mercredi, 03 juillet 2019 09:25

Gando (Oti-Sud) : Des violences entre Tchokossi et Gagan font des morts et des déplacés

©AfreePress-(Lomé, le 3 juillet 2019)- La localité de Gando dans la préfecture de l’Oti-Sud (environ 600 km au nord de Lomé) a connu les 27 et 28 juin 2019, des violences inter-communautaires créant la désolation au sein des populations.

Les affrontements entre les Gangan et les Tchokossi, deux communautés de la région des Savanes ont fait selon les sources officielles, au moins quatre (4) morts, une vingtaine de blessés et une cinquantaine de maisons incendiées.

Mardi 2 juillet 2019, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile et sa collègue de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Tchabinandi KOLANI-YENTCHARE, se sont rendus dans les localités touchées pour constater de visu l'ampleur des dégâts et apporter le soutien et la compassion du gouvernement aux victimes.

Selon les deux ministres, plus de 2 000 habitants ont fui les violences pour se rejuger dans les localités environnantes.

« Ce qui s’est passé dans cette localité est incompréhensible. Les gens auront à répondre devant la justice. On ne peut pas comprendre qu'une décision judiciaire à laquelle tout le monde doit normalement se soumettre, peut donner lieu à des violences, voire des morts. Aujourd’hui nous avons plus de 2 000 compatriotes qui ont dû fuir leurs villages et ont vu  leurs villages brûlés », a déploré le ministre Yark.

Selon le ministre en charge de la Sécurité et de la Protection Civile, les dispositions sont en train d'être prises pour permettre aux populations déplacées de regagner leurs lieux de résidence.

« Nous allons prendre des dispositions qui s’imposent pour que ces populations puissent très rapidement regagner leurs villages. Ceux qui ont posé ces actes et qui sont identifiés vont répondre devant la justice », a-t-il insisté.

Il faut rappeler que le conflit foncier entre les Gangan et les Tchokossi date de plusieurs années. Les deux communautés de disputent des terres cultivables. Une récente décision judiciaire a permis aux deux communautés de continuer l’exploitation des champs, mais sans toutefois trancher définitivement le confit.

Les 27 et 28 juin derniers, alors que les membres de la communauté Tchokossi étaient en train de cultiver leur parcelle, ils ont été attaqués par les jeunes de la communauté voisine. Une provocation qui a déclenché une riposte et des affrontements.

Raphaël A.

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…