mardi, 13 septembre 2016 14:45

Le projet REDISSE pour lutter contre les maladies épidémiques

© Afreepress (Lomé, le 13 septembre 2016)-Du 1er au 3 décembre 2015 à Dakar au Sénégal, a été organisé un atelier régional dont l’objectif était l’identification d’un projet régional d’amélioration des systèmes de surveillance des maladies en Afrique de l’ouest dans un contexte d’augmentation des crises sanitaires liées à la multiplication des maladies infectieuses émergentes ( incluant celles issues des animaux) à cause de l’impact dévastateur de ces maladies sur la situation sanitaire, sociale et économique et des capacités limitées des systèmes de santé des pays pour la surveillance, la détection et la réponse rapide face aux épidémies de maladie infectieuse.

Dans la droite ligne de cette rencontre régionale, le ministère de la Santé et de la protection sociale, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique, a organisé ce mardi à Lomé, des travaux de concertation nationale sur le système national de surveillance des maladies à potentiel épidémique au Togo (REDISSE-Togo) à l’endroit des acteurs de tous les niveaux desdits secteurs.

C’était en présence effective du ministre de la Santé et de la protection sociale, Pr Moustafa Mijiyawa, du Représentant du ministre de l’Agriculture, Dr Barry Ibrahim, de la Représentante résidente de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Togo, Lucile Imboua, du Chef de Projet régional REDISSE CEDEAO, Ousmane Haïdara et de la Représentante résidente de la Banque mondiale au Togo, Joëlle Businger.

Durant trois (3) jours, il sera question de réaliser le consensus sur le document du projet.

« Le présent atelier est le couronnement de nombreux autres travaux ayant abouti à l’élaboration d’un document de projet national de surveillance des maladies, maillon du projet régional. Les réflexions et les travaux menés jusqu’alors font apparaître aussi bien la nécessité du renforcement du rôle de coordination de l’OOAS, que celle du partage de l’information », a indiqué Pr Mijiyawa.

L’objectif visé selon lui, c’est de consolider la surveillance intégrée de la maladie et la riposte, à travers notamment le renforcement en ressources humaines, la surveillance et la notification précoce, le renforcement en ressources humaines, la surveillance et la notification précoce, le renforcement des capacités managériales nationales et régionales.

« La prise en compte des différents facteurs y concourant explique la conjonction des efforts en vue d’une action synergique, impliquant différents ministères, notamment ceux en charge de la santé, de l’élevage, de l’éducation, et de la communication », a-t-il ajouté.

Suite à l’épidémie due au virus Ebola, la Banque mondiale s’est engagée à financer un projet multisectoriel visant à renforcer et intégrer les systèmes de surveillance des maladies (humaine et animale) dans l’espace CEDEAO.

« Au regard des lourdes pertes en vies humaines et des conséquences économiques qu’elle a engendré (à savoir une perte du PIB estimée à 3,6 milliards de dollars pour la région CEDEAO en 2015), et compte tenu de la forte probabilité que de telles situations surviennent à nouveau dans la sous-région, il s’avère important de veiller à ce qu’un système efficient et efficace soit mis en place pour permettre aux pays de mieux se préparer pour détecter les menaces de maladies infectieuses et y réagir rapidement », a laissé entendre Joëlle Businger.

Elle a par ailleurs souligné que le Projet régional de renforcement du système national de surveillance des maladies épidémiologiques (REDISSE), soutenu par la Banque mondiale, a été conçu pour aider les pays bénéficiaires à renforcer les capacités intersectorielles et régionales de surveillance et de contrôle collaboratifs des maladies en Afrique de l’Ouest.

Pour le Coordonnateur du projet REDISSE, Dr Awokou, « le projet n’a pas encore démarré, il s’agit de partager les interventions prioritaires qui sont retenues avec les autres acteurs qui n’ont pas pu prendre part aux différents ateliers qui ont eu lieu tant au niveau national que dans les régions ».

Le projet démarre en janvier 2017.

Bernadette A.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…