vendredi, 28 septembre 2018 14:34

Inades-Formation Togo attire l’attention des agriculteurs et producteurs de coton sur les dangers de l’utilisation des semences OGM 

©AfreePress-(Lomé, le 28 septembre 2018)- L’Institut Africain pour le Développement Economique et Social (Inades- Formation Togo) a rendu public ce jeudi, 27 septembre 2018 à Lomé les résultats d’une étude sur le coton OGM (Organismes Génétiquement  Modifiés) à base de la bactérie Bacillus Thuringiensis (BT) au Burkina-Faso. Une étude qui entre dans le cadre du Programme d’Appui à la Gestion Durable  des Ressources Naturelles (PAGERN).

« Le coton BT et Nous, la vérité de nos champs ». C’est le thème de cette recherche ont indiqué les chercheurs, a été réalisée dans le but de mieux clarifier l’audience, les producteurs qui pratiquent la culture du coton BT et autres cultures  OGM sur les impacts socioéconomiques. 

Selon les résultats de l’étude, les promesses annoncées par la firme internationale Monsanto  notamment la contribution du coton BT à la lutte contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vies des populations par l’augmentation des rendements, n’ont pas été tenues.

La recherche révèle que les semences du coton BT entrainent une augmentation des coûts de production de 7%, alors que les rendements baissent d’environ  7% en moyenne. Il y a également le non-respect des textes règlementaires ainsi que la méconnaissance du concept OGM par les producteurs qui considèrent le coton BT comme une semence améliorée.

La réduction du nombre de traitement des insecticides dans les champs, précisent les conclusions de cette recherche, semble être le seul effet positif reconnu par tous étant donné que le coton transgénique est moins pénible à travailler.

« Cette étude voudrait que nous montrions à nos communautés, que les OGM en réalité sont des produits qu’il faut utiliser ou manipuler avec prudence et qu’il faut faire beaucoup attention. Aujourd’hui quand nous regardons l’agriculture telle que nous la développons dans nos pays, nous avons encore de l’espace, du potentiel à valoriser. Nous avons  des ressources que nous pouvons utiliser et injecter dans le développement. Ce ne sont pas pour l’instant les OGM qui vont panser les plaies de la faim. Non il faut travailler la terre, valoriser nos bassins, utiliser les ressources pour développer l’agriculture », a laissé entendre le Directeur de l’Inades-Formation Togo, Sena Kwaku Adjessou.

Christelle A.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…