème sinon je suis tout le temps avec les jeunes ici. Leurs problèmes sont les miens. Mais vous savez que dans notre pays aucun député n'a de dotation de l'Etat pour aller développer sa localité. Est-ce que M. LAMEGA est de Siou ? Donc depuis 2013 M. LAMEGA pose des actes comme ça pour être retenu comme candidat en 2018 ? Nous travaillons pour le bon résultat du parti. Ce n'est pas à titre personnel que nous faisons ce travail. Nous parcourons les villages et nous travaillons sans problème », a-t-il dit mettant ces accusations sur le compte de la jalousie de ses détracteurs.

Rafiou B.

©AfreePress-(Lomé, le 11 décembre 2018)- Une délégation de l’Institut National d’Assurance Maladie Obligatoire (INAMO) de Guinée Conakry séjourne depuis le 5 décembre 2018 à Lomé où elle effectue une mission d'études à l’Institut National d’Assurance Maladie du Togo (INAM-Togo).

Cette mission qui prend fin le 12 décembre prochain est une occasion offerte à l'INAMO de s’inspirer du modèle d’assurance maladie du Togo dont les avancées sont saluées dans la sous-région ouest-africaine.

Durant sept (7) jours, l'équipe guinéenne s’est imprégnée de l’expérience de l’INAM en matière de gestion des ressources humaines, des différents modes de financement d’une assurance maladie, de l’immatriculation, du recouvrement, de conventionnement, de contrôle médical...

«Après plus de 6 ans d’activités, nous avons réussi à positionner l’institution comme un acteur majeur de la délivrance des prestations d’assurance maladie dans tout ce qui est gestion des risques maladie, de contribution de l’institution à la politique d’extension d’assurance maladie. Nos frères d’autres pays qui se lancent sur ce chemin ont bien voulu solliciter notre expertise pour améliorer leurs prestations. Au travers des échanges que nous avons eus avec la délégation INAMO, nous avons partagé notre vison aujourd’hui de la mise en place de l’assurance maladie. Nous avons fait du chemin et nos amis de la Guinée qui veulent démarrer leur histoire en matière de construction de leur assurance maladie sont venus apprendre auprès de nous. Donc je crois que nous qui avons déjà une certaine expérience en la matière, notre apport sera important », a confié à l’Agence de presse AfreePress, WINGA Dissaliba, chef du département Affiliation et recouvrement à l'INAM-Togo.

Pour le Chef de la délégation guinéenne, M. Thierno Mamadou DIALLO, Directeur Général Adjoint de INAMO, le parcours de l’INAM-Togo est un parfait modèle de réussite et ses apports vont contribuer à définir des bases solides pour lancer l’assurance maladie en Guinée.

« Nous avons eu de très bonnes impressions de l’INAM Togo. Nous sommes impressionnés par l’organisation interne qui prévaut au sein de chaque département. La qualité et la rigueur dans les prestations du personnel sont aussi des valeurs qui nous ont beaucoup inspirés. Nous pouvons dire sans doute que nos objectifs sont atteints et que à notre retour au pays, nous pouvons aussi à partir des leçons apprises auprès de l’INAM du Togo, construire un institut d’assurance maladie de qualité », a-t-il déclaré.

Il faut noter que l'INAMO n’est pas la seule institution d’assurance maladie qui s’inspire du modèle togolais. En septembre dernier l’INAM Togo a aussi accueilli une délégation de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale du Cameroun, qui elle aussi était venue dans le cadre d’une mission d'études.

Anika A.

©AfreePress-(Lomé, le 11 décembre 2018)- Depuis 2005 la France soutient chaque année à hauteur de 20 millions d'euros (11 119 milliards) FCFA le Programme Économique Régional (PER) de l'Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Les experts des pays membres de l'UEMOA, réunis à Lomé lundi 10 décembre 2018, vont pendant cinq (5) jours examiner et évaluer le rapport provisoire portant sur l’aide Budgétaire Globale (ABG) de la France.

Les travaux de cet atelier entrent dans le cadre de la 10e réunion des Cellules Nationales de Suivi (CNS) et de la 23e réunion du Comité de Pilotage du PER.

Plus de 160 millions d’euros, soit 118 milliards FCFA ont été investis au cours de la période de 2005 à 2013, a fait savoir le représentant du ministre de l’Économie et des Finances à cette rencontre, Badanam Patoki à l’ouverture des travaux.

Ce financement, a-t-il poursuivi va permettre d’impulser et de soutenir la mise en œuvre du PER avec un effet de levier considérable, démontrant le caractère stratégique de l’ABG dans la mise en œuvre du PER.

Ce montant a principalement favorisé le financement de plusieurs projets dans le domaine de la lutte contre l’érosion côtière, de la réalisation des postes de contrôle juxtaposés, des stations de pesage et de l’hydraulique villageoise.

Les conclusions des travaux des experts serviront de base, d'après Badanam Batoki, pour renforcer le plaidoyer de la Commission de l’UEMOA à l’endroit du trésor français pour la poursuite de l’ABG.

Christelle A.               

Page 1 sur 1087

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…