Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 19 septembre 2019)- Le Cabinet de Me AMAH Poyode Tom-ena se classe dans le Top 15 des meilleurs offices notariaux dans la zone OHADA (Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA)). Ce cabinet occupe la 3e place à l'édition 2019 de ce classement rendu public en début de cette semaine. Quels sont les critères qui ont concouru à ce résultat pour un cabinet togolais ? Dans l'interview à suivre, Me AMAH Poyode Tom-ena donne plus de précision et met en lumière les secrets qui ont conduit à cet exploit.

Voici l’intégralité de l’interview.

Bonjour Maître, votre cabinet vient d'être classé 3ème parmi les meilleurs Offices notariaux des 17 pays de la zone OHADA. Qu'avez-vous à nous pour sur les secret de cet exploit? 

Me AMAH Poyode Tom-ena : Avant tout propos, nous tenons à vous remercier pour l’intérêt que vous portez à notre rang dans ce classement et l’opportunité que vous nous offrez de nous exprimer à ce sujet.

Nous sommes naturellement animés par un sentiment de fierté, puisqu’au départ, nous étions cinq cents (500) études notariales présélectionnées pour ce classement. Et Dieu merci, parmi les quinze études retenues dans l’espace OHADA, nous occupons la troisième place. Toutefois, nous accueillons cette distinction avec humilité, parce que ce n’est pas une fin en soi. Le chantier de la dynamisation que nous avons entamé n’est qu’à ses débuts.

Sur quels critères avez-vous été évalués ?

Me AMAH Poyode Tom-ena : Les critères du classement ont été définis par le lex4, un Organisme de diffusion et de promotion du droit OHADA en Afrique, en Europe et dans les autres régions du monde. Toutefois, au vu des informations que nous avons reçues après le classement, il nous semble que les études notariales ont été évaluées sur la base des critères suivants : la forme juridique de l’étude et la certification, le volume annuel des dossiers traités, la pratique professionnelle, le management de l’étude, la notoriété et le positionnement de l’étude, l’expertise.

Pris sur ce plan, qu'est ce qui a fait la force de votre cabinet ?

Me AMAH Poyode Tom-ena : Notre rang dans ce classement a été déterminé par les six critères susmentionnés. En dehors de ces critères, nous pensons aussi que l’article scientifique que nous avons produit dans le cadre de ce classement a également été déterminant eu égard à l’originalité de la thématique abordée.

Quelle est la nature et la qualité des relations que vous avez avec vos clients... Sont-ils toujours satisfaits de vos prestations ?

Me AMAH Poyode Tom-ena : Dans notre approche clientèle, nous avons à cœur d’assurer une sécurité contractuelle optimale ainsi qu’un service de proximité réel. Nous mettons l’accent sur le fait d’entretenir des relations conviviales et privilégiées avec nos clients. Bref, nous faisons de la satisfaction de nos clients notre préoccupation principale.

Comment se compose cette clientèle ?

Me AMAH Poyode Tom-ena : Notre clientèle est composée des Sociétés étatiques, des Sociétés privées, des Filiales des sociétés internationales et des Particuliers.

Quels sont le plus souvent leurs demandes de prestations ?

Me AMAH Poyode Tom-ena : Nous intervenons dans les domaines comme le Droit des affaires, les  Successions et Libéralités, les Régimes matrimoniaux, le Foncier, le Secrétariat juridique, l’immobilier, le Conseil juridique. Nous intervenons dans tous les domaines relevant de la compétence du Notaire.

Si nous reprenons le sujet qui nous intéresse le plus. Je veux parler du classement OHADA. Quel changement va-t-il apporter dans votre travail ?

Me AMAH Poyode Tom-ena : Disons que c’est d’abord une note de satisfaction. Ensuite, ce classement représente une incitation du personnel de l’Étude à plus d’ardeur dans le traitement des dossiers de nos clients. 

Est-ce tout ? Ou il y a encore d'autres avantages que ce classement apporte à votre travail ?

Me AMAH Poyode Tom-ena : Cette distinction vient également renforcer notre engagement à poursuivre le processus de certification ISO que nous avons entamé ainsi que notre ambition d’aller vers une Société Civile Professionnelle, SCP, constituée de pools de notaires spécialisés.

Merci Maître pour ces impressions et perspectives partagées avec le public. Votre mot de fin.

