© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 21 janvier 2019)- Lomé abrite à compter de ce lundi 21 janvier 2019 et ce, jusqu’au vendredi 25 janvier, un atelier régional de « Renforcement des capacités sur l’analyse des politiques éducatives et des instruments juridiques internationaux ». Organisée par le Réseau Africain de Campagne pour l’Education Pour Tous (ANCEFA) en collaboration avec la Fédération Ouest Africaine des Associations des Personnes Handicapées (FOAPH) et Humanité et Inclusion (HI), la rencontre regroupe des experts venus de trois pays du Sahel (Burkina Faso, Mali et Niger).

Pour les organisateurs, la question de l’éducation inclusive reste plus que jamais d’actualité avec l’adoption en 2015 des Objectifs de Développement Durable (ODD) dont l’ODD4 vise à « assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous ». Pour ce faire, il s’avère nécessaire de mener un plaidoyer commun fort et soutenu à tous les niveaux pour que les gouvernements prennent et respectent leurs engagements pour une éducation « inclusive de qualité en définissant et en mettant en œuvre des lois, politiques, et des budgets plus inclusifs et prenant en compte les droits de tous à une éducation de qualité notamment ceux des enfants handicapés », a insisté IDRIS Maïga, Président de la FOAPH.

Durant cinq (5) jours, les participants vont élaborer des plaidoyers à soumettre aux gouvernants pour une politique d’éducation inclusive dans la sous-région. « L’ANCEFA souhaite renforcer les capacités des acteurs qui seront engagés dans les actions de plaidoyer à travers une formation sur l’analyse des politiques éducatives pour qu’elles soient inclusives. Dans la même lancée, ANCEFA souhaite également améliorer et approfondir leurs connaissances sur le fonctionnement, le rôle et les étapes décisionnelles des instances régionales et sous régionales (UA, UEMOA, CEDEAO et CONFEMEN) qui pourront être investies pour mener l’action de plaidoyer conjoint », a indiqué Doriane Tchamanbe, responsable du Renforcement à l’ANCEFA.

La rencontre de Lomé entre dans le cadre du projet « Éducation inclusive dans le Sahel (NORAD) » mis en œuvre au Burkina Faso, Mali et au Niger et permettra aux participants d’être capables de répertorier les instruments juridiques internationaux en lien avec l'éducation inclusive, identifier les conditions de base et les étapes pour l'élaboration d'un plan sectoriel inclusif, identifier les éléments d'analyse qui permettent d'apprécier qu'une politique éducative est inclusive. « Ils seront également en mesure de préparer l'outil d'analyse qui permettra d'apprécier la prise en compte de l'inclusion dans les politiques éducatives au Burkina Faso, au Niger, et au Mali », a-t-elle laissé entendre.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 janvier 2019)- La troisième session plénière de plein droit de la 6e législature prévue ce lundi est reportée sur mardi 22 janvier 2019. L’information a été portée à la connaissance des députés lundi 21 janvier à travers un communiqué du Doyen d’âge de l’Assemblée Nationale, le député André Johnson.

Il faut rappeler que cette troisième session de plein droit devrait permettre aux 91 députés élus lors des élections législatives du 20 décembre dernier de mettre en place le bureau de l’Assemblée Nationale ainsi que son président.

Raphaël A.

 

©AfreePress-(Lomé, le 21 janvier 2019)-Dans le cadre de la célébration de ses 14 ans d’existence, l’ONG « Aimes Afrique » a organisé le 20 janvier 2019, une soirée de gala à Lomé. Soirée au cours de laquelle les premiers responsables de cette ONG ont procédé à la présentation du bilan des 14 années passées et décerné plusieurs prix aux différents partenaires de l'organisation.

« Depuis quatorze ans, nous avons réalisé des activités qui sont contenues dans 6 axes stratégiques à savoirs : les formations et les recherches, les missions médico-chirurgicales à l’endroit des populations rurales, le projet de développement communautaire à travers 10 villages d'Aimes Afrique, la promotion du concept santé éducation, la lutte contre les maladies transmissibles et non transmissibles et enfin, la mobilisation des ressources financières et humaines. Globalement, le bilan est satisfaisant dans la mesure où aujourd’hui sur le plan national, nous avons 14 représentations à savoir neuf (9) sur le continent africain et cinq (5) à l’extérieur. Ceci démontre que la vision de « Aimes Afrique » qui est née au Togo est partagée dans le monde entier. Nous nous félicitons et encourageons nos partenaires techniques et financiers et aussi les membres, médecins qui ont compris que de nos jours, il faut aller vers une nouvelle forme de solidarité », a laissé entendre le président fondateur d’Aimes Afrique, Dr Michel KODOM.

Amener l’hôpital vers les populations, dans des régions vulnérables de l'Afrique. C’est la principale mission d’Aimes Afrique. Pour marquer d’un cachet spécial cet anniversaire, les responsables d'Aimes Afrique ont convoyé à Lomé plus d’une centaine d'adolescents venus des 10 villages pris en compte par le projet assainissement rural. Une occasion pour ces jeunes de mieux connaître la capitale et de participer aux différentes organisées par l’ONG.

Le projet d'assainissement rural prend en compte la santé, l'éducation, l’entrepreneuriat rural, la construction des infrastructures et des cantines scolaires.

Pour l'édition 2018, le meilleur prix a été remis au village de Kuma Apoti (Préfecture de Kloto, 130 km à l’ouest de Lomé).

« Ce n'est pas parce que l'on vit dans un milieu rural qu’on doit être mis à l'écart. Nous devons continuer de sensibiliser et de former ces populations. Nous allons toujours demander des soutiens auprès de nos partenaires financiers pour qu’on puisse relever le niveau de vie de nos parents qui vivent en milieu rural », a ajouté Dr Michel Kodom.

Pour la suite des activités marquant ce 14e anniversaire, une mission chirurgicale de prothèse de hanche aura lieu le 21 janvier 2019 au Centre hospitalier AIMES-AFRIQUE de Lomé. La mission sera dirigée par des partenaires de l’ONG venus de l’Allemagne.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 21 janvier 2019)-La phase régionale de la 2e édition du concours national « Graines du Togo » va débuter samedi 26 janvier prochain à partir de la région des Savanes et de la Kara.

Parrainé par le chef de l'État, Faure Essozimna Gnassingbé, ce projet vise à détecter des jeunes joueuses et joueurs de football de talent sur toute l’étendue du territoire national. Le concours prend en compte des jeunes filles nées entre 2001 et 2004 et des jeunes garçons nés entre 2003 et 2006.

Les candidats seront évalués sur plusieurs critères notamment leur maîtrise technique, leur qualité mentale, leurs aptitudes physiques et autres.

Le projet émane du sélectionneur national Claude LeRoy et son équipe et parrainé par le Chef de l’État dans le but de redynamiser l’ensemble des équipes de football du Togo.

Il faut noter que dans le cadre de ce projet, 43 centres de formation ont été créés sur l'ensemble du territoire national avec 15 éducateurs recrutés et formés par centre.

Le coût total d'exécution de la première édition était de quatre-vingt-neuf millions six cent mille (89.600.000) de francs CFA.

Christelle A.

Page 1 sur 1125

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…