© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 23 juin 2018)- Démarré en juin 2017 par une retraite nationale réunissant des experts internationaux et nationaux, des acteurs du secteur privé et des plus hautes autorités, le processus d'élaboration de la vision de développement à moyen terme au Togo connaît ce samedi une nouvelle étape décisive.

En effet, une nouvelle retraite nationale de haut niveau sur le nouveau Plan National de Développement (PND) 2018-2022 s'est tenue ce samedi 23 Juin 2018 au nouveau Palais de la présidence de la République. 

La rencontre a regroupé l’ensemble du gouvernement avec à sa tête le Premier Ministre, Komi Selom Klassou, les hauts cadres de l'administration, les responsables des institutions privées (banques, entrepreneurs agricoles, opérateurs économiques privés) ainsi que les partenaires techniques et financiers du pays.

Il est à noter que l'objectif de ce séminaire, ont indiqué les autorités gouvernementales, est de partager la vision à moyen terme telle que déclinée à travers le PND 2018-2022 qui succède à la SCAPE, de disséminer l'information sur les priorités qui fondent la stratégie de développement proposée par le PND, de créer une synergie d'actions entre les différents acteurs impliqués dans la réalisation des objectifs visés par le PND et d'augmenter l'adhésion, l'appropriation et la compréhension des acteurs clés du PND.

Pour ce faire, les participants se sont penchés, au cours des travaux, sur les défis à la réalisation et sur les meilleurs moyens de réussir la mise en œuvre du PND. « Le Programme National de Développement 2018-2022 est fondé sur la volonté du Chef de l'État de changer de paradigme pour transformer structurellement l'économie togolaise en focalisant l’ensemble des efforts sur quelques axes stratégiques et sur des projets structurants», a laissé entendre Stanislas BABA, Conseiller du Président de la République. 

Selon le gouvernement, l'orientation à moyen terme du PND 2018-2022 s'appuie, par ailleurs, sur les défis majeurs dégagés du diagnostic de la situation économique, sociale et environnementale. Cette orientation est déclinée en trois axes stratégiques à savoir: mettre en place un hub logistique d'excellence et un centre d'affaires de premier ordre dans la sous-région ; développer des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d'industries extractives ; consolider le développement social et renforcer les mécanismes d'inclusion. « Le nouveau Plan national de développement n'est pas le produit du gouvernement seul, il est le produit de l'ensemble des acteurs et je pense que ce faisant, nous nous donnons toutes les chances de succès », a ajouté M. Stanislas BABA.

Il faut souligner au passage que le gouvernement compte mettre en place une agence dédiée notamment à l'implémentation du PND pour s'assurer de l'atteinte effective de ses résultats. Ladite agence aura pour mission de disposer d'un outil intégré, focalisé et suffisamment efficace pour mobiliser l'ensemble des acteurs, notamment le secteur privé et la société civile.

In fine, il faut rappeler qu'après cette retraite nationale, le PND sera approuvé formellement par le Conseil des ministres.

Raphaël AZIAMADJI.

©AfreePress-(Lomé, le 23 juin 2018)- Les députés togolais ont adopté ce vendredi 22 juin 2018 au nouveau siège du parlement à Lomé, la loi de finances rectificatives gestion 2018 ainsi que la loi modificative de la loi uniforme n°2016-005 du 14 mars 2016 relative à la règlementation des Bureaux d’informations sur le crédit (BIC).

Selon le Ministre de l'Economie et des Finances, Sani Yaya, l'adoption de la première loi permettra au gouvernement de maintenir « l'élan des réformes pour préserver la stabilité macroéconomique, améliorer la protection sociale, préserver la viabilité de la dette à long terme et renforcer le potentiel de croissance du pays ». Le budget voté s’équilibre en recettes et en dépenses à 1.307,6 milliards FCFA contre 1.318,5 milliards dans la loi de finances initiale, soit une baisse de 11,0 milliards (-0,8%) concernant le budget général tandis que le budget de l’Etat intégrant les comptes spéciaux du Trésor s'équilibre en recettes et en dépenses à 1310,9 milliards FCFA. "En adoptant la loi de finances rectificative, vous donnez au Gouvernement les moyens de son action", a laissé entendre le Ministre à l'endroit des élus du peuple. 