Me AMAH Poyode Tom-ena : Comme mot de fin, nous vous remercions en premier lieu. Nous remercions ensuite le Magazine lex4 et ses partenaires pour cette initiative.

Nous remercions enfin, et surtout, nos clients pour la confiance placée en nous. Nous les exhortons à poursuivre cette belle aventure avec nous. Nous profitons de l’opportunité pour les informer que nous avons entamé un processus d’innovation en vue de les satisfaire davantage.  

Nous ne pouvons clore notre propos sans exprimer nos félicitations à nos collaborateurs. Ils ont travaillé d’arrache-pied pour que nous parvenions à cette reconnaissance ; et nous les voyons qui continuent de s’investir pleinement pour parfaire nos prestations.

Interview réalisée par Olivier A.

©AfreePress-(Lomé, le 19 septembre 2019)- Réuni en conseil des ministres mercredi 18 septembre 2019, le gouvernement a adopté un projet de loi portant modification de la loi de finances, exercice 2019 au Togo, a appris l’Agence de presse AfreePress. 

Cette décision, explique le gouvernement se justifie  par la mise en œuvre des réformes structurelles en vue d’une grande efficience dans la gestion des dépenses publiques ainsi que la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND2018-2022) ayant conduit à des modifications de certaines dispositions du code général des impôts.

« Le présent projet de loi de finances rectificatif, gestion 2019 permet au gouvernement de réajuster les prévisions de dépenses en fonction des recettes initialement attendues », indique le communiqué ayant sanctionné le conseil des ministres. 

Le projet de loi de finances rectificatif porte le montant du budget de l'État à 1501,9 milliards de francs CFA contre 1461 milliards de francs CFA dans la loi de finances initiale, soit une hausse de 2,8 %.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 19 septembre 2019)- Le Président de la République Faure GNASSINGBÉ, est préoccupé par le bon fonctionnement des nouvelles communes du pays, informe le communiqué ayant sanctionné les travaux du gouvernement tenus mercredi à Lomé. Les ministres doivent faire preuve de plus d'abnégation et s'investir dans la recherche des réponses adéquates aux préoccupations des populations, a exigé de leur part, le Président de la République à l'ouverture des travaux, indique ce communiqué.

Le N°1 Togolais s'est par ailleurs, félicité des efforts consentis par le gouvernement dans le domaine des ouvrages sociaux de développement, ainsi que des ouvrages d'art.

Il a en outre, insisté sur la nécessité pour les ministres de maintenir le cap des réformes et privilégier les dépenses d'investissement en veillant à la bonne préparation des projets afin de les porter à maturité.

Le Président de la République a enfin donné des instructions au ministre en charge de la Décentralisation et des Collectivités Locales, pour que celui-ci prenne les dispositions les plus utiles pour rendre opérationnelles les nouvelles communes et proposer des mécanismes et mesures de facilitation des relations entre les nouveaux organes élus et les représentants du pouvoir central.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 19 septembre 2019)- « Garantir la transparence dans la gestion de la chose publique au Togo ». Tel est l’objectif poursuivi par le gouvernement qui a pris mercredi 18 septembre 2019 en conseil des ministres, un décret portant attribution, organisation et fonctionnement de l'Inspection Générale d’Etat (IGE).

L’IGE, instituée par le décret N°72-192 du 15 septembre 1972, est un organe de contrôle administratif des finances publiques, informe le communiqué ayant sanctionné le conseil des ministres.

Elle est investie d’une mission générale et permanente de contrôle, d’audit, d’enquête, d’évaluation et de promotion de la bonne gouvernance, insiste le communiqué.

Pour le Président Faure Gnassingbé et son gouvernement, l’évolution du contexte national de contrôle a changé avec l’adoption de nouveaux textes et l’harmonisation de la gestion des finances publiques au sein de l’UEMOA, rendant ainsi caduques certaines dispositions du décret pris en 1972.

Il est apparu indispensable, explique le conseil des ministres, de faire une relecture des textes de l’IGE afin de prendre en compte les nouvelles normes et les bonnes pratiques communautaires et internationales en matière de contrôle et d’audit. Il permet, par ailleurs, de préciser les champs de compétences de l’Inspection Générale d’Etat par rapport aux autres organismes de contrôle », a indiqué le conseil.

Il faut rappeler que l’IGE est placée sous l’autorité du Président de la République en personne.

Raphaël A.

Page 1 sur 1391

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…