En outre, la seconde loi adoptée notamment la loi modificative de la loi uniforme n°2016-005 du 14 mars 2016 relative à la règlementation des bureaux d’informations sur le crédit (BIC) permettra quant à elle, « d'enrichir la base d'information du BIC et partant d'améliorer la notation de notre pays dans l'évaluation du climat des affaires », a souligné le Ministre de l'Economie et des Finaces.

Il faut rappeler que le BIC est une institution chargée de collecter auprès des organismes financiers, des sources publiques et des grands facturiers, notamment les sociétés de fourniture d'eau et d'électricité ainsi que les sociétés de téléphonie, des données sur les antécédents de crédit ou de paiement d'un client en vue d’établir des rapports de solvabilité détaillés servant de critères objectifs à la prise de décision en matière d’octroi de crédit. 

Aussi, contribue-t-il pleinement à l’amélioration du climat des affaires en favorisant une meilleure accessibilité au crédit, à travers la mise en place d’un outil efficace d’analyse, d’évaluation et de gestion des risques. 

Au demeurant, il permet notamment d’anticiper le surendettement des emprunteurs et de prendre des décisions plus appropriées en matière d’octroi de crédit aux particuliers tout en participant à l’amélioration de la qualité du portefeuille des banques et des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD).

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 23 juin 2018)- Le Président de la République, Faure Gnassingbé a reçu ce samedi 23 juin 2018 des mains du nouveau Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et Coordonnateur du Système des Nations Unies (SNU), ses lettres de créance. C'était au cours d'une cérémonie solennelle tenue au Palais de la présidence de la République en présence des membres du gouvernement et des représentants du corps diplomatique au Togo.

"Je suis venu présenter mes lettres de créance au Chef de l'État, et j'ai profité de cette première rencontre pour remercier le Togo de continuer a avoir une bonne collaboration et coordination des actions conjointes de développement avec les Nations Unies. J'ai également profité de cette occasion pour discuter avec le Président de la République de comment nous pouvons ensemble accélérer les progrès du Togo vers les Objectifs de Développement Durable (ODD). Comme vous le savez, les ODD mettent beaucoup plus l'accent sur la croissance inclusive et aussi veulent s'assurer qu'on ne laisse personne pour compte", a confié à l'Agence de presse AfreePress, M. Damien MAMA au sortir de son audience.

Les deux personnalités ont réaffirmé au cours de cette cérémonie, leurs engagements à œuvrer pour le bien-être de la population togolaise.

"Le Président de la République m'a assuré que le Togo restera engager pour les ODD et ensemble, nous allons adopter une approche concrète. Nous n'allons pas nous focaliser sur les discours mais nous allons travailler concrètement à transformer la vie des populations", a ajouté l'ancien Chef du Bureau des Opérations et de l’Etat de droit au sein de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo.

Agé de 45 ans, le nouveau Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Togo, Damien MAMA est de nationalité Béninoise. Il a pris officiellement ses fonctions ce samedi 23 juin 2018. Il succède à Mme Khardiata Lo N'Diaye qui est arrivée à la fin de son mandat après six (6) ans de bons et loyaux services au Togo.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 22 juin 2018)- Les multiples revendications des syndicats du secteur éducatif avaient sérieusement perturbé, durant les 6 premiers mois, l’année académique 2017-2018. Elles avaient, par voie de conséquence, amené le gouvernement à repousser la rentrée académique 2018-2019 au 15 octobre 2018.

Cependant, dans un communiqué rendu public ce vendredi 22 juin 2018, le gouvernement togolais a annoncé une nouvelle date pour la reprise des activités scolaires.

La rentrée est, à cet effet, ramenée au 24 septembre 2018 sur toute l’étendue du territoire national. L’objectif est, selon le gouvernement, de rétablir le rythme ordinaire des activités scolaires et pédagogiques.

Selon le même communiqué, cette nouvelle date annoncée par le gouvernement pour démarrer les activités scolaires s’explique par la signature d’un protocole d’accord entre les responsables syndicaux et le gouvernement togolais le 19 avril dernier. Ce protocole d’accord vise à rattraper le temps perdu et organiser les examens de fin d’année dans de bonnes conditions.

Moulikatou S.

Page 1 sur 880

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…